Portrait romantique d’une ville française (vraisemblablement à la portée de tout élève de première)

Rédactrice : Cécile Gintrac.

Rien ne va plus dans notre bonne ville de XXXX: le SCOT est contesté par l’opposition pour son volet PADD. C’est crucial car, rappelons-le, le SCOT reste opposable au PLU (qui remplace le POS depuis la loi SRU) mais aussi au PDU, à l’arrêt lui aussi depuis des mois. Soudain, c’est la stupeur dans la salle du conseil municipal : quelqu’un a t-il pensé à considérer les zones rouges et bleues du PPR. Il ne manquerait plus que la préfecture s’en mêle !

Dans les couloirs de la mairie et au siège de l’EPCI, les bruits courent qu’une OIN serait dans les tiroirs pour la construction du tout nouveau hub. C’était pourtant déjà une des priorités du CPER quand la ZAC avait été lancée. Mais si l’OIN voit le jour, c’est un nouvel EPA qui se chargerait du dossier. Que deviendrait le projet de la SEM mandatée  jusqu’à présent? Entre deux bruissements de feuilles, on entend les dents grincer.

Mais c’est déjà une autre question qui échauffe les esprits : faut-il vraiment lancer le PNRQAD et donc relancer un nouveau partenariat avec l’ANRU ? Le dernier rapport de l’INSEE est pour le moins pessimiste : la ZFU n’a rien résolu des problèmes de la ZUS pourtant soutenue par un CUCS particulièrement ambitieux. Par ailleurs, l’entrée dans le dispositif CLAIR n’a rien changé de la réputation des anciennes ZEP du quartier. Heureusement il paraît qu’on pourra peut-être compter sur un financement du FEDER dans le cadre de l’objectif 2 et au travers du programme URBAN.

Pour se détendre, tous feraient bien de prendre un TER pour se reposer dans le PNR voisin ou un TGV pour gagner le cœur d’un PNN de montagne. Nombreux sont ceux qui aimeraient filer dans un DROM ou une COM  pour quelques semaines. Un peu de rêve et d’évasion ne font jamais de mal !


Une réflexion au sujet de « Portrait romantique d’une ville française (vraisemblablement à la portée de tout élève de première) »

  1. Trapeau Stéphane

    Je suis dans un lycée français à l’étranger. Imaginez la tronche des élèves face à tous ces acronymes.
    Mais le top, c’est lorsque nous avons dû faire le premier chapitre car il faut bien entendu étudier le territoire du quotidien d’un lycéen en France.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *