Brevet 2016 : vous reprendrez bien un peu de pastiche ?

C’est désormais rituel, le collectif Aggiornamento, dans sa grande générosité, vous offre comme tous les ans un petit pastiche pour la route.

Parce que tout de même, le brevet, s’il n’existait pas…

DNB 2016 pastiche


4 réflexions au sujet de « Brevet 2016 : vous reprendrez bien un peu de pastiche ? »

  1. K-classroom

    Trois petites réflexions sur la dernière session de l’épreuve d’Histoire Géographie du DNB :

    -La mouture actuelle de l’examen présente toujours ce caractère lassant de lessiveuse de connaissances, privilégiant la mise en scène d’une érudition de surface à une vraie réflexion fondée sur des connaissances ramassées mais maîtrisées. Reconnaissons cependant qu’un effort a été opéré. La question traitant de la crise de Berlin anticipe le retour du paragraphe argumenté au DNB 2017. Gageons que ceux qui se lamentaient, à juste titre, sur la fragmentation du discours écrit des élèves et l’indigence mécanique de certaines de leurs réponses pleureront devant la difficulté à faire argumenter de manière exigeante et rédiger longuement des classes hétérogènes. Rappelons un fait : la maîtrise de l’argumentation écrite détermine, pour une large part, la réussite ou l’échec d’un élève en Seconde générale. Présente dans de nombreuses matières au collège (y compris en Mathématiques), elle est devenue un redoutable outil de discrimination socio-scolaire. Son apprentissage au cycle 3 et 4 permet aux futurs citoyens de structurer leur pensée, d’étayer un discours et d’acquérir le sens de la nuance au sein du débat démocratique. En ces temps troublés où les jugements à l’emporte-pièce, les contre-vérités et les rumeurs nourrissent certains discours politiques ou médiatiques (il suffit d’observer le spectacle lamentable que présente Twitter au sujet de la Réforme du Collège) , il est plus que jamais urgent de poser dans la tête de nos enfants (à l’écrit comme à l’oral) les fondements et les structures d’une pensée claire, complexe, critique et émancipée. De fait, lorsqu’au fil des ans, les consignes des corrections officielles privilégient le simple prélèvement d’information, voir le soulignage, à l’écriture / réécriture ; lorsqu’en matière de paragraphe long, l’exigence de construction (Une introduction ? Une conclusion ? L’emploi de connecteurs logiques ? L’emploi de dates ou de lieux comme repères structurant de la démonstration ?) se dilue dans la liste, de moins en moins exhaustive mais de plus en plus floue, des « éléments attendus », on ne peut que constater avec amertume la persistance d’un décalage profond entre ce qui se passe en classe (ce que nos élèves sont très souvent capables de produire) et ce que l’institution croit que nous faisons (professeures comme élèves)… Si nous devons travailler un grand nombre de compétences en quatre années de collège, l’argumentation écrite doit redevenir un chantier prioritaire. Ces remarques valent également pour la tâche cartographique, bel exercice d’argumentation géographique et de structuration de l’esprit par le dessin, que le DNB a réduit chaque année davantage à un exercice d’école primaire, niveau cycle 2, qui caricature le travail remarquable mené par nombre de professeurs des écoles.

    -Il faut considérer avec curiosité toutes les expériences pédagogiques menées en classe. Elles témoignent de l’inventivité constante de très nombreux collègues, de leur envie de s’affranchir des carcans imposés par les manuels ou certains fiches de méthode officielles. On peut, en revanche, rester sceptique devant les toquades pédagogiques qui saisissent l’institution de manière cyclique : une propension au solutionisme technique (du rétroprojecteur à la classe pupitre, que d’outils « révolutionnaires » si vite périmés ponctuent l’histoire de nos pratiques de classe…) ou didactique (l’interdisciplinarité caricaturée par les EPI) ; une communication qui spécule sur l’ennui supposé régnant dans les classes et célèbre le « grand soir » des pratiques par le numérique ou le jeu. Rappelons qu’on peut tout oser, si cela a un intérêt pour l’élève, si cela répond aux goûts intellectuels et aux désirs des professeurs. Un beau cours magistral vaut mieux qu’une séance en salle pupitre ratée. Quant aux smartphones, les élèves en font un usage plus mûr et pertinent qu’on ne le pense. Entre l’absence de réflexion officielle sur l’entrée de nouvelles applications en classe (la technologie a toujours dix coups d’avance sur la réflexivité institutionnelle !), la diabolisation de l’outil par certains collègues et le laisser-faire naïf et cavalier de ceux qui en sont restés à leurs émois de jeunesse devant le premier I Phone, l’institution et les enseignants peinent à trouver une position cohérente sur le sujet. Pendant ce temps, beaucoup d’élèves géolocalisent, récoltent des data, photographient leurs cours et se les échangent, modélisent par le jeu, révisent en utilisant des applications bien choisies, discutent et critiquent les informations qui passent par les réseaux sociaux. L’institution a commencé à peine à entrevoir les possibilités scolaires d’un outil si révolutionnaire…

    -Peu de monde s’est ému des documents donnés en Géographie et en EMC. Non qu’ils soient illégitimes (la France est une puissance mondiale et le Service Civique semble avoir donné des signes de réussite) mais l’absence de questions critiques sur ces sujets finit par conduire les candidats à produire des discours lénifiants ou caricaturaux, sans une once de distance critique. Dans les copies corrigées hier, que de fois n’a-t-on pu lire que la France régalait le monde entier de son champagne, de ses musées, de son foie gras, de sa musique (??). Que n’a-t-on pu mesurer la puissance d’une armée considérable, capable d’affronter plusieurs ennemis en même temps. Plus grave, certaines copies distillent l’idée que l’entretien d’un pré-carré africain, que le passé colonial même de la France, n’est pas une si mauvaise chose pour les populations en développement du sud de la Méditerranée… Dans la dernière question d’EMC, on a pu lire que le Service Civique célébrait la patrie et le travail, qu’il favorisait le rayonnement de la France sur des populations pauvres et sinistrées (sinistrée parce que pauvres). On peut bien faire remarquer en classe que la France reste une puissance moyenne à rayonnement mondial, il est difficile, pour un candidat soucieux de réussite, de glisser ce type de nuances dans la copie, surtout quand aucune question du sujet ne l’y invite. Heureusement, la question libre d’EMC a permis à certaines élèves de s’exprimer de façon libre, en ne tombant pas dans les attendus lénifiants du corrigé officiel, à base de « cohésion nationale » et de « mixité sociale » : le Service Civique est un moyen de gagner de l’argent en se rendant utile, le Service Civique est un moyen intelligent d’entrer dans la vie active (ce sont les principales leçons d’une enquête TNS-Sofres de 2013 et d’un rapport de la Cour des Comptes de 2015).

    Répondre
  2. Angeline

    Bonjour,
    je lis d’ordinaire avec un intérêt certain vos publications. Mais celle-ci m’a effarée par son côté profondément réactionnaire. Ce « pastiche », qui n’a rien de drôle (c’est une appréciation personnelle), est insultant pour les élèves de 3ème et leurs professeurs. Il aurait pu facilement être rédigé par un spécialiste de l’éducation appointé par le Figaro, avec tous les poncifs du genre et toutes les stupidités qu’on trouve partout : les élèves n’ont d’yeux que pour leur smartphone, ils ne savent pas rédiger, la réponse est dans la question, ils ne savent pas faire de cartes, juste colorier sans dépasser…
    J’attends réellement plus et mieux que cette médiocrité d’un groupe qui veut « proposer et renouveler » et je suis choquée de la différence de traitement entre le baccalauréat (même si l’article a été rédigé à l’avance en glissant les vrais sujets au dernier moment), charpenté et argumenté et celui qui est réservé au brevet.

    Répondre
    1. aggiornamento Auteur de l’article

      Allons allons, détendez-vous ; tous les ans certains nous font la même critique…
      Si vous trouvez chez nous mépris des élèves, « antipédagogisme », ou conservatisme, c’est que vous nous connaissez mal et nous lisez peu (ce qui est votre droit le plus strict)
      Pour le reste, que vous dire, c’est tellement triste d’en arriver à brandir illico l’étendard de notre médiocrité en lieu et place de celle qui préside à cette épreuve.
      Cordialement
      Laurence De Cock (un peu allergique à l’anonymat, pardonnez-moi)

      Répondre
    2. Veronique servat

      Bonjour Angeline
      Afin de lutter mieux contre la médiocrité de notre collectif je vous invite tres cordialement à lire les textes sur le bac qui sont publiés sur le blog pour commencer vous y noterez que cet examen fait aussi l’objet d’une réflexion critique je crois plus sense qu’au Figaro mais je le lis peu vous m’en excuserez.
      Effectivement cette argumentaire selon lequel nous dénigrerions les éleves et moquerions les collègues nous est resservi chaque année. Le plat est froid et K-Classroom ainsi que Laurence vous ont so bien répondu que je n’ai rien a ajouter. Auriez vous l’obligeance de nous préciser ce que vous trouvez de respectueux excitant intelligent – optez pour l’approche qui vous convient – dans ce type d’exercice. En quoi cela met il nos eleves dans des conditions de réussites en quoi cela leur offre une chance de valoriser autre chose qu’un discours pre mémorisé et calibré afin de produire une réflexion construite et nuancée sur un sujet. souvaiteriez vous dans la mesure où vous le trouvez exigeant / formateur/ pour les éleves et leurs enseignants qu’il reste ainsi ? Le modif iriez vous ? Si oui en quels termes ?
      Et je finis en vous rappelant qu’un examen comme un manuel ne dit absolument rien – a fortiori celui la – de la relation pédagogique ni des pratiques de classe d’un.e collègue. Le pastiche n’est pas une arme de dénigrement du travail mais du format de l’épreuve.
      Mais j’attends vos propositions car il faut répondre à la médiocrité en élevant le niveau de réflexion au dessus de la ligne éditoriale du Fig.
      Bien cordialement
      V. Servat (fan des pastiches surtout pour la carto et Fredo et meme re du collectif aggiornamento.)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *