Pour une pédagogie du fait politique

Rédactrice : Laurence De Cock

Politique : le mot bouscule dans l’école, symptôme de la confusion du moment, où la « neutralité » est de mise, et où la sirupeuse formule de « vivre ensemble » remplace toute véritable réflexion sur l’action Les attentats sont venus en outre sérieusement entraver le dessein d’un apprentissage du fait politique ; pas seulement parce qu’ils ont porté l’horreur dans la candeur de l’enfance, mais aussi parce que le temps court gouvernemental n’est hélas pas le temps long de l’école. Or il a fallu des réponses trop urgentes : « Valeurs de la République », «  Fait religieux » et « la laïcité » redevenant ainsi les ingrédients fétiches d’une junk éducation civique. Quelle originalité…

Voilà plus de trente ans qu’aux problèmes de violence et d’intégration que connaît la société française, l’institution répond par les mêmes breuvages. L’école fabrique hélas sa propre amnésie. Il faudra bien un jour s’interroger sur cette absence d’assise historique. Le recours à l’histoire nous aiderait pourtant à mesurer les innombrables recyclages d’idées lumineuses qui la jalonnent. Osons donc briser le cercle non vertueux des éternels recommencements et posons autrement la question : quelle serait une pédagogie de l’agir ensemble qui ne soit pas une simple adhésion à des principes ressassés à l’envi et si éloignés souvent de la réalité de certains enfants ? Elle serait d’abord « pédagogie » justement , et le mot est si galvaudé par les gardiens de la tradition qu’on se sent d’emblée obligée de rappeler quelques évidences : il n’y a pas d’enseignement sans pédagogie, et il n’y a aucune saveur donnée à des savoirs s’ils ne s’accompagnent pas d’une explicitation de leur utilité. Et je ne parle pas ici d’une utilité immédiatement mesurable sur l’échelle de Richter de la productivité économique, mais d’une utilité sociale, politique : celle de la jubilation de comprendre que ce savoir construit l’émancipation progressive de toutes les griffes qui guettent la sortie de l’enfance. Il n’est donc question ni de cases validant des « compétences » certifiées conformes par des normes européennes, ni d’un sacrifice disciplinaire au profit de multiples dispositifs ludiques, mais de nouer ensemble l’exigence des savoirs et l’appétit d’apprendre.

La pédagogie du fait politique implique donc le désir d’engagement sous des formes autrement plus enthousiasmantes qu’une élection de délégués de classe. Elle politise le geste d’apprentissage comme préalable à l’action commune. Elle admet la contestation, et stimule la délibération ; elle place le collectif avant l’individu et déjoue les concurrences et les pièges de la méritocratie. Certains l’ont pensé, il y a longtemps : les Pestalozzi, Ferrer ou Freinet. Redécouvrons le, et pas seulement à l’école primaire, systématisons la réflexion pédagogique, y compris dans la formation des enseignants ; alors il sera possible de ne plus regarder les enfants comme de simples dépositaires d’une culture qu’il faudrait apprendre à tolérer mais comme des êtres politiques en devenir.

Un débat à poursuivre avec le GFEN le 15 juin

Capture d’écran 2016-05-05 à 12.17.59


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *