Faut-il penser autrement l’histoire du monde ? (CR de lecture)

Maio 12, 2011
By

Rédactrice : Suzanne Citron

FAUT-IL PENSER AUTREMENT L’HISTOIRE DU MONDE ?

C’est l’interrogation de Christian Grataloup dans son dernier livre, un essai en direction d’un large public récapitulant et prolongeant sa riche et suggestive Géohistoire de la mondialisation (1).

Le propos veut se  situer dans le contexte intellectuel et sémantique qui se  dessine à partir des années 1980 : la coïncidence entre l’émergence et la banalisation dans le vocabulaire français du terme de mondialisation et l’affirmation d’une pensée occidentale postmoderne, critique de ses propres schémas et paradigmes et d’une vision autocentrée du monde et de l’humanité. Perspective que l’Europe a imposée comme unique et véridique dans le moment de sa domination matérielle et intellectuelle sur le reste du monde.

Se voulant au delà du dilemme entre une pensée européocentrique, prétendument universelle et un relativisme généralisé, Christian Grataloup propose une réflexion et des pistes pour construire un nouveau récit du monde, en quelque sorte “post post moderne“, qui ne peut plus être linéaire mais proprement multipolaire.

Développant le paradigme du singulier pluriel de l’humanité, combinaison d’une humanité pensée comme unique et de la multiplicité des configurations sociales qui la composent et donc des histoires, l’auteur suggère quelques facteurs anthropologiques de  la lente diffusion du genre Homo sur la Terre et donne la diversité des langues et l’émergence récente des Etats-nations comme exemples du pluriel.

Suit un chapitre particulièrement incisif sur les outils élaborés par la pensée européenne dans sa phase de domination pour appréhender le temps et l’espace. Le fondement épistémologique en est l’évolutionnisme autocentré. L’histoire humaine est pensée comme orientée par le Progrès dont l’Europe est l’avant-garde : elle est mono linéaire et l’histoire des “autres“ n’existe qu’avec leur “découverte” ou quand se produit le contact avec les Européens. Cet évolutionnisme a produit le système classique de périodisation, notamment le découpage Antiquité, Moyen-âge, modernité, qui a été imposé à des sociétés pour lesquelles cette appréhension du temps n’a aucune pertinence. De même le découpage spatial en continents ou territoires doit être relativisé : notre Moyen Orient est un Occident pour la Chine.

D’où la nécessité de repenser l’histoire dite “universelle“ qui n’est qu’un récit du monde vu d’Europe. De l’Antiquité au Moyen-Age, le parcours de Sumer à l’Europe occidentale, en passant par l’Egypte, la Grèce et Rome, est une vision monolinéaire  qui ampute les trois continents de l’Ancien monde de la majorité de leurs sociétés et de la dynamique de leurs interrelations. Christian Grataloup insiste à plusieurs reprises sur l’impact épistémologique de l’évolutionnisme. Celui-ci produit une anthropologie dans laquelle l’histoire humaine se déroule par étapes successives et graduées et qui ne permet pas d’expliquer  l’originalité, la place et le rôle historiques des sociétés d’éleveurs comme les Mongols ou les Touaregs.

Plusieurs grilles de lecture alternatives sont suggérées au long de l’ouvrage et plus particulièrement dans le dernier chapitre (les patrimoines métis), sans que soit absolument proposé, comme un défi nécessaire, le renoncement à la périodisation canonique, alors que l’incongruité des notions d’Antiquité et de Moyen-Age, hors l’Europe qui les a fabriquées, est plusieurs fois soulignée.

`On retiendra les quelques pistes de la conclusion : penser d’abord comme un tout l’histoire de l’univers et de la Terre avec ses habitants depuis le Big Bang et l’histoire des hommes à l’échelle de toute la Terre, ce qui implique un dépassement de la pensée occidentale séparant la nature et la culture. C’est le projet de la Big History anglo-saxonne, qui met en cause la généralité des cadres conceptuels actuels du temps et de l’espace pour y substituer l’agencement de différents espaces-temps. Ces remises en cause pourraient impliquer une recomposition des sciences sociales autour de l’objectif global d’une histoire du monde. Une géohistoire englobant les identités particulières devrait permettre de construire l’idée d’une communauté mondiale de citoyens. Christian G propose ainsi de dépasser l’échelle nationale et donc de penser l’histoire à l’échelle mondiale, planétaire afin d’y décerner les spécificités tout comme les similitudes.

On mesure la distance entre cet objectif et les actuels programmes scolaires dont le déroulement, au moins pour ce qui est de l’école et du collège, reprend intégralement les domaines de validité (périodes, découpages spatiaux) hérités du XIXeme siècle et donc de cette pensée évolutionniste mise en cause dans le livre.

L’introduction en 6ème de morceaux d’histoire chinoise et indienne (La Chine des Han à son apogée, L’Inde classique aux IVème et Vème siècles)  et en 5ème d’ Une civilisation de l’Afrique subsaharienne au choix, aurait pu remettre  en question ce découpage. Mais non, les cadres canoniques sont maintenus, le programme de 6ème déroule le parcours traditionnel depuis le XIXème siècle –l’Orient ancien, la Civilisation grecque, Rome, à partir duquel on jettera des Regards sur des mondes lointains. Le programme de 5ème Du Moyen-Âge aux Temps modernes inclue l’Afrique subsaharienne dans un découpage du temps qui n’a aucun sens pour elle.

Sans parler des nouveaux programmes du lycée pour lesquels ce qui est nommé histoire du monde reste exclusivement calibré par la périodisation eurocentrée traditionnelle. Comme si leurs concepteurs, derrière de prétendues innovations thématiques, étaient épistémologiquement cloués dans le XIXème siècle.

Il est vrai que beaucoup reste à faire pour convaincre un large public de l’anachronisme d’une histoire cristallisée dans des repères nationaux comme l’ont montré certaines réactions à l’introduction de l’Afrique dans les programmes !

Un regret : j’aurais aimé que Christian Grataloup pointe plus explicitement l’anachronisme des soubassements des programmes scolaires. D’autre part, consacrant plusieurs passages –notamment p. 60 à 69- à la genèse de l’Etat-nation (sans mentionner l’impact de la Révolution française dans le processus), il s’attarde plus sur la Serbie que sur l’histoire de France qui fit les délices de son enfance. Parmi les histoires nationales, notre récit républicain n’a-t-il pas vigoureusement effacé le passé pluriculturel et pluri linguistique de l’entité géopolitique nommée France construite à partir du XIIIème siècle?.

D’où mon interrogation finale.

L histoire du monde (ou l’histoire des hommes) n’est-elle pas la première explication du passé  à faire  découvrir à l’école?

(1) Faut-il penser autrement l’histoire du monde?, Armand Colin, 2011.

Géopolitique de la mondialisation. Le temps long du monde. Armand Colin 2007.


Print This Post Print This Post

Tags: , ,

Posted in: Actualités / News, Lectures / Readings

5 Responses to “ Faut-il penser autrement l’histoire du monde ? (CR de lecture) ”

  1. P. Jacolino on 9 Dezembro 2011 at 14:36

    Chère Madame,

    Je tombe sur ce CR en même temps que je parcours votre “Histoire des hommes”, si gracieusement mise en ligne. Je m’intéresse personnellement beaucoup à la question des programmes, notamment ceux d’histoire, sans être moi-même historien.

    Je suis entièrement d’accord avec vous quand vous dites que l’histoire faite en classe doit être l’histoire des hommes, et non celle de certaines des sociétés qu’ils ont fondées. Il n’y a pas de sens à parler du passé des groupes humains à nos élèves sans évoquer leur dimension culturelle, au sens général, c’est-à-dire ce qui les distingue de l’animalité (mythes, inventions techniques, art, économie, science, etc.) L’histoire des hommes serait alors l’histoire de l’humanisation, hors de toute idée de progrès.
    En cela, il est souhaitable de prendre un cadre mondial et de ne pas laisser de côté des pans trop larges de notre humanité, dans la limite du temps qui est imparti à l’histoire dans la scolarité.

    En revanche, je ne vous suis pas quand vous préconisez ce que j’appelerais un “départ global”, à la manière des méthodes de lecture.
    En effet, il me semble assez contre-intuitif de faire de l’histoire avec des CE (si l’on admet qu’on commence en CE)en balayant de manière exhaustive les différentes aires de civilisation. Si la pédagogie consiste à faire des liens, je ne vois pas trop quels liens positifs il est possible de faire entre, par exemple, la Chine antique et l’Egypte des pharaons, si ce n’est de comparer le moment de leur naissance et la simultanéité de certaines de leurs productions. De jeunes élèves en proie à toutes les difficultés du monde pour connaître leur environnement proche, pour ne pas parler de la géographie de leur pays, ne seront pas les mieux placés pour concevoir d’un même mouvement deux civilisations si éloignées l’une de l’autre. Je ne parle pas de la manière dont ils pourraient interpréter la mention de certains invariants de l’évolution des sociétés humaines (Je fais référence à ce que j’ai cru lire dans votre “histoire des hommes”, sur l’universalité du recours à l’esclavage, le passage du tribalisme aux cités-Etats, par exemple.)

    Pour ma part, il ne me semble pas incompatible de garder dans un coin de notre tête cette perspective globale et “géohistorique”, tout en commençant l’étude de l’histoire proprement dite en commençant par un territoire plus restreint. Resterait simplement à définir quelle échelle serait la plus pertinente pour cela.

    • Suzanne Citron on 12 Dezembro 2011 at 14:00

      Cher “méchant loup”

      Votre commentaire mériterait toute une discussion car il mêle plusieurs questions. La première est celle de l’âge des premiers enseignements historiques, pas vraiment officiellement discuté
      depuis que la 3ème République l’a imposé dès le CE. Ne pas oublier que l’histoire “de France” était alors pensée comme un catéchisme patriotique. Je pense que l’école élémentaire doit d’abord avoir pour objectif d’apporter et de développer les outillages de la communication (langage, lecture, écriture) et de la perception de soi et des autres et du monde. En tenant compte de la diversité des situations et des personnalités.

      Perception du monde? Il y a là un malentendu sur le “global”. D’abord, rassurez-vous, je ne défend nullement la méthode globale.
      La question pour moi est celle des grands repères, assimilables au cours de la première scolarité et permettant aux jeunes de se comprendre d’abord comme êtres humains dans une histoire commune pour se saisir ensuite comment appartenant à une nation dont l’émergence est récente par rapport à la très longue histoire humaine. Ce qui n’empêche nullement d’insérer une histoire locale comme vous semblez le suggérer.

      Mais encore une fois le sujet demanderait d’amples débats.

      Cordialement
      Suzanne Citron

      • P. Jacolino on 13 Dezembro 2011 at 17:10

        Chère Madame,

        Merci pour votre réponse.

        Je ne suis pas certain que l’introduction de l’Histoire en CE soit simplement due à des motifs idéologiques. On en trouve la confirmation dans le rejet assez répandu de cette matière dans l’école maternelle : il s’agissait surtout d’attendre que les élèves aient la capacité intellectuelle d’appréhender le passé d’une société. Il suffit par exemple de lire ce qu’en dit Pauline Kergomard (qui n’est d’ailleurs pas exempte de motivations patriotiques) :
        http://michel.delord.free.fr/kergomard-educmater-s1-p3chap14.pdf

        Je reste assez sceptique quant à la possibilité de poser des “repères” historiques mondiaux dès le départ. L’appartenance à l’humanité, commune aux peuples et aux civilisations du passé, me paraît un concept assez abstrait, si l’on sort de quelques constats triviaux (l’homme est un animal culturel, il s’organise en groupes, dont la nature évolue…). Manque le concret d’une succession effective de quelques groupes humains spécifiques sur un territoire donné.
        Comment, en outre, donner une perception véritable du temps qui passe et de son irréversibilité, si on va et vient d’un espace à l’autre, sans que les liens entre eux soient suffisamment forts, et perceptible par l’esprit d’un jeune élève ? Faute de pouvoir rapporter les événements et les états d’une société donnée à ceux qui précèdent logiquement, et pas seulement chronologiquement, il ne reste qu’à les reporter de manière arbitraire dans le cadre abstrait d’une frise. Seule la succession des dates peut alors servir de repère à la conscience de la succession des époques. Or, les dates ne devraient être, en primaire, que les aides-mémoire à une connaissance concrète de l’Histoire.
        Bref, j’ai peur qu’avec un “départ mondial”, les instituteurs et les élèves n’aient comme recours que l’apprentissage par coeur pour se souvenir de l’ordre des faits historiques.

  2. Suzanne Citron on 24 Maio 2011 at 9:41

    A Brice

    Evidemment cela impliquerait une révolution épistémologique – et idéologique dans la mesure du rôle assigné au récit traditionnel dans la nationalisation des français -. Cela ne pourrait se faire sans un débat public comme les Américains l’ont connu sur l’occultation des Indiens ou les Allemands sur les racines du nazisme. On peut souhaiter qu’une réflexion à l’échelle européenne sur la genèse des mythes nationaux, réflexion qui était à l’ordre du jour dans des colloques des années 1980-90, revienne à l’ordre du jour.

  3. comment enseigner on 12 Maio 2011 at 23:44

    Dans un point de vue plus pédagogique, je me demande si “l’histoire du monde” comme nouvelle matière (ou une refonte de l’histoire-géo ?) ne serait pas trop à l’école ? Evidemment, ça pourrait être très intéressant, mais cela demanderait de gommer une matière déjà présente, et je me demande quel professeur serait près à faire ce sacrifice ?

    Ca reste à voir,

    - Brice.

Leave a Reply

Présentation

Ce carnet a pour objet de proposer une réflexion et des propositions dans l'optique d'un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie scolaires et universitaires. Il réunit une équipe d'enseignants et de chercheurs de différentes disciplines et degré d'enseignement qui souhaitent tout à la fois organiser une veille en ce domaine et construire un espace de discussions et de propositions à destination de la communauté éducative et du grand public. Il s'agira de discuter aussi bien des questions de programmes, de pratiques, d'épistémologie des deux disciplines, en confrontant des travaux scientifiques, des analyses et des témoignages. L'un des objectif principaux est de redonner la parole aux acteurs du terrain afin de constituer un lieu d'interpellation

Carnets de recherche