Atelier de pratique et de réflexion politique

img02-1024

Photo @leMonde

Voilà longtemps que nous soutenons ici une éducation au politique par l’école. Plus qu’une simple « éducation à la citoyenneté », il s’agit tout à la fois d’une sensibilisation à la chose publique et d’une éducation à la critique. A ce titre, le projet porté par Marion Roche et relayé par Le Monde  nous a semblé immédiatement rentrer dans le cadre de ces pistes de réflexion. Avec son accord, nous publions donc dans un premier temps la trame générale du projet d’ateliers qu’elle a mis en place cette année. Il s’agit d’un « Work in Progress » dont nous publierons également le bilan en fin d’année à multiples voix : celle de Marion Roche et celles des élèves lycéens impliqué.e.s. 

Rédactrice : Marion Roche 

Les événements de janvier 2015 et les réactions de certains élèves dans quelques établissements (dont le nôtre) ont suscité dans les jours et semaines qui ont suivi un débat politique et médiatique assez intense autour de l’école, accusée d’avoir failli : elle aurait abandonné l’enseignement des valeurs républicaines ou échoué à transmettre celles-ci, alors que nous, enseignants et personnels éducatifs des établissements, devrions être « en première ligne » dans ce combat pour sauver la République.

Il est indéniable que nombre d’entre nous ont ressenti un grand désarroi face à certaines situations de classes post-attentats, et que dans le cadre de nos classes, dans le dialogue avec nos élèves – qui sont en demande de débats sur ces sujets –, nous avons un rôle à jouer – pas pour sauver la République, mais plus modestement pour donner à nos élèves, encore un peu plus, les moyens de devenir des citoyens éclairés.

Toutefois, contrairement à ce que le brouhaha médiatique de janvier a laissé croire (et qui n’est heureusement pas la piste retenue par les assises « L’Ecole et ses partenaires pour les valeurs de la République »), la solution ne semble pas résider dans une inculcation renforcée des valeurs républicaines : d’une part, parce que celles-ci sont déjà au centre de notre enseignement au quotidien (la relation pédagogique implique écoute et respect de la parole de l’autre, liberté d’expression, laïcité, tolérance, souci de donner les mêmes chances à chaque élève… ; à cela s’ajoutent évidemment les enseignements dédiés (ECJS), et le fait que de nombreux éléments des programmes nous incitent à les aborder dans le cadre de nos cours disciplinaires) ; d’autre part, parce que ce que ces élèves ont manifesté dans la grande majorité des cas, ce n’est pas une ignorance complète ou un refus des valeurs républicaines, mais une interrogation quant à l’égalité de tous les citoyens devant ces principes (le fameux « oui mais Madame, Dieudonné, lui… » et autres commentaires sur une inégale application de la liberté d’expression), un sentiment de « deux poids deux mesures » (« oui mais Madame, pourquoi on ne fait pas de minute de silence pour Gaza ? », ou « pourquoi on ne parle que des Juifs, et jamais de l’esclavage ? », et autres propos confinant parfois à l’antisémitisme sous prétexte de concurrence victimaire et mémorielle), ou une défiance à l’égard des discours officiels (« oui mais Madame, vous voyez bien, les rétroviseurs… » et autres propos complotistes). Provocation, argumentation défaillante, pensée incomplète et inaboutie, bêtise crasse, dans quelques cas aussi expression d’un véritable extrémisme et d’une contestation de certaines valeurs de la République, certes. Mais y répondre par un discours magistral et moralisant, ce serait risquer de renforcer des positions de rejet et d’opposition contre-productives.

Le parti pris ici est de considérer que ces principes républicains sont donc (au moins partiellement) connus, mais que la difficulté provient du fait qu’ils ne sont pas vécus et partagés par nos élèves, qu’ils ne leur apparaissent que comme un discours vide de sens, contestable, sans application pratique dans leur vie quotidienne : qu’ils se sentent exclus du champ politique et citoyen, qu’ils s’en excluent eux-mêmes – pour des raisons (réelles ou fantasmées) de ségrégation et d’inégalités sociales, de méconnaissance des sujets traités (encouragée par le discours ambiant qui fait des questions politiques l’apanage des experts et des technocrates), de désinformation, par paresse ou individualisme, par absence de prise en compte du bien commun et du rôle qu’ils ont à jouer pour le défendre. Les différentes thèses complotistes servent aussi à cela : si « ils » (les Illuminatis, les Juifs, les francs-maçons, les Américains, les médias…) mentent et manipulent pour gouverner le monde et nous dissimuler la vérité, alors il est inutile de s’impliquer dans le champ politique, puisque nous y sommes impuissants – sentiment rassurant de ne pas être dupe, tout en se confortant dans l’idée qu’il est inutile d’agir.

Dès lors, l’objectif de cet atelier de pratique et de réflexion politique est d’inviter les élèves, par le biais de projets menés dans la classe sur quelques séances, à devenir de véritables acteurs dans le champ politique, à saisir qu’ils sont capables de s’y investir, et à découvrir les moyens de le faire. Il s’inscrit dans les préconisations des « Onze mesures pour une grande mobilisation des l’Ecole pour les valeurs de la République » (janvier 2015) et du bilan des assises « L’Ecole et ses partenaires pour les valeurs de la République » (mai 2015) concernant la notion de « partage » des valeurs républicaines et de valorisation d’un « parcours citoyen » des élèves.

Objectifs pédagogiques :

Cet atelier s’inscrit pleinement dans les objectifs de l’Enseignement Moral et Civique (EMC) tels qu’ils sont définis dans le projet de programme de décembre 2014 : il s’agit de favoriser chez les élèves « la formation d’une conscience morale, la compréhension du rôle de la règle et du droit, l’exercice du jugement critique, le sens de l’engagement », et de mobiliser quatre compétences essentielles : « identifier et expliciter les valeurs éthiques et les principes civiques en jeu ; mobiliser les connaissances exigibles ; développer l’expression personnelle, l’argumentation et le sens critique ; s’impliquer dans le travail en équipe ». Néanmoins, parce qu’il nécessite des séances rapprochées dans le temps, il ne peut se dérouler sur ces cours. En revanche, il trouve pleinement sa place dans le cadre des cours, plus fréquents, d’Accompagnement Personnalisé (AP), dans la mesure où il incite également les élèves à approfondir leur maîtrise des méthodes de travail et des compétences transversales (argumentation, rédaction, élaboration d’un projet, travail en équipe, etc).

Quelques principes :

  • Pas d’enseignement surplombant, uniquement des ateliers pratiques et/ou de réflexion menés par les élèves ; les adultes ont un rôle d’accompagnement et de conseil.
  • Pas de cours d’histoire politique ou de fonctionnement des institutions : certains rappels pourront être faits par l’enseignant pour servir l’élaboration du projet de classe, mais il ne s’agit pas d’être redondant avec des cours qu’ils ont déjà eus ou vont avoir dans le cadre d’enseignements disciplinaires (ECJS/EMC, histoire-géographie, SES…).
  • Projets à élaborer dans le champ politique local (établissement, commune, département), afin que les élèves se sentent plus directement concernés, et dans l’espoir de pouvoir faire aboutir au moins quelques-uns des projets.
  • Evidemment, neutralité des adultes en charge, qui ne doivent pas pouvoir être accusés d’endoctriner les élèves. La nature des projets menés, à l’échelle locale, devrait éviter tout risque de dérive partisane. Il serait également utile de consacrer un temps lors de la journée de pré-rentrée au rappel du cadre légal dans lequel nous exerçons nos fonctions.
  • Activités davantage axées sur la pratique et nécessitant plusieurs séances pour les secondes, moins chronophages pour les premières et terminales, dans la mesure où la priorité reste le baccalauréat dans ces classes-là.
  • Ateliers à organiser plutôt en début d’année pour les terminales, puis les premières (afin de libérer ensuite les heures d’AP pour les questions d’orientation et à l’approche des épreuves du baccalauréat), et dans la seconde partie de l’année pour les secondes (afin que les élèves aient eu le temps de s’adapter au lycée et aux méthodes de travail).
  • Thématiques du projet à choisir en équipe pour chaque classe (PP, collègues en charge de l’AP, de l’EMC, professeurs-relais).

Quelques pistes d’ateliers :

. Seconde :

  • Un projet pour le lycée/pour la commune : débat entre les élèves pour décider de ce qu’il serait utile de faire émerger au niveau du lycée ou de la commune, élaboration du projet (recherches, études de faisabilité/de besoin…), rédaction, et présentation du projet aux personnes en charge (direction, conseils municipal, régional…) : courrier, demande d’audience, pétition, formes diverses de mobilisation citoyenne.
  • Droit du travail : études de cas par les élèves (éventuellement à travers de brèves mises en situation), puis élaboration d’un guide à destination des futurs stagiaires de l’établissement (étudiants de BTS ou du LP), que les élèves iraient présenter aux classes concernées à l’issue de l’atelier (atelier également envisageable en terminale).
  • Santé publique : élaboration d’une carte des dispositifs de santé existant sur la commune et les communes limitrophes (cabinets, dispensaires, hôpitaux, etc) ; statistiques sur les délais d’obtention d’un rendez-vous ; évaluation des besoins ; transmission d’un rapport aux élus ?
  • Organiser une conférence-débat au lycée : choix d’une thématique par les élèves (politique ou sociale), choix et invitation des conférenciers, présentation du projet à la direction, organisation de la conférence, invitation des élus, des élèves, des parents d’élèves, et rédaction d’un bilan sur les apports de cette conférence pour la communauté scolaire.
  • Bourses scolaires : étude de cas sur le lycée Voillaume – Proportion d’élèves boursiers ? Est-ce cohérent par rapport au taux attendu ? Pour quelles raisons ? Etude du formulaire à remplir, propositions de solutions pour une meilleure information des familles, rédaction d’un vademecum, courrier aux élus pour présenter les résultats de l’enquête menée…

2. Cycle terminal :

  • Laïcité : réaliser des vidéos à destination des parents pour expliciter la charte de la laïcité (ce qui implique une discussion préalable avec les élèves autour de cette charte (et des lois sur l’application du principe de laïcité à l’école), une prise en compte de leurs interrogations éventuelles, légitimes, et une réflexion sur le rôle du cadre légal pour tous).
  • Justice sociale : à partir d’exercices pratiques, s’interroger sur ce qu’on entend par « justice sociale » (salaires, répartition des richesses, etc), percevoir que les réponses ne sont pas les mêmes d’un individu à l’autre, qu’elles correspondent à des visions politiques différentes, approfondir ces différentes pistes selon les réponses des élèves, etc.
  • Toi aussi, invente ton complot mondial : trouver un ennemi à dénoncer, manipuler des images et des informations pour faire croire que cet ennemi complote contre le reste de l’humanité, bâtir tout un récit autour de ce complot, étudier les moyens de rendre ce récit viral (internet, réseaux sociaux… : connaissance des nouvelles technologies de l’information) (mais évidemment, s’arrêter avant de le faire). S’interroger sur les raisons d’être des multiples théories complotistes existantes.
  • Le « système » vs. moi : si la quenelle est un geste anti-système, qu’est-ce que le système ? Mener l’enquête avec les élèves (sondages, recherches sur l’utilisation de la notion d’anti-conformisme et de discours contre les élites en politique, etc).

Certaines thématiques sont volontairement laissées de côté (médias, discriminations, …), car elles sont déjà abordées lors des multiples journées, projets, interventions menés dans l’établissement, et que cela serait donc redondant. Par ailleurs, les principes républicains (sauf laïcité) ne sont pas traités comme atelier à part entière, étant entendu qu’ils sont transversaux aux différents ateliers.

 


Une réflexion au sujet de « Atelier de pratique et de réflexion politique »

  1. Cécile

    Bonjour

    Ce qui me désole dans tous les commentaires écrits, lus, entendus, donc ce qui me désole est une question à laquelle je n’ai pas de réponse : où vivent, comment vivent tous ces « intellectuels » qui parlent, pensent en lieu et place « des cités de la banlieue »… Mixité entre eux, éventuellement avec une personne de couleur dans la mesure où la catégorie sociale de revenus sera identique…lorsque j’étais enfant, les « notables » vivaient non pas avec mais près de :gens de peu. Le fossé est creusé par ceux-là mêmes qui poussent un cri…à force de voir un front populaire se rapprocher de l’autre côté du fossé ils prennent peur. Les plus chanceux diront qu’ils partent parce que ce sont toujours les intellectuels qui sont en première ligne, celle qu’ils ont tracé : la ligne de partage « entre nous » entre vous ». Pourquoi voter pour vous ? pourquoi voter tout court ? La peur installée par ceux -là même qui la produisent et en vivent, ne me fait pas peur: la « résistance, l’indignation » de circonstance des rentiers de la république m ‘agace. Révoltez-vous..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *