« La vérité, toute la vérité, rien que la vérité » : j’ai prêté serment devant le Sénat

Rédactrice : Laurence De Cock

Mr Grosperrin, en qualité de rapporteur a rendu public hier le rapport de la commission sénatoriale « sur le fonctionnement du service public de l’éducation, sur la perte de repères républicains que révèle la vie dans les établissements scolaires et sur les difficultés rencontrées par les enseignants dans l’exercice de leur profession ».

Il me vient à l’évocation de ce titre de « rapporteur », quelques images bucoliques de cour de récréation où nous montrions du doigt les enfants courant se réfugier derrière l’autorité des maîtres/ses en pleurnichant et dénonçant  les quelques camarades retors qui ne filaient pas droit.  Chacun ses nostalgies d’école. Nous n’aimions pas les rapporteurs ; mais au moins faut-il reconnaître qu’ils disaient souvent vrai.

Ce n’est pas le cas de cet inepte rapport dont l’abstract constitue vraisemblablement la base de lancement de la droite forte, dure et lâche ; celle qui fournira à Mr Grosperrin  sans doute quelques menus remerciements pour l’impeccable zèle dont il vient de faire preuve.

Quelques rappels donc sur cette commission, avant de redire « toute la vérité, rien que la vérité » comme ce fut le cas ce matin du 7 mai lors de mon audition.

Formée précipitamment dans la panique post-attentats des 7 et 9 janvier, cette mission d’enquête visait à pointer du doigt ce qui relevait d’une prétendue « perte des repères républicains » des élèves à la suite des quelques incidents remontés au moment de la minute de silence. Incidents chiffrés à près de 200 ; incidents pointés à chaud dans l’émotion du moment et dont il faudra encore quelques années avant de pouvoir en déterminer réellement les modalités et motivations autrement que sous l’angle du scoop journalistique ou des lamentations gouvernementales. Mais il est vrai que ce sera le travail d’un historien ou sociologue, grands ennemis de cette commission – pensez-vous, ils tentent un peu de réfléchir – nous y reviendrons.

Toutes les informations sur le fonctionnement de cette commission et sur les auditions sont en ligne, dans le respect de la transparence des enquêtes républicaines. Ils ont aussi été décryptés fort brillamment par mes amis du collectif Aggiornamento récemment, je n’y reviens pas.

Enquête républicaine donc, celle à laquelle il m’était légalement interdit de me soustraire lorsque j’ai reçu la convocation.  Je n’en manquais pas d’envie pourtant. Aller témoigner devant une commission dont le titre porte à lui seul la conclusion de son enquête, à quoi bon ? La visée était si évidente :  diagnostiquer d’abord la « perte de repères » puis imaginer un protocole de décontamination. #NotInMyName comme on dit en ce moment, car de notre côté, nous avions fait le travail de recueil de témoignages qui disaient bien autre chose que ce diagnostic précipité et noirci des pires représentations sur l’école et la jeunesse de ce pays.

Il faut bien avouer que la commission nous a surpris – un peu – par le choix de ses auditionné.e.s. Comme le souligne Marie-Christine Blandin venue perdre du temps dans cette galère, les auditions se sont progressivement ouvertes à quelques voix discordantes : celles de Jean Baubérot, Philippe Meirieu, Philippe Watrelot, Nathalie Mons, Laurence Loeffel, ou encore la mienne. Sans que toutes nos positions ne se confondent, au moins partageons nous une posture commune de confiance dans la jeunesse, de forte hostilité à toutes formes de stigmatisations culturelles et sociales, et de croyance dans les vertus de l’enquête solide, étayée par le terrain, longue évidemment et non idéologiquement soumise aux enjeux et calendriers de l’immédiateté électoraliste.

Ce terrain que certains d’entre nous connaissent parfaitement bien : plus de vingt ans d’ancrage pour mon collègue Philippe Watrelot, et 16 années nanterriennes pour moi.

Le premier vient de raconter cette « mascarade » ainsi que son regret de ne s’être pas levé quand Mr Grosperrin a lancé son interpellation favorite de « déni de réalité »; il aurait dû en effet, et je reconnais que c’est grâce au visionnage de son audition que j’ai préparé la mienne, anticipant le dialogue de sourds à venir, et ne misant que sur l’opportunité de la mise en ligne des auditions pour espérer faire entendre quelques dissonances.

Car, au sein du collectif,  nous avions tout disséqué en amont et en aval de cette enquête, flairant le piège ; mais j’admets être tout de même étonnée que le rapport final  recoupe à ce point la pire des caricatures que nous avions imaginée.

Exit donc toutes les précautions, nuances et expertises que nous avons portées devant les plus ou moins nombreux sénateurs qui ont daigné nous écouter. Pour ma part, auditionnée à 9h du matin, ils n’étaient que quatre à avoir bravé l’appel de l’absentéisme[1] ; mention spéciale à Gérard Longuet, arrivé avec une bonne demi-heure de retard, avachi avec toute la nonchalance dont il a le secret sur le fauteuil du premier rang, daignant quelques secondes soumettre sa nuque à l’effort d’extraction de son écran de téléphone pour saisir quelques opportunités de bons mots sur les mérites de l’école… privée.

Ce fut un effort que de patiemment répondre à tous ces gens qui n’entendent rien à l’école, qui, en guise d’expertise, ne réfèrent qu’à leurs propres souvenirs jaunis d’écoliers. Je souligne ici la patience et l’honnêteté de Marie-Christine Blandin face à ces blocs de certitudes et m’interroge encore sur l’attitude de Françoise Laborde, apparemment à l’écoute et intéressée. Peut-être prendra-t-elle la parole pour se démarquer de ces ineptes conclusions dont la gauche devrait vraiment rougir de honte si elle survit encore quelque part dans ces prestigieuses assemblées.

Car tout y est : l’encre violette de l’école fantasmée de la troisième république, la criminalisation de la jeunesse et des familles des quartiers populaires, le retour au roman national  baigné dans la naphtaline, la « bonne conduite » et surtout l’incantation des « valeurs », des « valeurs », et encore des « valeurs » ! Tout ça pour ça. Combien de deniers publics dépensés pour en arriver à anônner autant de poncifs alors qu’il suffisait d’aller puiser dans les programmes électoraux de notre bonne droite conservatrice et autoritaire ?

Il eût sans doute été plus compliqué de jouer vraiment le jeu de l’écoute, de privilégier les expertises scientifiques et professionnelles  aux incantations catastrophistes des éditorialistes et autres philosophes rances à l’ego boursouflé du narcissisme des nantis. Au lieu de cela, le sénat nous offrit le spectacle d’élus enferrés dans la citadelle de leur foi chauvine et refusant le moindre pas hors de cet imaginaire hexagonal et gaulois.

Je ne sais pas ce que les jeunes générations retiendront de toutes ces fins de non recevoir. « Faire revenir la République à l’école » titre ironiquement ce rapport ; on a vraiment envie de plaider pour le contraire et de renvoyer quelques élus sur les bancs d’écoliers.  En attendant, il faut rappeler qu’un mélange du collectif Racine et de la droite forte vient de sortir des rangs d’une chambre républicaine, et j’ai mal à ma démocratie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *