Passé, présent, avenir d’Aggiornamento

Rédactrice : Laurence De Cock

Le collectif Aggiornamento hist-géo a vu le jour un soir d’hiver à Cambridge. Un de ces moments où il faut parfois tenter de pimenter la bascule du 31 décembre pour qu’elle prenne vraiment l’allure d’une nouvelle année. Je lisais Mes lignes de démarcation de Suzanne Citron, son autobiographie.

suzanne

Elle y mentionne un article paru en 1968 dans la revue des Annales intitulé  Pour l’aggiornamento de l’histoire-géographie, paraphé avec enthousiasme par Fernand Braudel alors impliqué avec Pierre Renouvin dans une réécriture des programmes. Tout m’y parut incroyablement contemporain.   Les mêmes – ou presque- questions se rejouaient avec la réforme du lycée de 2010 : des programmes infaisables, encyclopédiques, tellement loin des finalités critiques de l’enseignement de l’histoire-géographie.

Avec un petit collectif issu du CVUH, nous avions fait paraître de notre côté en 2009 « La fabrique scolaire de l’histoire »où nous scrutions les mécanismes des programmes en cours. Convaincue de la nécessité de reprendre la main sur notre matière première, je sollicitai alors ami.e.s et collègues, enseignant.e.s, chercheurs/ses ; toutes et tous soucieux de ces problématiques pour fonder un collectif qui prendrait le nom de ce premier appel lancé par Suzanne.

Depuis quatre ans, le collectif a acquis une véritable visibilité dans le champ. On nous décrit au pire comme « dangereux », « politiques ! » « excités » ; au mieux comme une « avant-garde » certes, mais en insistant sur le caractère « non représentatif » du collectif, et sur son impertinence qui rompt parfois, c’est vrai, avec la courtoisie du milieu. Enfin, récemment, ironie du sort, certains ont préféré nous cataloguer comme les alliés du gouvernement puisque nous avons ostensiblement soutenu l’esprit des programmes écrits par le CSP.

La réalité derrière tout cela est surtout que nous tenons plus que tout à notre indépendance. Ni association, ni syndicat, le collectif Aggiornamento ne se soucie guère de savoir combien nous soutiennent. Nous ne sommes les concurrents d’aucune association spécialisée. Nous tenons à notre caractère informel, à nos propres réseaux de diffusion, et à notre franchise de ton.

Nous avons obtenu cette reconnaissance par un travail intense, solide, à la mesure de la gageure de départ : nous poser comme experts légitimes de notre profession. Certain.e.s nous rejoignent puis disparaissent, d’autres arrivent encore. Il est impossible de nous compter et nous ne le ferons pas.  Nous n’appellerons aucunement à nous rejoindre. Notre position et notre posture sont lisibles. Chacun.e. est libre de s’y retrouver et de s’en éloigner pour y revenir.

Enfin, parce que nous ne goûtons guère la saveur du pouvoir, notre fonctionnement est circulaire ; sans barrière institutionnelle, sans déférence, sans dominations autres que celles qui parfois se fabriquent à nos corps défendant.

Vous trouverez ci-dessous la liste des 293 textes publiés par le collectif et en prime quelques nuages de mots et extractions statistiques.

Un grand merci à Frédéric Clavert qui a traité ces données et nous a fourni une première interprétation que je publie ici  :

« – La première est le classique nuage de mots-clés. Toujours esthétique, mais qui, sur un tel corpus, peut être un peu trompeur, car cela revient à considérer plus de 290 textes comme un seul

– La seconde est une analyse de similitudes: elle permet de voir le corpus comme une sorte de réseaux de mots. J’ai enlevé le terme “histoire”, tellement écrasant qu’il rendait cette visualisation inintéressante. L’un des éléments, parmi d’autres, qui me semblent frappant est que le terme “programme” est relié à “élève” via… l’”enseignant” (qui peut être une enseignante, les termes étant dits lemmatisés, c’est-à-dire ramenés à leur forme masculine singulière)! On peut voir aussi “programme” être relié à “national” puis “France” et enfin “Paris” (sous la forme “pari” car le logiciel ne connaît pas les noms propres). On peut enfin noter le lien entre “programme”, “question” et “société”.

– La dernière visualisation est une classification hiérarchique descendante selon la méthodologie dite Reinert. Sans en expliquer les finesses, il s’agit de regrouper des segments de texte d’environ 40 mots en fonction de leurs similitudes (notamment les co-occurrences de mots). Ces groupes correspondent (ou du moins peuvent être interprétés comme) aux grands thèmes abordés dans le corpus (ici, donc les 293 textes d’Aggiornamento).

Si l’on regarde bien les mots les plus représentatifs de chaque groupe, on s’aperçoit que le premier grand thème (classe 2) est relatif aux élèves passant un examen (notamment le bac. Le second grand thème (classe 1), qui est relié au précédent, correspond aux débats autour des programmes, mais dans un sens assez institutionnel (inspection, ministre, conseil, syndicat)

Le troisième grand thème me semble montrer la manière dont la connaissance historique et géographique sont transmises aux élèves. On parle des apprentissages, des outils, de la didactique (classe 6). Reliée à cette classe 6, la classe 5 me semble correspondre aux débats tournant autour de l’enseignement de l’histoire (roman, morale, critique, identitaire, etc…).

Enfin, les deux derniers thèmes me semblent concerner plutôt des sujets non plus relatifs à l’enseignement, les élèves, les programmes… mais au contenu proprement historien de ce carnet de recherche. On notera que le mot le plus représentatif de la classe 3 est “femme”, avant “république” »

Un grand bravo à tous les membres du collectif Aggiornamento histoire-géo ! 

A télécharger : tableau des 293 textes

nuage de mots Aggio similitude aggio dendrogramme_1


2 réflexions au sujet de « Passé, présent, avenir d’Aggiornamento »

  1. DESCAZES

    Je partage assez peu vos opinions, mais je suis avec intérêt votre publication, stimulante intellectuellement et très libre de ton. Il m’arrive d’être agacé, fâché, voire scandalisé par ce que vous écrivez, mais j’y trouve malgré tout matière à réflexion. Bien cordialement. PS Je suis un « vieux » professeur, proche de la retraite.

    Répondre
  2. Frédéric Clavert

    Alors, commentons rapidement les illustrations:

    – La première est le classique nuage de mots-clés. Toujours esthétique, mais qui, sur un tel corpus, peut être un peu trompeur, car cela revient à considérer plus de 290 textes comme un seul;

    – La seconde est une analyse de similitudes: elle permet de voir le corpus comme une sorte de réseaux de mots. J’ai enlevé le terme « histoire », tellement écrasant qu’il rendait cette visualisation inintéressante. L’un des éléments, parmi d’autres, qui me semblent frappant est que le terme « programme » est relié à « élève » via… l' »enseignant » (qui peut être une enseignante, les termes étant dits lemmatisés, c’est-à-dire ramenés à leur forme masculine singulière)! On peut voir aussi « programme » être relié à « national » puis « France » et enfin « Paris » (sous la forme « pari » car le logiciel ne connaît pas les noms propres). On peut enfin noter le lien entre « programme », « question » et « société ».

    – La dernière visualisation est une classification hiérarchique descendante selon la méthodologie dite Reinert. Sans en expliquer les finesses, il s’agit de regrouper des segments de texte d’environ 40 mots en fonction de leurs similitudes (notamment les co-occurrences de mots). Ces groupes correspondent (ou du moins peuvent être interprétés comme) aux grands thèmes abordés dans le corpus (ici, donc les 293 texte d’aggiornamento).

    Si l’on regarde bien les mots les plus représentatifs de chaque groupe, on s’aperçoit que le première grand thème (classe 2) est relative aux élèves passant un examen (notamment le bac. Le second grand thème (classe 1), qui est relié au précédent, correspond aux débats autour des programmes, mais dans un sens assez institutionnel (inspection, ministre, conseil, syndicat)

    Le troisième grand thème me semble montrer la manière dont la connaissance historique et géographique sont transmise aux élèves. On parle des apprentissages, des outils, de la didactique (classe 6). Relié à cette classe 6, la classe 5 me semble correspondre aux débats tournant autour de l’enseignement de l’histoire (roman, morale, critique, identitaire, etc…).

    Enfin, les deux derniers thèmes me semblent concerner plutôt des sujets non plus relatifs à l’enseignement, les élèves, les programmes… mais au contenu proprement historien de ce carnet de recherche. On notera que le mot le plus représentatif de la classe 3 est « femme », avant « république ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *