Est-ce que l’épreuve d’histoire-géographie en STI2D et STL intéresse quelqu’un là haut ?

Rédactrice : un.e enseignant.e en colère…

Ce texte est soutenu par des enseignant.e.s des académies franciliennes. 

EN STI2D et STL, l’histoire géographie fait partie du premier groupe d’épreuves, c’est un oral de 20 minutes, coefficient 2, soit le plus petit coefficient de cette série.

Il n’empêche que c’est une épreuve de bac, et qu’à ce titre, elle est soumise à des textes réglementaires, éclairés par des instructions officielles et que nos élèves préparent tant bien que mal l’épreuve dans cette logique.

Nous, leurs enseignants, aussi.

On rame pour finir les programmes avec nos 2 heures hebdomadaires, on se presse en fin d’année pour envoyer au SIEC les descriptifs qui permettront aux examinateurs de définir les sujets qu’ils donneront à nos élèves. On s’interroge sur les formulations, craignant d’être trop longs, ou pas assez explicites, dans le but de mettre toutes les chances de leur côté. D’autant que les cadrages académiques enjoignent les examinateurs d’interroger les élèves avec bienveillance, dans la logique de ce qu’ils ont appris et non pas en fonction de ce qu’on voudrait qu’ils sachent.

Mais ces descriptifs, censé aider à préparer des sujets individualisés, n’arrivent entre les mains des examinateurs qu’au moment précis où ils devonta donner son sujet à l’élève. Autant dire que la préparation de sujets individualisés, avec un défilé de 16 élèves par jour en moyenne, on s’en balance….

Depuis quatre ans que cette épreuve existe, pas une fois le SIEC ne m’a transmis à l’avance les descriptifs des élèves que je devais interroger, arguant qu’il n’est pas tenu de le faire (au mépris des instructions officielles) ou que les IPR de mon académie lui ont dit que ce n’était pas nécessaire. Il m’est arrivé de devoir joindre, un par un les établissements d’origine des élèves que je devais interroger pour obtenir leurs descriptifs avant l’épreuve. Cette année, au SIEC, personne ne répond à mes mails ou ceux de mon chef d’établissement et le téléphone sonne dans le vide c’est plus simple….

Les IPR d’histoire-géographie ne se soucient pas plus de la question, se renvoyant la balle et renvoyant la faute au SIEC. Encore moins le Recteur, que j’ai pourtant sollicité.

Moi, je n’ai toujours pas les descriptifs, à une semaine des épreuves….

Depuis quinze ans que j’enseigne, souvent avec plaisir, parfois avec difficultés, dans ces séries, que j’essaie du mieux que je peux de transmettre quelques notions et connaissances disciplinaires à des élèves dont ce n’est, loin s’en faut, pas la tasse de thé, je n’ai jamais eu un tel sentiment d’abandon que ces dernières années.

Si je ne me levais pas les matins du 25 juin au 1er juillet, je me demande si quelqu’un le remarquerait….

NDLR : Nous avons volontairement respecté l’anonymat de l’auteur.e et de l’académie pour des raisons évidentes. 


7 réflexions au sujet de « Est-ce que l’épreuve d’histoire-géographie en STI2D et STL intéresse quelqu’un là haut ? »

  1. Fabrice LESTRINGANT

    Bonjour,

    ce billet d’humeur concerne les académies de la seule Île-de-France, c’est bien ça ?

    Répondre
  2. MIGINIAC Arnaud

    bonsoir,

    je suis tellement d’accord avec vous en général. Pour le coup je suis en parfait désaccord.
    – Vous dîtes: « On rame pour finir les programmes avec nos 2 heures hebdomadaires ». C’est faux. Le programme ne comporte que 5 thèmes. Ils sont très accessibles pour les élèves. De plus il est facile de mettre en oeuvre des situations pédagogiques propices.

    – Vous dîtes: « on se presse en fin d’année pour envoyer au SIEC les descriptifs qui permettront aux examinateurs de définir les sujets qu’ils donneront à nos élèves. » . Encore faux (dans mon académie). Il suffit de faire le descriptif au fur et à mesure de l’année.

    – Vous dîtes: « Depuis quatre ans que cette épreuve existe, pas une fois le SIEC ne m’a transmis à l’avance les descriptifs des élèves que je devais interroger, arguant qu’il n’est pas tenu de le faire (au mépris des instructions officielles) ou que les IPR de mon académie lui ont dit que ce n’était pas nécessaire. » Encore faux (dans mon académie). Depuis que je fais passer les oraux de la nouvelle mouture du bac j’ai toujours eu les descriptifs une vingtaine de jours avant les épreuves.

    En résumé ne généralisons pas votre situation. Dans l’académie de Nantes où je travaille et dans d’autres (où je connais du monde) cette épreuve se déroule très bien.

    Répondre
  3. Un enseignant

    Dans les principales filières technologiques, et d’autres, nos disciplines souffrent de coefficients dissuasifs qui les rendent pratiquement facultatives pour bon nombre d’élèves. Ne nous énervons pas, c’est assez assez logique.

    Dans le cas de la filière STI2D, les effectifs sont généralement moins importants, les élèves suivent des apprentissages diversifiés, ce qui rend nos séances (2 heures par semaine, quand même) atypiques, vivantes et souvent très intéressantes : il est possible d’obtenir de bons résultats avec ces classes-là, n’en doutons pas.

    Les programmes sont innovants et semblent le fruit d’une réflexion intéressante sur la façon de rapprocher nos disciplines de l’apprentissage technologique. Il suffit d’évoquer le thème de l’Ouverture sur le monde : XIXe – XXe siècle, l’approche par sujets d’étude, au choix, ou la transdisciplinarité.

    Mais les Questions obligatoires, la partie magistrale, universitaire, prennent trop de temps. Elles représentent 65% du programme annuel. Il reste peu de temps pour développer l’analyse des Sujets d’études : environ 2h30 pour chacune d’elles (Les 35% restants). C’est bien peu quand il s’agit de creuser un sujet en mettant les élèves en activité sur des corpus, en situation d’autonomie, individuellement ou par groupes, avec le recours souhaité aux TICE.

    Mais surtout, ces Sujets d’étude, même au choix, pas plus d’ailleurs que les Questions obligatoires, ne s’approchent de ce qui serait vraiment intéressant de développer avec nos classes : je pense que nos enseignements devraient se baser sur les programmes technologiques et rester au plus près des apprentissages qui sont mis en œuvre dans le laboratoire. Il devrait être intéressant de partir d’une impression 3D, de son cahier des charges à sa commercialisation, et de parvenir à enseigner les notions clés de nos sciences humaines, modernisation, démocratisation, mondialisation, développement durable : l’Ouverture sur le monde contemporain.

    Je pense que, de cette façon, nous pourrions davantage intéresser les élèves de cette filière et revaloriser l’histoire, la géographie et l’éducation civique dans les esprits, et en terme de coefficients.
    Cela nous permettrait de lutter plus efficacement contre le désintérêt et le manque de reconnaissance de la part des élèves, mais aussi de l’administration.

    J’ajoute que si j’ai participé, comme enseignant et comme examinateur à plusieurs examens qui se sont parfaitement bien déroulés, il me semble avoir constaté cette année le même genre de problèmes que ceux que notre collègue énervée déclare. Cela fait peut-être déjà beaucoup de symptômes pour une épreuve qui n’est quand même pas si neuve.

    Répondre
    1. MIGINIAC Arnaud

      « l’Ouverture sur le monde : XIXe – XXe siècle, ». A quoi faîtes vous référence. Il n’y a pas ce thème en STI2D STL. Il y en a un sur la cinquième république, un sur les territoires de proximité, un sur vivre et mourir entre 1850 et 1970, un sur la mondialisation et un sur la Chine depuis 1911.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *