Forum sur l’enseignement de l’histoire du CSP : Compte-rendu

102874

Rédactrice : Véronique Servat

Le forum du CSP sur l’enseignement de l’histoire s’est tenu hier à la Sorbonne. Il a réuni un après le discours de Najat Vallaud-Belkacem, et autour d’Emmanuel Laurentin et Michel Lussault un ensemble varié de praticiens de l’histoire : professeurs du primaire, du secondaire, du supérieur, IPR-IA, Inspecteurs Généraux, membres de la DGESCO, du CSP, associations, et bien sûr membres de notre collectif Aggiornamento présents sur chacune des tables rondes (pour ceux qui se souviennent de notre naissance en 2011, on peut mesurer le chemin parcouru). On notera l’absence des Inspecteurs Généraux d’histoire-géographie en fonction.

Le forum s’est déroulé en 5 temps. La ministre a ouvert la journée avec un discours recadré par rapport à ce que nous avions l’habitude d’entendre ces derniers temps : dénonçant et déjouant une partie des polémiques, répondant aux accusations sur l’histoire victimaire, appelant à un débat apaisé fondé sur une réflexion scientifique plurielle. Les finalités civiques de la discipline, l’enseignement laïque du fait religieux ou l’investissement par les jeunes des commémorations furent successivement évoqués.

NVB

Michel Lussault a ensuite fait une courte présentation des intentions du CSP et de ses modes nouveaux d’écriture des programmes qui prennent désormais une forme bien plus curriculaire. Benoît Falaize a complété son intervention par une mise en perspective de l’écriture des programmes  faisant apparaître d’une part l’ancienneté des controverses et d’autre part  l’importance de questions vives au tournant des années 80.

 

La première table ronde consacrée à Comment enseigner l’histoire de France aujourd’hui ? se proposait de croiser les regards d’historien.ne.s, de formateurs et formatrices. Les intervenants sont pour partie revenus sur les polémiques en cours, ont questionné l’enseignement d’une histoire comme « roman national », récit unificateur ou savoirs permettant de construire un projet commun. Peu à peu le débat s’est déplacé vers l’histoire enseignée, posant la question de la liberté pédagogique et du corset dans laquelle les récentes écritures des programmes (2008 en collège puis au lycée) ont confiné les enseignants. Les échanges avec la salle qui ont suivi ont d’ailleurs fort peu repris les polémiques médiatiques pour s’attarder davantage sur la nécessaire confiance et liberté à rendre aux professeurs.

1

 

La deuxième table ronde Pourquoi enseigner (aussi) l’histoire mondiale ? était plus consensuelle que la 1ère. Il y fut question de décloisonnements, de variations scalaires, de jeu de temporalités, de rencontre et de dialogue entre histoire et géographie sur le mode transdisciplinaire ou transversal. Entre histoire globale,  histoire connectée, géohistoire il fut question de rencontres, de décentrage du regard et des savoirs mais aussi d’adaptation de l’enseignement à un quotidien remodelé par la mondialisation, les circulations desquelles l’échelle nationale ne peut s’affranchir. De l’Antiquité à l’époque contemporaine, les intervenants ont aussi discuté de l’apport que pouvait constitué ces nouvelles approches dans les programmes scolaires et les classes.

2

La troisième table ronde réunissait davantage de professeurs en exercice autour de Dominique Borne et d’Emmanuelle Picard. Les échanges portaient sur Histoire programmée et histoire enseignée. Après avoir tenté de percer les mécanismes et les ressorts du passage de l’un à l’autre, le débat a aussi évoqué l’articulation avec les autres disciplines dont l’histoire des arts, ou les nouveaux dispositifs (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires). La formation initiale et continuée, la nécessaire liberté pédagogique à accorder à une profession intellectuelle, ou celle de donner du temps à l’enseignant pour permettre à tous ses élèves d’entrer convenablement dans les apprentissages, et la question des contenus et compétences ont également nourri les échanges.

3

La contribution de Philippe Joutard a terminé la journée.

Les débats ont donc été particulièrement nombreux et riches en « on » et en « off ». Aggiornamento a joué pleinement son rôle d’interlocuteur, force de proposition sur toutes les tables rondes, sortant des lieux communs, revendiquant une histoire ouverte confiée à des enseignants maîtres de leurs choix, assumant leur liberté pédagogique. Il semble que certaines de nos propositions aient intéressé les sphères les plus hautes. Toutefois, nous devons rester mobilisés et vigilants car l’éducation nationale est une maison dans laquelle les pré-carrés sont nombreux et nous savons tous que dans l’ombre d’autres parties se jouent. La consultation, ne nous mentons pas, risque d’accoucher d’une souris tant les consensus sont limités  et ont peu de chance de faire émerger des solutions satisfaisantes. Le CSP devra trancher. Quand certains proposent de supprimer les choix, d’ajouter des questions aux programmes, ou d’en faire un récit unificateur, nous proposons aux enseignants de reprendre la main sur leur enseignement ce qui, réaffirmons-le, est la meilleure solution.

 

L’ensemble des interventions et tables rondes est désormais en ligne, ce dont il faut chaleureusement remercier Emmanuel Laurentin et les équipes de France Culture.

Voici le lien : https://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-enseigner-l’histoire-dans-les-cycles-de-la-scolarite-obligatoire-

 


Une réflexion au sujet de « Forum sur l’enseignement de l’histoire du CSP : Compte-rendu »

  1. M. Colas

    Bonjour et merci pour votre compte-rendu.
    Une remarque sous forme de question.
    La consultation en ligne est ouverte à tout internaute qui peut à loisir compléter les champs proposés. Pas besoin d’identifiant, de NUMEN par exemple. On peut indiquer être professeur de tel grade, de tel type d’établissement ou de telle matière et donner son avis bien senti sur les propositions de programmes. Cette consultation respecte-t-elle les dispositions prévues par la loi Fillon de 2005 ? Elle ne ressemble en rien à la précédente qui, comme il a été signalé dans votre autre billet, avait rejeté de façon massive l’idée d’enseigner les trois monothéismes dans un même chapitre en classe de 6ème.
    Je suis donc passé très vite d’un intérêt certain pour ces nouvelles propositions de travail à un désenchantement plus que certain.
    Confraternellement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *