Aggio-Sup : Pour un état des lieux de l’histoire après le bac.

Logo (bis)-02
Rédacteurs/rices : Guillaume Calafat – Eric Fournier – Guillaume Mazeau – Jeanne Moisand
Enseignant-e-s à l’Université, nous ressentons le besoin de partager nos questions et nos expériences avec les collègues qui le souhaitent. Pour différentes raisons qui relèvent autant des structures institutionnelles que des habitudes pédagogiques, les informations sont rares sur les cursus en histoire ainsi que sur les pratiques concrètes et les méthodes d’enseignement dans le supérieur.

Par ce questionnaire, dont les résultats inspireront un ou plusieurs article(s) publié(s) sur le carnet de recherche aggiornamento hist-geo et nous l’espérons, bien d’autres initiatives, nous voudrions ouvrir un espace de discussion, d’échanges d’informations et de mise en commun des expériences sur l’enseignement de l’histoire dans le supérieur. Dans le prolongement de ce qui est fait depuis plusieurs années par le collectif aggiornamento, nous souhaitons mettre en partage les expériences pédagogiques, faire dialoguer les enseignants-chercheurs sur leurs enseignements et questionner la variété et la pluralité des formations historiennes après le bac.

Quelques précisions : Vous n’êtes pas obligé de répondre à toutes les questions. Vous pouvez le faire anonymement. Répondre à l’adresse aggiosup(at)gmail.com.

(remplacer (at) par @)

 

  1. Faisons les présentations…

Depuis quand enseignez-vous dans l’enseignement supérieur ? Avec quel(s) statut(s) ? Dans quel(s) établissement(s) ? Quel est votre sexe ? Quel âge avez-vous ?

Combien d’heures ? À quels niveaux ?

Enseignez-vous exclusivement dans un parcours d’histoire, ou dans le cadre de parcours pluridisciplinaires ?

  1. Forme et contenu de vos enseignements

Votre université distingue-t-elle Cours Magistraux et Travaux Dirigés ?

La distribution des enseignements dépend-elle des statuts des enseignant-e-s ? Précisez.

Combien de temps avez-vous eu pour préparer le contenu de vos enseignements ?. Avez-vous pu rencontrer d’autres enseignant-e-s pour dialoguer sur les formes et contenus ? Avez-vous été aidé lors de vos premières années d’enseignement ?

De manière générale, les échanges pédagogiques existent-ils dans votre université ? Non – rarement – fréquemment. Savez-vous au moment où vous assumez un enseignement, si vous pourrez reconduire vos enseignements les semestres ou les années suivantes ?

Quelles sont les conditions matérielles de vos enseignements (informatique, vidéoprojecteurs, craies…) ?

Quel est votre environnement de travail (salle de travail pour les enseignant-e-s, bureaux, cantines…) ?

Choisissez-vous le contenu et la forme (temps, progression des séances, séquences…) de votre enseignement ? Autrement dit, êtes-vous seul-e responsable des sujets que vous souhaitez aborder avec les étudiant-e-s ?

Quels sont, à votre avis, les aspects particuliers et positifs de l’enseignement de l’histoire dans votre université ?

De quelle manière parvenez-vous à lier recherche scientifique et enseignement ?

Jusqu’à quel point estimez-vous intéressant d’enseigner des domaines, voire des périodes autres que vos domaines de spécialité ? Pourriez-vous donner des exemples, des retours d’expérience, des difficultés éventuelles rencontrées ?

Les quatre grandes périodes sont-elles compartimentées dans vos établissements ? Existe-t-il des moyens de les relier ensemble à travers les enseignements ?

  1. Les étudiant-e-s et vous

Existe-t-il des dispositifs d’accompagnement pédagogique pour les étudiant-e-s d’histoire dans votre établissement ? Comment fonctionnent-ils ? Que proposeriez-vous pour les améliorer ?

La question des débouchés professionnels des étudiant-e-s influe-t-elle sur l’organisation des enseignements et les pratiques pédagogiques dans votre établissement ? Si oui, quelles évolutions notables ont été récemment proposées ?

Quelle est la place respective de l’oral et de l’écrit dans la formation des étudiants ? dans leur évaluation ?

Quels types d’exercice proposez-vous à vos étudiant-e-s ? Comment les évaluez-vous ? Existe-t-il un contrôle continu ? Quelle est votre marge d’autonomie dans la notation des étudiant-e-s ?

Le travail personnel des étudiant-e-s : que leur demande-t-on en dehors des cours ? Ce travail personnel est-il contrôlé ?

Quel est, selon vous, la durée idéale d’un cours (préciser quels niveaux) ? Et l’effectif souhaitable ?

Les étudiant-e-s prennent-ils la parole au sein des séances

Comment définiriez-vous l’ambiance des groupes d’étudiant-e-s ?

  • Plutôt passive ?
  • Active et dynamique ?
  • Indisciplinée ?

Est-il prévu une évaluation qualitative et/ou quantitative de votre enseignement par les étudiants ? La proposez-vous ? Possibilité d’attacher un fichier.

Dans leur formation, les étudiant-e-s sont-ils amené-e-s à sortir de l’Université (précisez où, dans quel cadre) ?

Comment concevez-vous la formation des enseignant-e-s de l’enseignement supérieur ?

Avez-vous pu bénéficier d’une formation à la pédagogie du supérieur ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *