Le ministère sert Lavisse avec Pierre Nora

Rédactrices/Rédacteurs :  Hayat Elkaaouachi, Eric Fournier, Fanny Layani, Véronique Servat. 

 

 

Annoncée par le Ministère de l’Education Nationale, ici plus que jamais porte-parole de l’Elysée, la nomination d’un comité d’historiens pour superviser la rédaction finale des programmes d’histoire-géographie proposés par le Conseil Supérieur des Programmes (CSP) est un procédé antidémocratique. Cette démarche confisque autant qu’elle précipite le dénouement d’une procédure qui s’était déroulée jusqu’ici d’une façon enfin plus transparente que l’opacité qui avait régné sur la rédaction des programmes précédents[1]. En effet, le CSP est un organe indépendant, et les programmes qu’il propose aujourd’hui sont le résultat d’un long travail de concertation mené au sein de groupes mixtes, après une longue période d’auditions. Ces projets de programmes doivent, en principe, être soumis à la consultation des enseignants à compter du lundi 11 mai.

Or, profitant de la brèche médiatique ouverte par les habituels pourfendeurs de tout ce qui ne relève pas d’une histoire scolaire fantasmée et franco-française, une poignée d’éditocrates et une brochette de réac-publicains ont lancé une offensive majeure à l’encontre de ces programmes, certes en de nombreux points perfectibles, mais novateurs et offrant des horizons différents, des libertés nouvelles à celles et ceux qui seront chargé.e.s de les enseigner. Dans une énième reculade face à ces « pseudos-intellectuels », la ministre annonce qu’une commission d’historiens, comptant dans ses rangs Pierre Nora et Jean-Pierre Azéma pour commencer, est invitée à court-circuiter l’amont (le CSP) autant que l’aval (la consultation des enseignants). Quelle expertise serait donc la leur, qui fonderait leur légitimité, sur des programmes dont ils n’ont pas suivi l’élaboration – si tant est qu’ils en aient une vue globale ? Ont-ils même la moindre idée de ce qui s’enseigne et se pratique actuellement dans les classes ? Ont-ils simplement la plus vague représentation de ce qui signifie l’acte d’enseigner en collège ?

Le dispositif qui vient d’être annoncé, exposant sans fards les mécanismes d’un entre-soi mondain, sonne surtout comme un déni de démocratie, et signifie par ailleurs avec mépris aux enseignants que leur consultation est purement formelle.

A l’heure où nous publions ce texte, les contours de la situation sont encore incertains, mais un point est d’ores et déjà clair : Pierre Nora entend peser de tout son poids sur les programmes. Afin de mesurer à quoi l’on expose l’enseignement de l’histoire au collège dans les semaines à venir, Aggiornamento s’est livré à une lecture critique de l’entretien de Pierre Nora publié publié dans le Journal du dimanche le 3 mai dernier[2].

Monsieur Pierre Nora, bénéficiant de la pleine connivence du journaliste, se construit une posture d’homme providentiel

Dans son entretien au JDD, l’historien défend ses réseaux et ses pairs, dans une posture de connivence à peine voilée avec ceux qui ont fait de fracassantes irruptions dans les débats sur les propositions de programmes. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que deux des plus tonitruants d’entre eux – Brighelli et Bruckner – sont publiés par Gallimard, où Pierre Nora dirige deux collections majeures.

Niant tout crédit à des choix pourtant discutés et validés par des historiens, des IPR et des enseignants, Pierre Nora se pose comme homme providentiel, surplombant, au-dessus de la mêlée : du haut de sa sagesse, il voit ainsi ce que les autres n’ont pas vu (« ce que je reproche est bien plus grave ») et absout le CSP, qu’il présente comme irresponsable car ignorant, englué dans la crise identitaire dont serait frappée la France. Une crise identitaire que l’historien ne questionne jamais, mais valide incidemment. Dialoguant directement avec la France, Pierre Nora livre ses sentences sur l’enseignement en général, disqualifiant le redoublement, critiquant l’enseignement du français et la structure du collège.

Ce détour par l’enseignement du français met justement en lumière l’une des trames de l’entretien : une dose supplémentaire de fabrique de l’angoisse, par celui qui dit que tout est « bien plus grave ». Ce n’est pas le cliché éculé des 300 mots de vocabulaire de « certains » élèves qui est agité mais celui, inédit, de « 100 mots de vocabulaire » en sixième. D’autres éléments anxiogènes ordonnent son discours : une « France fatiguée d’elle-même », manifestement sur le déclin, en passe de « perdre sa mémoire », affrontant une « crise identitaire, l’une des plus graves de son histoire ».

Comme Pierre Nora est historien, et que l’histoire est, on l’a assez entendu, une simple affaire de causalités, on attendrait qu’il explique et contextualise quelque peu ce prétendu déclin identitaire. Le choix des bornes chronologiques étant fluctuant selon les prismes et toujours signifiant, on est pour le moins surpris par le choix qu’il fait du point de rupture de l’histoire du plus vieil Etat-nation au monde. Pour notre historien, ce sont rien moins que les années 1970-1980, qui marquent l’entrée de la France dans la crise avec l’immigration comme accélérateur principal. Il n’est ici question ni de données économiques, ni de données politiques, sociologiques ou culturelles. Comme beaucoup d’intervenants contemporains criant au délitement national, le prisme choisi, en dehors de toute considération globale, reste l’immigration, comme une manière d’en venir aussi au religieux.

Pierre Nora, « instituteur national »[3].

Ainsi s’inquiète-t-on : Pierre Nora aurait-il perdu ses réflexes d’historien. Plusieurs éléments de l’entretien légitiment cette question.

A la question posée par Le Goff  de savoir s’il est possible de sectionner l’histoire en tranches, Pierre Nora s’autorise assurément une découpe qui laisse dubitatif, et défie l’analyse critique par son caractère arbitraire. Tout dans cet entretien relève d’une conception de l’histoire désuète, d’une vision de la France par en haut, se cantonnant à une histoire politique datée. Ou alors, le choix est-il d’instrumentaliser l’histoire pour en faire un récit, non pas scientifiquement renouvelé et questionné par la recherche contemporaine, mais un discours orienté et volontairement partial ? Sacrifiant la critique et la recherche en histoire, pourtant aisément transposables dans les classes, pour une histoire enseignée sans perspectives européenne ni mondiale, sans réflexion sur la construction d’un Etat avec des réussite mais aussi des heurts, des paradoxes et des échecs, les options de Pierre Nora annoncent une histoire sans profondeur, linéaire et lisse, préférant l’omission à la reconnaissance. C’est le choix d’une histoire immobile et injonctive, contre une histoire dynamique.

Dans les propos tenus par le maitre d’œuvre des Lieux de mémoire, il est évidemment question des liens entre histoire et mémoire : « L’histoire est au collectif ce que la mémoire est à l’individu. Si vous perdez la mémoire, vous perdez vos repères ». La confusion entre histoire et mémoire déroute tant elle nie à l’histoire sa dimension scientifique, critique, résultat d’un travail de recherche et non du souvenir. L’histoire ne sert pas les individus, ni les sociétés, elle permet de comprendre, d’expliquer et de mettre en perspective. En reprenant à son compte une conception datée de la mémoire, Pierre Nora refuse de concevoir l’histoire, fut-elle scolaire, comme une construction critique, comme une mise à distance : l’injonction identitaire qui, depuis deux décennies au moins, a fait la preuve de son échec à l’école, domine encore.

Enfin, l’analyse didactique que Pierre Nora fait des programmes laisse aussi sceptique : il reprend à son compte la lecture mensongère faite et diffusée avec virulence par la droite au sujet de l’islam, qui n’est en rien enseigné aux dépens de l’Eglise ou du christianisme (Pierre Nora réussit d’ailleurs, à ce sujet, le tour de force de se contredire entre sa première et sa troisième réponse).

De manière générale, concernant la transmission, bien qu’il s’en défende sans convaincre, Pierre Nora ne propose rien d’autre qu’une forme actualisée du roman national Lavissien : une France en situation dominante, mise en scène dans une histoire narcissique et diffusionniste. Ce néo-récit risque cependant de peiner à être édifiant, tant il est habillé d’étiquetages aussi flous que difficiles à comprendre : quelle serait donc cette identité française « nationale », entre la France « révolutionnaire » et la France « républicaine » ? L’identité actuelle serait ainsi, à l’en croire, « démocratique ». Correspondant au moment de la grande crise entamée en 1970-80, la démocratie serait donc inférieure à la République ?

Mais tel est sans doute le destin des prophètes et des oracles : s’astreindre à être allusifs et brumeux. Cela étant, dans cet entretien, dès que l’on sort de l’histoire de France, cela comporte quelques menus avantages : sur ce que pourrait signifier la nécessité « d’articuler la France avec l’Amérique, l’Afrique, la Chine », on n’en saura pas plus. Il est manifestement moins noble d’évoquer les circulations internationales que de découper l’histoire de France.

Les profs et les élèves, dans tout ça ?

L’entrée en scène imprévue de Pierre Nora vient perturber un calendrier déjà intenable, alors que les groupes de travail et le CSP ont été sommés, eux, de se plier depuis des mois à un calendrier très contraint. Dans cet immense chantier qu’est la réforme des programmes, des règles de transparence – relative mais appréciable – avaient été instituées, un calendrier avait été fixé, des avis devaient être recueillis, et tout le monde avait travaillé (ou s’apprêtait à le faire, dans le cas des enseignants) dans le respect de ces règles. Or, voici que sur simple décision de la rue de Grenelle – et donc de l’Elysée – des mois de labeur sont balayés par la création de cette commission. Plus grave, les programmes d’histoire sont explicitement soumis à un régime d’exception qu’aucune autre discipline ne subit, soulignant s’il le fallait encore, à quel point l’enseignement de l’histoire est l’objet de toutes les pressions politico-médiatiques. Ainsi, si François Hollande et Najat Vallaud-Belkacem répètent aujourd’hui à qui veut les entendre que l’histoire enseignée est un cocktail de chronologie et de fabrique identitaire, c’est qu’ils cèdent à ceux qui, à droite, ont hurlé plus fort. Si la reculade est telle, peut-être auraient-ils pu se passer d’expliquer par monts et par vaux que, contrairement aux pratiques précédentes, ils faisaient le choix de nommer une instance indépendante et souveraine pour rédiger les nouveaux contenus enseignés ? Ici comme ailleurs, le changement proclamé a vécu, et le gouvernement s’apprête à renoncer à des programmes ambitieux, qui auraient pu permettre aux enseignants une plus grande liberté dans la conception de leurs cours, de cheminer au plus près de l’historiographie, d’inscrire l’histoire de France dans des logiques multifactorielles et complexes. Or, renoncer à l’ambition intellectuelle d’un enseignement critique au profit d’une entreprise normative, c’est oublier que le savoir n’a pas vocation à construire des murs mais à les faire tomber. Enseigner, c’est mener plus haut, ouvrir les horizons sans craindre l’éloignement et la dispersion. C’est donner envie d’apprendre pour être humain avant d’être Français. Ainsi, derrière les interprétations discutables des nouveaux programmes d’histoire en collège, Pierre Nora et le gouvernement témoignent surtout de leur manque de confiance dans la jeunesse du pays, dans le travail des historiens et des enseignants.

Si l’histoire-géographie enseignée est en souffrance aujourd’hui, ce n’est pas du fait d’une crise identitaire fantasmée ou allègrement alimentée, ni parce que l’école de la République aurait perdu ses valeurs, mais plutôt parce que n’importe qui, ayant une position médiatique dominante, estime savoir quels contenus doivent être enseignés, et comment. Dans la préface aux Damnés de la Terre de Frantz Fanon, Jean-Paul Sartre écrivait : « La France, autrefois, c’était un nom de pays ; prenons garde que ce nom ne soit, en 1961, le nom d’une névrose ». Il en va aujourd’hui de même pour l’histoire que l’on choisit d’enseigner à nos enfants.

[1] Les programmes élaborés précédemment sont ceux actuellement en vigueur au lycée.

[2] http://www.lejdd.fr/Societe/Education/L-historien-Pierre-Nora-sur-les-nouveaux-programmes-d-histoire-L-image-d-une-France-fatiguee-730638

[3] P. Nora (dir.),  Lavisse, instituteur national dans Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984, vol.1, p.258 et suivantes.


10 réflexions au sujet de « Le ministère sert Lavisse avec Pierre Nora »

  1. fer

    Votre propos est quelque peu excessif s’agissant de Pierre Nora qui est, tout de même, un historien de référence, d’une tout autre pointure que les éditocrates ou pseudo-intellectuels à la Pascal Bruckner…

    Le fait que cela court-circuite le CSP est dommageable mais le CSP est-il aussi prêt du terrain que vous semblez le dire ? Je n’en suis pas si sûr d’après les échos que j’ai eus. Au CSP aussi, les considérations idéologiques (à commencer sur le terrain pédagogique où plusieurs écoles s’affrontent) ne sont pas absentes…

    Quant au court-circuitage de la consultation des enseignants, quoi de neuf sous le soleil ? Connaissez-vous une consultation d’enseignants qui ait débouché sur des inflexions majeures des programmes ?… En général, on attend un ou deux ans de pratique d’un programme infaisable pour bien vouloir écouter enfin les récriminations de la base (cf. programmes de 3e, 1ereS, Term L/ES des dernières années).

    Néanmoins, il y a effectivement dans l’interview de Pierre Nora des réponses étranges, à commencer par les phrases suivantes : « L’histoire est au collectif ce que la mémoire est à l’individu. Si vous perdez la mémoire, vous perdez vos repères »

    Il me semble, en tant qu’enseignant et intellectuel à mon échelle, qu’au contraire, nous croulons justement sous l’hypertrophie mémorielle (dont la guerre des mémoires n’est qu’une des composantes) et qu’il serait temps de reprendre ses distances quitte à élaborer un programme très plat et ennuyeux dans ses intitulés…

    Votre injonction très classique de la part des progressistes à imprégner l’histoire scolaire des dernières innovations dans le champ de la recherche ne me paraît qu’à moitié convaincante de ce point de vue. En effet, dans la recherche aussi, les modes se succèdent et sont, elles-mêmes, contestables et/ou non transposables au niveau d’un enfant ou d’un adolescent, à commencer par les études post-modernes (l’histoire au « second degré » : imagologie, histoire de l’histoire, histoire de la mémoire, déconstruction poussée des périodes et des concepts, histoires alternatives basées sur les minorités ou les communautés). En effet, au-delà des discussion sur le fond (pertinence ou non de telles problématiques ?), elles impliquent souvent un savoir préalable historique que les jeunes n’ont pas encore. Même en Terminale, évoquer les mémoires (Guerre d’Algérie ou 2nde Guerre mondiale) reste difficile car ils leur manque la connaissance suffisante de ces événéments en soi.

    Enfin, j’aimerais exprimer la lassitude de nombreux collègues face aux changements incessants de programme d’histoire-géo depuis 2007. Pour bien connaître l’Allemagne (en l’occurrence les Länder qui ont la charge des programmes), c’est très différent là-bas : ils ont plus d’autonomie mais aussi des intitulés de questions au programmes on ne peut plus classiques et sans fantaisie… Ce qui n’empêche pas d’innover, bien au contraire.

    Répondre
  2. Lui1803

    J’avoue que ces projets de programmes me laissent sceptique.
    Prof d’histoire-géo en lycée, je suis d’un naturel optimiste. Mais là, je me pose des questions.

    D’abord sur votre article : vous ne pouvez pas argumentez que la procédure qui a abouti à ces programmes est démocratique et nier la compétence de P. Nora dans la foulée. « Niant tout crédit à des choix pourtant discutés et validés par des historiens, des IPR et des enseignants, Pierre Nora se pose comme homme providentiel, surplombant, au-dessus de la mêlée » C’est justement parce que ce ne sont pas LES historiens, LES IPR et LES enseignants qui sont à l’origine de ces programmes que la procédure est suspecte : on ne peut pas critiquer le fait que des personnalités soient nommées pour une tâche et s’offusquer quand une personnalité qui ne nous convient pas est nommée pour cette même tâche…

    Ensuite sur ces programmes en eux-mêmes : cette vision pessimiste de l’histoire ne me met pas à l’aise. Les précédents programmes n’ont jamais caché ces dimensions (colonialisme, étude des trois monothéismes, etc.), mais delà à en faire une thématique majeure au détriment d’autres, encore plus fondamentales, cela m’interpelle. Ainsi, en 5è, ce n’est pas parce que l’on fait l’Etat royal et l’Eglise (en tant que puissance politique) que l’on arrive à faire comprendre aux élèves qu’il est impossible d’étudier la société médiévale sans la religion chrétienne. Normal, puisque cette partie est devenue optionnelle dans ces projets.
    On est aussi à la limite de l’histoire notionnelle que l’on a au lycée depuis la réforme et qui n’est pas un grand succès pour ce que je peux observer. La fin de la chronologie, une idée intéressante en soi et qui avait mon soutien au début, est très très perturbante pour les élèves. Beaucoup sont perdus et n’arrivent pas à suivre, surtout avec l’avalanche de définitions qui y est associée. Il faut à tout prix éviter cela au collège, avec des élèves plus jeunes, moins formés intellectuellement, que ceux du lycée. On en peut décemment pas faire une étude conceptuelle de l’histoire sans connaissances de bases préalables. L’encyclopédisme absolu est stérile, mais il en faut un minimum pour pouvoir avancer. En mathématiques, il faut bien apprendre ses tables de multiplication pour pouvoir faire… des mathématiques ! C’est pareil chez nous !

    Bref,je suis réservé quant à ces projets de programme et je reconnais volontiers que Nora disant qu’il faut étudier ce que la France a apporté au monde et ce que le monde a apporté à la France me paraît plus consensuel…
    N’instrumentalisons pas notre discipline et surtout nous devons tout faire pour que les élèves gardent le goût de l’histoire et de la géographie ensuite. C’est ça la priorité !

    Répondre
    1. Romain MASSON

      Je partage totalement votre point de vue mais j’ai bien peur que cette querelle soit moins historique et didactique qu’idéologique. Que Pierre Nora soit accusé par Nicolas Offenstadt et d’autres d’être partisan d’une vision réactionnaire et identitaire de l’histoire fait quand même hurler de rire. Je pense que derrière tout ça, c’est la question du retour de l’idée de Nation qui est posée. On retrouve d’ailleurs ce débat chez les économistes avec des gens comme Frédéric Lordon ou Jacques Sapir qui remettent en avant la notion de souveraineté nationale. Aggiornamento craint par dessus tout, et à juste titre, le retour d’une histoire nationaliste telle qu’elle est incarnée par les Zemmour, Lorant Deutsch et consort. Le problème c’est qu’il en vient à délégitimer l’idée même d’un récit national, fût-il critique et ouvert sur l’histoire sociale et celle du monde. C’est également l’idée que l’histoire façonne, de manière directe ou non, une certaine identité politique française, bien qu’ouverte sur l’universel, qui est insupportable à certains. Je suis d’ailleurs toujours étonné que les mêmes qui n’ont jamais de mots assez dur contre le retour du roman national, ne trouvent en revanche rien à dire au roman européen qu’on nous vend de plus en plus ou à une certaine vision téléologique de l’histoire globale célébrant la mondialisation. Bref, toutes ces questions méritent des débats sérieux plutôt que des insultes.

      Répondre
  3. Tiris

    Histoire et mémoire sont intimement liées l’une et l’autre s’influencent et se construisent en communion ou en opposition.
    M. Pierre NORA a en tout cas le mérite de proposer une autre vision que celle décrite par vos partisans. Il permet de porter cette question fondatrice au centre du débat en évitant que de prétendus spécialistes ne le confisque.
    Etonnamment lorsqu’il s’exprime sur le sujet lui est intelligible.
    Nul besoin de concepts fumeux, ce qui se conçoit bien…

    Répondre
    1. Phil

      Le fumeux est d’avoir popularisé un concept de « mémoire » inopérant à l’image des « gouvernance » et autre « totalitarisme ». Nous subissons en terminale de la fausse monnaie que Mr Nora a contribué à répandre. Cette histoire louis philipparde promue par des publicistes en mal de starisation rabaisse la rigueur du métier. L’éducation nationale n’a pas à être le paillasson des pseudo-intellectuels qui n’ont aucune expérience scolaire

      Répondre
  4. Sébastien

    Les éditocrates au pouvoir, vous avez tout dit… on sait au moins qui a gagné la bataille culturelle du soi-disant Web 2.0…

    Répondre
  5. DESCAZES

    Quelle outrance dans votre réaction aux propos de Pierre Nora. L’insulte et la diffamation n’ont jamais été des arguments ! Elle en dit long sur les méthodes et les objectifs de votre association que je vous propose de rebaptiser « De profundis » ! Pour ma part, je ferai grève mardi contre une « réforme » malhonnête et dangereuse dont je souhaite que le gouvernement actuel la retire, sinon nous attendrons 2017 !

    Répondre
  6. pierivan

    Si le gouvernement recule devant Nora ( et consorts )- et c’est bien dommage en effet- n’est-ce pas parce qu’il n’a guère entendu de position claire (ni de soutien, ni de proposition alternative ) sur sa gauche ? Il est un peut tard pour pleurnicher, je trouve.
    PS : Je ne suis pas au PS.

    Répondre
  7. Ouzzane Rachid

    Tout à fait d’accord avec vous.
    Le gouvernement a encore prouvé sa lâcheté et sa propension à reculer lorsque, sur sa droite, ça crie un peu fort (quelle idée d’écouter Brighelli ou Bruckner ?). Si seulement l’oreille gauche du gouvernement entendait aussi bien …

    A suivre de près.
    Continuons le combat pour ne pas revenir à un enseignement de l’histoire encyclopédique et dont l’intérêt est relativement pauvre.

    Répondre
  8. Thomas

    Merci pour votre réaction, que je partage entièrement, alors que, prof d’HG en lycée, je suis souvent critique sur les articles publiés sur ce site.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *