Petit interlude musical : Faut-il chanter La Marseillaise à l’école ?

bv000004

Rédacteur : Vincent Casanova

Paru dans La Revue des parents-FCPE, 2015.

La persistance d’une telle question finit par lasser. Se demande-t-on s’il faut faire fabriquer le drapeau tricolore par les élèves ? Ou bien leur faire écrire, en tête de chaque cahier, la devise « Liberté-Égalité-Fraternité » ? On nous objectera que ces symboles ornent les édifices publics et qu’ils jouissent d’une visibilité dont l’hymne national ne bénéficie pas. Ce qui est en jeu, on le perçoit, relève de l’une des propriétés conventionnellement attribuées à la musique : son pouvoir sensible. Car, faisons crédit qu’on ne nous parle pas du fait d’enseigner La Marseillaise : depuis trente ans, cela est gravé dans les programmes et mis en œuvre ! Ainsi l’important est-il que La Marseillaise soit chantée. À pleine voix de préférence sans doute. Il en va donc de pédagogie : c’est en étant éprouvée physiquement que La Marseillaise peut construire un sentiment d’appartenance à la République.

Un tel raisonnement ne date pas d’aujourd’hui : il descend en droite ligne de Rousseau. « C’est par le chant […] que les sons ont de l’expression, du feu, de la vie ; c’est le chant seul qui leur donne les effets moraux qui font toute l’énergie de la musique » écrit-il dans l’Examen de deux principes avancés par M. Rameau. Les révolutionnaires s’en souvinrent, les hommes de la IIIe République y puisèrent leur politique en matière d’éducation musicale et l’on sent bien aujourd’hui que c’est tout ce socle historique qui est convoqué. Il l’est hélas de manière bien tronquée : d’une part, cette philosophie des effets musicaux fut élaborée dans le cadre d’un système de pensée global incluant une philosophie de l’éducation qui n’a que bien peu à voir avec celle que promeuvent les partisans du catéchisme musical : lorsque Rousseau appelle à donner toute sa place au sensible, c’est en partant de l’enfant lui-même… D’autre part, nous ne sommes plus en 1885 !

Dès lors, au-delà des enjeux pédagogiques, c’est la pertinence d’une telle injonction pour notre temps qu’il convient d’interroger. Tout le monde s’accorde sur le rôle de l’école dans la fabrication du citoyen. On admet même bien volontiers que le partage du sensible a toute sa part dans l’élaboration d’une subjectivité politique. Mais toute cette focalisation sur le symbolique trahit l’angle mort des débats sur l’école. La défense de valeurs patriotiques et morales oblitère le projet démocratique et émancipateur qui fonda l’idée d’éducation nationale au cours de la Révolution française. Autrement dit : quels sens ont des fétiches si l’égale liberté n’est que de façade ?

 

 


2 réflexions au sujet de « Petit interlude musical : Faut-il chanter La Marseillaise à l’école ? »

  1. GUILLEROT JEAN PIERRE

    « Car, faisons crédit qu’on ne nous parle pas du fait d’enseigner La Marseillaise : depuis trente ans, cela est gravé dans les programmes et mis en œuvre ! Ainsi l’important est-il que La Marseillaise soit chantée.  »

    A bon ? Sur quelle enquête cher collègue vous permettez vous une telle assertion qui n’a rien de scientifique….Ayant une longue pratique d’enseignant en histoire/géographie…j’ai rencontré très peu d’élèves qui avaient appris la Marseillaise et moi-même je ne l’ai pas toujours enseigné !

    Curieuse conception de l’histoire à Aggiornamento : c’est inscrit dans les programmes donc c’est mis en oeuvre !!!!

    Comment pouvez-vous écrire une telle chose qui nie la réalité concrète des conditions d’enseignement dans les classes.

    Vous êtes comme un historien de l’éducation qui ferait l’histoire de l’école dans 100 ans à partir des programmes ou un historien de l’Ancien Régime qui décrirait la société française à partir des édits royaux ! .
    ..
    On aime la théorie à Aggiornamento (cf votre emploi du mot « gravé ») et surtout pas la réalité concrète qui existe dans les classes avec toute leur diversité.

    Vous avez le même discours que l’Inspection de d’ailleurs je ne doute pas que que cela soit votre proche avenir !

    Vous produisez un discours totalement déconnecté de la réalité..comme l’Inspection qui estime que les savoirs et les connaissances sont acquis par tous les élèves… car c’est écrit dans le programme…..libre à vous d’être adepte du « brejnevisme » (pratique qui consiste à fermer les yeux sur la réalité et à croire que tout se passe comme dans les rapports ou les statistiques !). On a vu à quoi cela conduit !

    Je n’argumenterais pas sur le fond de votre article car comment peut-on raisonner sérieusement à partir d’une telle falsification de la réalité….vous êtes dans le virtuel le plus complet !

    Bien cordialement

    Répondre
    1. Vincent Casanova

      Monsieur,

      L’enseignement de « La Marseillaise » se déroule dans l’enseignement primaire que vous ne fréquentez peut-être pas en tant qu’enseignant d’histoire-géographie. Et il semble que vous ne lisiez pas souvent Aggiornamento pour penser que nous considérions les textes officiels comme l’alpha et l’oméga de la pratique.
      Au demeurant, vous ne justifiez votre propos que depuis votre seule pratique. Autrement dit vous me reprochez ce que vous faites. Je ne suis donc pas certain qu’il soit nécessaire de débattre de nos expériences respectives puisque vous refusez d’argumenter « sur le fond » qui est pourtant en général ce qui importe.

      Bien à vous.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *