Les cours d’improvisation théâtrale à l’école : une fausse polémique sur un fond de crispation identitaire.

impro_onj

Rédacteur : Guillaume Mazeau

Dénichée par le Lab d’Europe 1 dans une interview donnée au magazine L’Oeil, la suggestion de Manuel Valls est aussitôt devenue un symbole des affrontements qui font rage depuis quelques semaines à propos de la réforme du collège : le Premier ministre ne serait pas défavorable à l’idée d’ « intégrer, dans nos écoles, l’art de l’improvisation que porte Jamel Debbouze ». Alors que la place des langues anciennes, emblèmes des humanités classiques, est menacée, l’occasion est trop belle pour ceux qui, déjà, s’acharnent, une fois de plus, à démontrer que le niveau baisse, que le déclin de la France est d’abord celui de l’école ou qu’en dehors des disciplines scolaires il n’y a point de salut. Sur twitter, le député UMP Eric Ciotti n’y voit qu’une nouvelle « stupidité » digne des « pédagogistes ». Quant au Front National, il en profite pour faire l’amalgame avec les effets néfastes de l’immigration sur le rang culturel de la France : « Jamel Debouzze non merci, le latin oui », résume l’eurodéputé Florian Philippot, Le Figaro relayant de préférence les réactions les plus nauséabondes et racistes à l’encontre de l’humoriste et de la Ministre.

Ces outrances révèlent une fois de plus à quel point la chasse à ceux qui ne sont « pas Charlie » ne relève que d’une vilaine tartufferie. Mais au-delà, que penser de ces propositions ? Le procédé est évidemment malheureux. On pourrait attendre que de telles idées ne soient pas lâchées par un Premier Ministre au détour d’une stratégie de communication politique visant à reconquérir des milieux culturels qui comptent, rappelons-le, parmi les premières victimes des politiques d’austérité menées par les socialistes au pouvoir. On pourrait aussi souhaiter que ces propositions ne soient pas reprises à la volée par la Ministre de l’Education nationale de manière manifestement précipitée, mais qu’elles viennent d’une politique plus concertée et réfléchie. On peut aussi regretter le côté people et racoleur de l’allusion à Jamel Debouzze, dont l’engagement peut inspirer du respect, mais dont la notoriété ne saurait effacer la masse des anonymes qui interviennent déjà dans les écoles ou les structures périscolaires. Tout ceci sent une fois de plus l’opération médiatique, pilotée par le haut de l’Etat, sur un fond d’entre soi. Pour comprendre les racines de cette proposition, il faut en effet remonter il y a un an, en mai 2014, lorsque François Hollande et Aurélie Filipetti s’étaient rendus à la remise du Trophée d’improvisation théâtrale à des collégiens, organisée par Jamel Debouzze, soutien connu du président en exercice. Arrivant à un moment où s’accumulent les critiques contre une future réforme du collège qui, pour une fois, porte de réelles ouvertures, cette affaire risque de renforcer ceux qui s’accrochent à une vision conservatrice des frontières disciplinaires.

Ces réserves importantes étant posées, reste l’essentiel et le fond : pourquoi ne pas en effet profiter de cette annonce mal contrôlée pour rappeler l’ancienneté et l’intérêt du travail dramatique, des ateliers de théâtre et en particulier de l’improvisation dans les situations d’enseignement ? Rappelons tout d’abord que loin de ces effets médiatiques, à l’opposé de la pédagogie des « jeux de rôles » pratiquée par les écoles de commerce ou d’avocats afin que leurs étudiants endossent les habits sociaux d’un monde où celui qui gagne a le dernier mot, à rebours des « matchs d’impro » entre théâtre et sport venus du Québec, l’improvisation est pratiquée depuis longtemps, dans l’ombre, par quantité d’enseignants de disciplines différentes, dans un souci d’ouverture pédagogique et de démocratisation des savoirs. Depuis les années 1960, les pratiques théâtrales ont été maintes fois explorées et utilisées pour remédier à l’échec scolaire, tester des méthodes de pédagogie participative, travailler la question de la mixité, favoriser les moments de socialisation, améliorer la vie des collectifs, stimuler l’imagination et la prise d’initiative, travailler les techniques d’argumentation, favoriser le développement personnel et la confiance de soi.

C’est notamment ce qui a attiré les tenants de la « pédagogie nouvelle », de l’enseignement mutuel et de l’éducation populaire comme Maria Montessori ou Célestin Freinet qui ont favorisé l’utilisation du théâtre comme moyen d’éducation, d’intégration et d’épanouissement individuel par l’usage de la sensibilité et de l’expérience, dans une tradition remontant jusqu’à la Révolution française : c’est en effet à la fin du XVIIIe siècle que le théâtre et l’école se virent conjointement assigner le rôle d’éduquer les mœurs, d’émanciper les individus et de construire un espace démocratique, à partir de l’expérience vécue des apprentissages. On pense aussi au « théâtre de l’opprimé » d’Augusto Boal qui se situe dans cette lointaine filiation, l’improvisation étant étroitement liée à l’idéal d’émancipation, de lutte contre les dominations et de participation des « spect-acteurs ». Parce qu’elles réduisent la variété des pratiques d’improvisation au « stand up », spectaculaire et individualiste, les annonces actuelles ne vont malheureusement pas dans le sens des usages éducatifs les plus collectifs ni les plus civiques dont on pourrait penser qu’ils sont pourtant aujourd’hui plus qu’utiles à la fabrique du collectif et du commun.

Pourtant, ceux-ci ne sont pas absents de l’école d’aujourd’hui. De manière plus ou moins consciente et affichée, le théâtre et l’improvisation imprègnent totalement les pratiques pédagogiques, sans provoquer aucun remous. Sans en avoir le nom ni le label, une grande partie du parcours d’Education Civique, Juridique et Sociale mis en oeuvre au lycée par les enseignants de disciplines différentes, consiste à organiser des débats sur des sujets d’actualité, à partir de recherches documentaires précises et d’expériences personnelles ce qui, de fait, ne diffère pas fondamentalement du travail d’improvisation théâtrale. S’imaginer autre que soi, défendre une opinion contraire à ses propres préjugés ou convictions, échafauder un argumentaire crédible reposant sur des informations fiables et non sur des idées reçues afin de remporter l’adhésion, adapter ses idées en fonction de contraintes précises et de l’évolution de la discussion, réussir à s’exprimer publiquement dans le respect des règles de langage et de la différence d’opinion : les techniques d’improvisation sont bel et bien utilisées comme un des moyens fictionnels d’expérimentation de la citoyenneté. En langues vivantes, mais aussi évidemment en lettres, en lettres-histoire (lycées professionnels), des enseignants suivent des stages d’improvisation dans le cadre des très officiels Plans Académiques de Formation (PAF) et l’utilisent de manière souvent transdisciplinaire, sans déroger aux attendus du socle commun de compétences du collège, puisque le travail d’improvisation entraîne à la maîtrise de la langue française, au langage des arts et du corps, à l’autonomie et à l’initiative individuelle dans un cadre collectif. Rappelons par ailleurs que des cours d’improvisation de danse font actuellement l’objet d’épreuves au baccalauréat sous des appellations diverses. Ainsi, on se demande bien en quoi le fait de proposer un cadre facultatif à des pratiques depuis longtemps pratiquées, qui permettent aux élèves d’apprendre autrement, sans rien céder aux exigences des apprentissages, serait une nouvelle preuve d’une prétendue baisse du niveau.

Le bonnet d’âne n’est pas sur la bonne tête. Ce que révèle cette inutile polémique, c’est peut-être surtout justement la grande ignorance de ceux qui confondent improvisation et « sketchs » ou qui pensent qu’il s’agit là d’une activité sans méthodes ni intérêt. Ceux qui la pratiquent ou qui s’y intéressent un peu savent bien que l’improvisation se travaille, que c’est un art difficile, truffé de règles et de contraintes, reposant sur une longue préparation et dont la richesse intellectuelle n’est pas à démontrer, non seulement en matière de pédagogie mais aussi de production du savoir scientifique. En tant qu’historien, je travaille depuis un an à la préparation d’une pièce de théâtre sur la Révolution française, dans la perspective d’aider à créer une fiction vraie, c’est-à-dire aussi fidèle que possible à la réalité et à la complexité du passé. L’auteur avec lequel je collabore n’écrivant qu’au fur et à mesure du travail de plateau, la « matière » dont il dispose provient d’une épaisse ressource documentaire, mais aussi des interprétations et travaux d’improvisation que proposent les acteurs, après s’être au préalable énormément « nourris» de savoir sur la Révolution. Or si elles inspirent l’écriture de la pièce, ces situations d’improvisations infléchissent aussi de manière définitive ma vision de ce passé que je croyais auparavant ne pouvoir connaître que par le dépouillement des archives ou la lecture des livres d’histoire : en « rejouant » des situations qui se sont un jour présentées, en testant d’autres issues possibles à ce qui s’est passé, les acteurs produisent du savoir sur la mécanique des événements et sur la nature des choix de ceux qui ont fait l’histoire. En mettant à jour ce qui aurait pu advenir, ils m’aident à saisir l’histoire dans toutes ses complexités, sans réduire celle-ci à la manière dont elle s’est finalement terminée. L’improvisation théâtrale n’est pas une bluette. Elle mérite d’être reconnue, bien au-delà de ses avatars les plus médiatiques, au cœur des pratiques scientifiques (cela s’appelle l’histoire contrefactuelle) et pédagogiques, sans avoir à susciter les cris de ceux qui profitent décidément de la moindre occasion pour défendre leur vision nostalgique, sombre et profondément antihumaniste de l’école d’aujourd’hui.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *