Nouveaux programmes de collège : SATISFECIT

Logo (bis)-02

Le collectif Aggiornamento a pris connaissance des nouveaux programmes d’histoire-géographie pour le collège élaborés par le CSP.

Au delà des sempiternelles polémiques que ne manqueront pas de susciter ces programmes, nous tenons à souligner notre immense satisfaction face à des programmes qui, pour la première fois, montrent une réelle souplesse, rompent avec l’encyclopédisme (sur)plombant, témoignent d’une confiance faite aux enseignants dans leurs capacités à s’emparer et à cheminer à leur façon dans le cadre proposé et enfin, ouvrent sur le monde.
Naturellement nous ne manquerons pas d’émettre critiques et propositions, mais chaque chose à son temps.
Ne boudons pas notre plaisir d’avoir été entendus sur ce point, et poursuivons dans cette voie pour que les futurs programmes de lycée s’inspirent de ces avancées.

5 réflexions au sujet de « Nouveaux programmes de collège : SATISFECIT »

  1. de Metz

    bonjour ; on voit bien en parcourant Eduscol, puis en s’aventurant sur les liens internet du site, que le redressement de l’Instruction en france est quasiment impossible ; il faudrait un ministre de la plus grande énergie, soutenu par un président très populaire , pour se sortir de ce jargon de précieuses ridicules , de femmes et hommes savantes .
    Il ne faut pas des programmes souples, non encyclopédiques etc …C’est une capitulation, qui arrange tout le monde : les professeurs dont la formation a beaucoup baissé au fil du temps ; des élèves (le mot lui même choque presque désormais) qui ne sont pas désireux d’apprendre, et à qui l’on veut faire plaisir ; comme on leur fera plus tard, quand ils seront électeurs, en racontant à tout un pays un tissu de mensonges . Difficile de transmettre un savoir quand
    1) les professeurs n’ont plus eux mêmes ce savoir ; leur niveau a baissé car ils ont été formés dans des années de déclin et de renoncement
    2 ) leur objectif est de s’adapter aux éléves, de leur faire plus ou moins plaisir
    on ne s »adresse pas à l’intelligence, l’emetteur comme le récepteur en seraient incapables, je me comprends et me fait comprendre ;
    il faut de deux faits apparemment contradictoire s :
    – l’ensegnement ex cathedra , le cours magistral ne subsistent que dans des lycées d’élite, du reste très recherchés par des parents (les non dupes errent comme disait Lacan) po=our des élèves brillants passionnés, qui se préparent aux concours difficiles, pour des universités ou grandes ecoles qui ont elles mêmes besoin de s’adapter ; bref le cours magistral est remarquable mais devenu muséographique car il nécessite un niveau d’attention de connaissance de concentration, bref un niveau intellectuel rare (ce sont eux qui dirigent le pays
    – d’autre part, l’enseignement plus participatif, par une sorte d’éveil réciproque devient la règle ; les programmes ne sont d’ailleurs que des suggestions, les disciplines transformées en autre chose : une sorte de sensibilité quasi onirique reliée a des modes de lecture et des media contemporains
    Ceci ne changera pas , c’est trop ancré politiquement ; en fait les vrais décideurs, politiques économiques administratifs mais aussi les parents d’élèves qui connaissent le sytème savent que tout cela c’est du vent ; leur objectif est que leurs enfants les nouveaux héritiers d’aujourd’hui échappent à tout cela pour rester eux mêmes des élites ; donc on fait un système très hypocrite, à deux vitesses :
    a) une toute petite minorité va maitriser les savoirs ; il y a toute une tracabilité des ecoles suivies par ces enfants, de la maternelle aux meilleures classes prépa ; si on n’en est pas , la vie va être compliquée, si ce n’est précaire
    b)les autres sont les nouveaux prolétaires, les grands perdants d’un système politique insidieux hyper hypocrite, élitiste à fond et fondé sur le mensonge
    on fait semblant de former des professeurs, après on fait semblant de les payer, ensuite ils sont semblant d’enseigner
    Moi je crois qu’il faut complètement casser l’ancien système qui s’appuyait sur une nation homogène, qui visait l’obtention d’un vrai baccalauréat difficile, exigeant, un vrai passeport aux Etudes supérieures ; bref à ce qui subsiste encore chez certains de nos voisins, en Allemagne ou en Suisse : 30 % des élèves ont la maturität comme ils disent ; les autres dès l’âge de treize quatorze ans apprennent de vrais métiers ; Résultat :3 % de chômage (et durée moyenne du chômage de mois) , niveau de vie supérieur de 30 % au niveau de vie français, budget en excédent, etc…car tout cela est lié bien sûr
    Dans un pays devenu multiculturel, il faut mettre fin au collège unique : cela fabrique des exclus des chômeurs des pauvres, que les politiques mettent après dans des logements sociaux comme ils disent : clientélisme éhonté au service des élus locaux (500 000 elus locaux );
    sur les décombres de ce collège et lycée unique, il faut construire une vraie liberté : liberté des chefs d’établissement de choisir leurs élèves et leurs professeurs ; le tronc commun doit être réduit mais très solide ; les savoirs de base doivent être enseignés de manière non négociable. l’écriture la lecture surtout, l’orthographe, l’arithmétique,. cela veut dire qu’il faut former les proviseurs complètement différemment et les recruter autrement que via des filières de profs syndiqués, que de grandes et belles filières professionnelles doivent être construites ce qui permettra à terme de réindustrialiser le pays ; qu’il faut à terme (mais seulement à terme) supprimer les grandes écoles qui ne font que refléter et tenter de contrecarrer la misère totale du système etc etc…
    Seul un tiers des élèves et encore ont le vrai niveau de ce que devrait être le baccalauréat s’il n’était pas devenu une sorte de vrai faux papier etc etc j’en écrirai des pages; je ne crois pas que la France puisse utilement s’inspirer du système anglais ou américains sauf pour ce qui est du travail en équipe ; je crois qu’il doit s’inspirer de vraies démocraties sociales et en même fondées sur l’excellence : le canada l’allemagne la suisse.
    La pression exercée sur les enfants en France est extrême, les horaires énormes etc…il est ridicule que 10 matières, je dis bien 10, soient obligatoires au collège ; cette exigence s’abat sur les enfants comme la malheur ou la maladie sur des victimes. 5 matières suffiraient
    Par ailleurs il faut plus ou moins supprimer l’inspection comme le conseil des programmes etc… toutes ces institutions ont été bâties par les politques pour éviter les grèves des prof suivies par les jeunes façon Projet de loi Devaquet. Il y a à ce propos bcp trop d’universités en France je n’en finirais pas. Je suis prêt à vous dire mon parcours, qui a des points communs avec les vôtres, mais c’est à vous qu’il revient de changer les choses avec courage puisque les gouvernements successifs ne le font pas, et que la seule obsession des syndicats de profs est d’éviter qu’un ministre ne reste longtemps en poste : moins il reste longtemps, moins il peut changer les choses. On ne pas à la fois honnir la période de la collaboration et se comporter comme des déserteurs. Si vous ne vous relevez pas, les pays concurrents vous aplatiront sans pitiés, vous mentez à vous mêmes, à vos enfants, aux pays tout entier

    Répondre
  2. Flammant Thierry

    Surprenante et rapide réaction face à des programmes éclatés, improvisés face à l’événement, où la territorialisation fait la loi et les questions facultatives laissent perplexes(Lumières…). On va droit vers la suppression des examens impossibles à mettre en place dans de telles conditions. L’autonomie prend donc tout son sens.
    Je pensais que Aggiornamento était un collectif critique…

    Répondre
    1. aggiornamento Auteur de l’article

      Cher collègue,
      Sauf erreur, la posture critique ne signifie pas l’hostilité systématique. Si vous suivez nos réflexions, vous n’ignorez pas que la demande de programmes ouverts, souples, non encyclopédiques, non hexagonaux fait partie de nos priorités depuis 4 ans. Nous n’allons donc pas bouder notre plaisir sur ce point.
      pour le reste, cette première mouture est critiquable en effet et nous y travaillons en ce moment.
      Bien cordialement
      Laurence De Cock

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *