Quelle histoire pour la France?

product_9782070139248_195x320

Rédactrice : Suzanne Citron 

A propos de Dominique Borne. Quelle histoire pour la France ? Gallimard, bibliothèque des histoires, 2014

Pour Dominique Borne deux grands récits historiques ont alimenté le débat politique depuis le XIXème siècle : une histoire providentielle royaliste qui commence avec le baptême de Clovis, le roman national républicain qui se réfère à la Révolution française. Mais pour diverses raisons, ils ne font plus sens dans la société française d’aujourd’hui. L’idée d’histoire nationale n’en demeure pas moins impérative. Le projet du livre n’est pas de “rafistoler les vieux récits“ mais d’“inventer une autre intrigue“, une histoire dans laquelle “chaque Français pourrait se reconnaître et insérer son passé, un nouveau récit pour tous ceux qui jusqu’à maintenant s’en sentent exclus“ (p. 17).

L’auteur suggère qu’une longue expérience de l’enseignement, le sien et celui des autres, la participation à l‘écriture des programmes, et une pratique d’historien le qualifient pour cette entreprise. Il la veut également citoyenne et politique : une autre histoire de France pour rénover le débat démocratique dans le pays.

On est surpris qu’un projet tout à la fois œuvre d’une vie et challenge d’intégration des Français dans un passé commun, se présente sans notes, sans références précises des citations (relativement nombreuses), sans bibliographie et sans index. Autrement dit sans l’once d’un appareil critique. Il est vrai que la Bibliothèque des histoires, fondée en 1971, n’a comporté aucun index durant des années, contrairement aux éditions universitaires anglo-saxonnes de l’époque pour qui l’index allait de soi. Ainsi, exemple parmi d’autres,  une grande œuvre comme L’Ecriture de l’histoire de Michel de Certeau (1975) en est dépourvue. Mais pour le moins les notes ont toujours été présentes dans ces ouvrages. Aucune explication ne vient éclairer leur absence dans le livre de Dominique Borne.

L’ouvrage propose un état des lieux suivi d’une deuxième partie qui reprend l‘interrogation du titre (au pluriel cette fois) — De nouvelles histoires de France ? —. L’ambition du projet, est réaffirmée et reprécisée au début de celle-ci : une histoire pacificatrice qui mettrait fin aux guerres civiles franco-françaises, un récit pour vivre ensemble, qui mêlerait projet politique du présent, esprit du mythe, recherche du vrai, nouvelles origines. Une sorte d’utopie de la bienveillance en somme, dont l’aspiration consensuelle gommerait toutes les contradictions et qui permettrait à chacun d’inventer son histoire de France, d’imaginer ses origines, de “créer un récit tout aussi légitime que les autres pourvu qu’il dialogue avec eux,“ Il s’agirait “d’organiser une forme de polyphonie critique“ (p. 139-140.).

Vaste programme auquel on aimerait souscrire, voire participer. Mais ce rêve poétique d’un devenir sans contradictions est-il atteignable ? Est-il compatible avec l’enfermement dans une trame qui reste incontournable ? “Notre récit n’a (…) pas vocation à remplacer une histoire de France par une autre“ réaffirme Dominique Borne (p.139-140). Mais un “assemblage de morceaux discontinus“ se substituerait à l’ancien récit continu. Ainsi l’enchaînement téléologique serait-il rompu, croit pouvoir assurer le maître d’œuvre, pour qui cette discontinuité semble être l’opérateur d’un quasi miracle épistémologique. La nouvelle intelligibilité intégrerait tous les possibles : travaux des historiens, récits mythiques, pluralité des origines, nouveaux héros, grandes œuvres artistiques et littéraires, mémoires jusqu’ici maltraitées, dimensions européenne et mondiale (p. 150-166).

Mais qu’en est-il de la réalisation concrète ? La cantilène d’Eulalie et Sainte Foy de Conques, titre insolite d’un chapitre glissé entre la France avant la France et la fabrique de la France des rois, sont – elles “des bribes de sens dans une chronologie qui n’est pas calculée pour démontrer des accomplissements“ ? Ou bien les étonnements de l’écolâtre Bernard d’Angers découvrant la statue de la sainte sont-ils un clin d’œil de l’auteur cédant à l’envie de surprendre ?

La configuration et le découpage de cette (ces?) nouvelle histoire de France sont par ailleurs dans la tradition. On part des Gaulois et de Rome. Quatre pages aux savantes allusions assurent à la fondation de Marseille (Massilia) par les Grecs le statut d’événement originel en l’associant à la tombe de la “princesse de Vix“ pour l’élément celte. L’accent est mis sur la symbiose celto-gréco-romaine, mais Vercingétorix n’est pas délaissé. On passe ensuite aux rapports entre Rome et les Barbares (avec entre crochets, p. 187, cette remarque paradoxale : “il vaudrait mieux dire les peuples migrants“). Quatre pages sont consacrées à Clovis et son baptême après un savant passage sur la tombe de Childéric. Traversé d’allusions requérant une bonne culture historique, la France des rois offre ensuite le cheminement classique de la construction du royaume, d’Hugues Capet à Louis XI,   suivi d’un morceau sur les rapports de la monarchie à la sacralité et de quelques pages sur l’émergence de la nation ne permettant pas, à mon sens, de mettre le concept en perspective historique. Le vœu de Louis XIII, présenté comme un arrêt sur image de l’absolutisme, suite de commentaires du tableau de Philippe de Champaigne (reproduit en hors texte), est un chapitre récréatif et original, qui nous évite les sempiternelles pages des manuels sur Louis XIV et l’absolutisme. Le Grand Roi, de fait, est presque absent de l’ouvrage, mais sans index une évaluation significative n’est pas possible.

Liberté, égalité est un chapitre complexe qui, comme le reste du livre, juxtapose des allers retours entre les événements et la perception de l’histoire qui les sous-tend. Il se termine par “Construction de l’État et transcendance“, suite d’analyses sur les rapports entre le politique et le religieux, l’État et la sacralité. Ces pages vont conduire à l’examen du lien entre l’omniprésence d’un État central et la transcendance. Elles entraînent un glissement de la problématique vers celle des rapports de cet Etat à l’Europe : “faut-il détricoter l’Etat pour envisager une autre organisation des territoires et peut-on construire l’Europe en cohérence avec la civilisation de l’Etat enracinée en France ? Les autres débats sont écran de fumée et on a besoin d’une histoire de France pour le démontrer“ (p.272). Le chapitre se clôt sur cette dernière phrase sans que l’on sache vraiment si elle fait référence aux morceaux précédents, ou si le travail reste à faire.

Le chapitre suivant, Les paysages économiques et sociaux, est une suite d’ajouts , pas très neufs, sur le XIXème siècle, la Révolution industrielle, le socialisme, les colonisations, les migrations, la décomposition des mondes ruraux. Voir et habiter l’histoire de France se présente comme une tentative “de mettre en perspective les morceaux d’histoire accrochés au coin des champs, au creux des haies, sur les pentes des collines, sur les places et dans le rues des villes“. Un fourmillement de personnages connus ou à découvrir (la trieuse Léa Bourdon) émerge d’une promenade, de Lens à la Haute Provence et aux Côtes de Beaune.

Le lien de ces deux chapitres avec le projet axial reste à démontrer. Le parti pris initial selon lequel l’ajustement de morceaux de l’ancien récit désaliénerait celui-ci de sa logique téléologique et permettrait de “toucher l’universel“ (p.168) reste un postulat. La démarche semble plutôt s’être enfermée dans une impasse sur laquelle est venu buter l’ambitieux dessein. Sans déconstruction du contexte épistémologique et conceptuel (temporalités, spatialités, échelles, option entre singulier et pluriel, essentialisme/relativisme) les relais de l’ancien récit demeurent incontournables: origine gauloise, culture gallo-romaine, baptême de Clovis, avènement capétien, élan révolutionnaire, déclaration des droits, école. D’où l’incertitude qui se perçoit p. 272 dans la phrase citée plus haut. Tout se passe en fin de compte, comme si “l’histoire de France“ était un objet, encombrant mais sacré, une transcendance corrélée à celle de l’Etat mais que Dominique Borne ne peut (ou ne veut) déchiffrer à côté des autres transcendances, tabou enfoui dans l’intimité du moi .

Le concept de France, vient encore renforcer les implicites épistémologiques de l’ancien récit : la France est un territoire.  “La force irrésistible de différenciation de ce territoire“, “ce territoire que l’on appelle la France“, des histoires qui “concernent tous ceux qui habitent le territoire“ lit-on dans l’avant-propos (p.16-17,18). La spatialité hexagonale est donc postulée comme donnée originelle. C’est la France-Gaule, la France âme et territoire de Michelet et de Vidal-Lablache,­­ hypostasiée par Camille Jullian (1), qui exclut de son récit les îles (dont la Corse) et les terres colonisées, avant leur rattachement à la “métropole“. Le postulat d’une pré-France, toujours déjà-là, induit nécessairement un temps finaliste. Ce temps survit derrière les “morceaux“ d’histoire, comme l’atteste le titre du chapitre 7 La France avant la France. Le détricotage de l’Etat-nation-territoire du XIXème siècle est donc impossible sans la déconstruction-reconstruction de l’historiographie qui l’essentialise.

L’auteur lui-même, embarrassé sans doute par ces contradictions, réitère à la fin de son livre l’interrogation du début. Dans la conclusion, des histoires pour la France? il suggère de nouvelles pistes : “faire le deuil de la Grande Nation“ pour mieux construire l’Europe (p. 335) et s’insérer dans un ensemble mondialisé, centrer le récit sur les migrations et “le pluralisme d’incroyances et de croyances“ (p.346). Cependant le Panthéon des héros proposé dans les dernières pages fait largement retour à ceux que l’on a croisés au long du livre. On ne sait en fin de compte quelle est exactement la réponse de Dominique Borne à ses propres interrogations mais on peut souscrire au vœu des dernières lignes : “une histoire plurielle et libre, où la controverse est féconde puisque s’y affrontent toutes les expressions de la liberté et de l’égalité“.

Et celle de la fraternité, cette “oubliée de la République“ ? (2)

(1) Cf. Suzanne Citron, Le Mythe national, l’histoire de France revisitée, éditions de l’Atelier 2008 p. 284-285

(2) Cf. le philosophe des religions Abdennour Bidar

http://www.liberation.fr/societe/2015/01/10/assumer-enfin-la-fraternite-cette-oubliee-de-la-republique_1177930

r


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *