Pour une géopolitique critique des frontières

images

Rédactrices : Sarah Mekdjian et Anne-Laure Amilhat Szary

« A quoi servent les frontières ? », telle était la question posée par le 7ème Festival de Géopolitique, organisé par l’Ecole de Management de Grenoble (12-15 mars 2015). Des chercheur.se.s, le maire de Grenoble, Eric Piolle, des journalises reconnu.e.s, spécialistes de géopolitique, mais aussi un Directeur régional des douanes et un membre de la Marine Nationale, délégué au rayonnement et à l’image de la marine en Méditerranée, étaient invités à y participer. Ce festival, inscrit dans l’offre de formation continue des enseignants du secondaire de l’Académie de Grenoble, connaît un succès croissant auprès d’un large public désireux de comprendre les rapports de force géopolitiques contemporains.
Si nous pouvons nous réjouir de l’existence d’un tel événement à destination du plus grand nombre, nos inquiétudes sont réelles quant à ses fondements idéologiques, qui, au-delà du cadre même du festival, soulèvent des questions sur le champ scientifique de la géopolitique en France.

A la marge des discussions suscitées par des conférences très variées, le festival a été l’objet d’une polémique. Le fait qu’un des co-fondateurs de l’événement, Pascal Gauchon, directeur de la collection Major aux Presses Universitaires de France (PUF) et de la revue Conflits, soit un ancien membre de mouvements ultra-nationalistes et néo-fascistes, tels qu’Ordre Nouveau ou le Parti des Forces Nouvelles, a provoqué des interrogations légitimes sur les orientations idéologiques du festival. Des militants du mouvement No Border se sont saisis de sa biographie pour diffuser un tract qui questionnait précisément les fondements politiques d’un tel événement, par ailleurs à visée éducative. Dans le même ordre d’idée, on peut se demander ce que faisait l’ouvrage De la Frontière (ed. Xenia, 2013) écrit par Oskar Freysinger, élu suisse du parti ultra-nationaliste UDC, inquiété pour avoir détenu un drapeau du IIe Reich, emblème de groupes néo-nazis, sur la table de la librairie du Festival. Si Pascal Gauchon ne témoigne plus aujourd’hui d’activités politiques au sein de l’extrême-droite , la polémique a le mérite de poser la question des positionnements politiques et idéologiques de la géopolitique contemporaine.

La géopolitique a connu après guerre une condamnation unanime liée à l’influence d’auteurs allemands comme K. Haushofer dans la structuration de la stratégie d’expansion territoriale nazie . Ce n’est qu’à partir des années 1970 que le terme a pu être remobilisé en France, grâce au projet critique et progressiste de celui qui allait devenir le fondateur d’une véritable « école », Yves Lacoste. La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, son ouvrage fondateur (1976) montrait (et dénonçait) combien les savoirs géographiques avaient participé des stratégies de bombardement de l’aviation américaine pendant la guerre du Viet Nam, et ce faisant des visées expansionnistes des Etats-Unis. Aujourd’hui cependant, l’existence d’une géopolitique critique anglophone qui déconstruit les intérêts de pouvoir des Etats-nations n’a pas tout à fait son équivalent en France, où les librairies conservent des rayons consacrés à des ouvrages mis au service du rayonnement et de la puissance des Etats –comme en témoignent les ouvrages de la collection dirigée par le même Pascal Gauchon aux PUF- d’idéologies souverainistes et nationalistes légitimant des formes de xénophobie. Aymeric Chauprade, qui se définit comme auteur « réaliste », publie de nombreux livres de géopolitique, dont les idées relèvent de courants nationalistes. Ce dernier a ouvertement affiché son appartenance au Front National dont il a porté les couleurs aux élections européennes de 2014 .

Une géopolitique critique est nécessaire, en particulier appliquée aux frontières où il s’agit d’engager des méthodes d’analyse qui ouvrent enfin des possibles politiques à des questions que les débats contemporains contribuent bien souvent à fermer. Il y a urgence politique à sortir d’une approche nationaliste de l’Etat et des frontières, pour refonder l’imaginaire politique de notions au fondement de la géo-stratégie et de la géopolitique. Les rapports de force qui se jouent aux frontières posent la question de la légitimité de la violence exercée par les Etats, de l’imaginaire performatif de « nations » territorialisées, essentialisées, au service de l’exclusion des « extra-nationaux ». Alors que les frontières des Etats-Nations délimitent l’accès à la nationalité, qui elle-même conditionne l’accès à citoyenneté, une géopolitique critique des frontières doit pouvoir envisager la notion de citoyenneté de résidence, rouvrir le débat sur le droit de vote des étrangers, sur l’élargissement du droit de circulation et du devoir d’hospitalité…tout un agenda scientifique et politique critique, qui vise à dénaturaliser les frontières et poser les jalons de sociétés politiques qui résistent aux replis nationalistes.

Si ce Festival de Géopolitique n’a pas totalement évacué ces débats, la voix de celles et ceux qui subissent les dispositifs sécuritaires décrits n’y a pas trouvé de place. Alors que se prépare la prochaine édition (2016) sur le thème « Afrique, Afriques », nos inquiétudes sont grandes quant à la teneur de l’événement, dont les organisateurs se réclament d’une neutralité politique, non seulement factice mais impossible. Qui se veut une vitrine de la géopolitique en France et un événement éducatif destiné à la formation des étudiants, élèves et enseignants, devrait urgemment clarifier ses fondements idéologiques… Il nous semble essentiel en effet de pouvoir préciser à un large public fervent de décryptages de l’actualité géopolitique à partir de quel point de vue on s’adresse à lui.

Sarah Mekdjian et Anne-Laure Amilhat Szary
Enseignantes-chercheuses en géographie sociale et politique à l’Université de Grenoble Alpes


Une réflexion au sujet de « Pour une géopolitique critique des frontières »

  1. Laurent

    Bonjour. Un commentaire intéressant bien entendu, mais qui peut penser que votre critique n’est pas située idéologiquement ? Vous semblez tomber dans le travers que vous dénoncez : le présupposé (idéologique)n’est pas l’apanage de l’auteur cité si tant est que « la conscience est l’ennemie secrète des sciences humaines ». Si vous réclamez plus de transparence (vous avez raison) dans l’analyse géopolitique, il faut commencer par la mettre en œuvre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *