Charlie à La Réunion. Contretemps, contre-espace

rédacteur : Vincent Capdepuy

10 000 km plus loin, 20 jours plus tard – Du fait des vacances scolaires de l’été austral, la rentrée, à La Réunion, ne s’est faite que le jeudi 29 janvier. Pas de réaction sous le choc, pas de minute de silence, mais une lettre du recteur invitant tous les enseignants « lors de la première heure de cours du jeudi 29 janvier, à utiliser ce temps pour débattre, en classe, avec [leurs] élèves, des questions soulevées par ces attentats ». La consigne était ouverte. La laïcité pouvait bien entendu être abordée, « autour de ses grandes dimensions : respect des différences, séparation des sphères publique et religieuse, distinction entre croyances et connaissances scientifiques » ; mais cela devait surtout être « l’occasion de répondre plus ponctuellement aux interrogations légitimes que peuvent se poser les élèves et aux tentations du complotisme auxquelles certains d’entre eux pourraient succomber ». L’objectif était donc clairement d’entendre les enfants afin de leur apporter des réponses. Il est particulièrement intéressant que le recteur ait mis l’accent, par l’italique, sur la notion de complotisme car nous savions qu’effectivement, dès le lendemain des attentats, des doutes avaient été distillés par le biais de différents médias à propos de la véracité de certaines informations et que très rapidement, certains avaient vu dans ces attentats la main de quelques forces obscures. Le fait d’appeler tous les professeurs de toutes les disciplines à gérer cette heure de débat était cependant très discutable et la veille de la rentrée, le recteur apportait un correctif en précisant ce qu’il entendait par « première heure », la « première matinée ». À partir de là, l’interprétation restait ouverte. En l’occurrence, dans mon lycée, ce sont souvent les professeurs d’histoire-géographie qui s’en sont chargés, que ce soit le jour même ou le lendemain, pendant une heure, parfois deux, en fonction du temps disponible et de la dynamique des débats.

Dans ce qui suit, je m’en tiendrai au simple récit de mon expérience, en commençant par exprimer mes remerciements à tous mes collègues de métropole qui ont faire cela sur le vif, sans recul, dans l’émotion collective, et qui ont partagé leurs expériences. Forcément, ils nous ont aidés.

J’ai quatre classes : une seconde d’arts appliqués, une première L/ES, une terminale STMG, une terminale S. Quatre profils très différents. Avec toutes, j’ai suivi le même protocole, ou presque. La première activité a consisté à prélever leurs représentations personnelles. À chaque fois, j’ai évité de parler de Charlie Hebdo, rappelant simplement les consignes générales : sur une demi-feuille, de façon anonyme, sans regarder sur le voisin, dans le silence, donner cinq mots ou groupes de mots ; et ensuite, la question précise : « Qu’évoquent pour vous les événements qui ont lieu à Paris, en métropole, les 7,8 et 9 janvier derniers ? » La formulation était volontairement le plus neutre possible. Ces mots, transcrits après sur un traitement et passés à travers un logiciel particulier de type Wordle, donnent des nuages de mots. L’inconvénient évident de la méthode est que ceci prend du temps et il ne m’a donc pas été possible de montrer ces nuages aux élèves, ou pas directement du moins.

Le résultat est là. Quatre classes, quatre nuages de mots.

Seconde

2nde 12

Première L/ES

1 L-ES

Terminale S

TS2

Terminale STMG

TSTMG

Les différences sont manifestes et interpellent. Les interpréter est plus délicat.

Remarques générales

  • Dans toutes les classes, il n’est question que d’un attentat, au singulier, tant, des événements survenus, un seul – l’attentat perpétré dans les bureaux de Charlie Hebdo – a totalement focalisé l’attention et oblitéré les autres, perçus comme des épiphénomènes ou les simples conséquences du premier, et par là-même vidés de toute signification propre. Ainsi, nulle part n’est évoquée la dimension antisémite de la prise d’otage et des assassinats commis dans l’Hyper Casher. Une des explications, mais ce n’est pas la seule, tient sans doute à la situation réunionnaise où l’antisémitisme est quasiment absent. La notion même de « casher » a dû être expliquée dans une des classes.
  • La laïcité est la grande absente de toutes ces représentations. Le terme n’apparaît qu’une fois ou deux, et n’a pratiquement jamais été l’occasion de discussion en classe. La dimension religieuse de l’événement n’est pas niée, mais on peut simplement penser que la laïcité est un principe relativement abstrait, à la définition débattue, et surtout qu’elle s’applique d’abord à l’État dans sa relation à la sphère religieuse et dans sa neutralisation de la place des religions dans l’espace public. De fait, on ne peut guère considérer que Charlie Hebdo incarnait la laïcité, sinon, et ce n’est pas négligeable, par le fait que le blasphème (le mot apparaît au moins une fois) n’est pas reconnu par la loi française. Celle-ci protège les personnes, les lieux de culte, pas les croyances ; et les interdits propres à chaque religion ne s’imposent pas. Ceci était d’ailleurs l’occasion de donner quelques précisions sur les caricatures elles-mêmes, et sur la question de la représentation en islam/Islam, c’est-à-dire dans les textes religieux et dans la civilisation islamique [1].
  • Les deux principes, en revanche, qui sont revenus en permanence au centre des débats sont ceux de liberté et d’égalité. La question de la liberté d’expression tient à celle ses éventuelles limites. Cette liberté n’est pas absolue. Il fallait rappeler qu’en France, il y a des lois qui interdisent la diffusion d’images pédophiles, d’autres qui interdisent la publication de propos diffamatoires ou insultants incitant à la discrimination, à la haine, à la violence. Le cadre légal posé, il était tout aussi important de faire comprendre aux élèves que je n’étais pas là pour imposer un avis. Nulle obligation d’apprécier les caricatures de Charlie Hebdo, et certains n’ont pas hésité à exprimer leur désaccord ou tout simplement leur incompréhension, notamment face à la Une publiée après les attentats. Toutefois, par rapport à cette liberté d’expression, certains élèves ont remis en question le principe d’égalité. Ils avaient le sentiment d’une injustice, ou du moins relayaient-ils une contestation qui circulait sur Internet : l’idée qu’il y aurait peut-être deux poids, deux mesures entre Charlie Hebdo et Dieudonné. Leur avis restait cependant assez fragile dans la mesure où ils ne connaissaient en réalité pas les spectacles incriminés. Et de leur expliquer, par exemple, l’intervention de Robert Faurisson sur la scène du Zénith en 2008 et la question du négationnisme.
  • Dans toutes les classes, il fait référence au terrorisme, parfois, de façon plus précise, au jihadisme. À chaque fois, ceci a donné lieu à une clarification sur les concepts à utiliser. Qu’est-ce que le terrorisme ? Peut-on parler de terrorisme à propos d’une attaque ciblée comme le fut celle perpétrée contre les dessinateurs de Charlie Hebdo [2][i]? Qu’est-ce qu’un jihadiste ? Quelle différence y a-t-il entre islam et islamisme ?… L’enseignant d’histoire-géographie se retrouve là dans un des rôles les plus importants du métier : expliquer le sens des mots afin de pouvoir dire et donc penser le monde. Le malaise fut palpable en TSTMG où le premier élève à parler commença en explicitant sa gêne pour s’exprimer, pour nommer exactement les choses, et en s’excusant presque de sa maladresse. Inversement, toujours dans la même classe, un autre élève s’insurgea contre les amalgames que le mot islamisme portait en lui, et ce de façon très pertinente car, de fait, c’est le seul nom de religion en –isme qui ne désigne pas cette religion elle-même, mais un courant extrémiste de celle-ci[3].
  • Au final, l’intérêt de passer par deux biais différents, le recueil de représentations et la discussion, fut de ne pas entendre les mêmes voix. On lit des choses que certaines n’expriment pas à voix haute, et inversement, on entend des choses que certains n’écrivent pas. D’un côté, à l’écrit, il y a un effet d’autocensure ; de l’autre, à l’oral, il y a un étouffement de la parole. Quoi qu’il en soit, tout ceci ne peut fonctionner qu’à une condition : la confiance.

Classe par classe

  • En seconde, l’idée principale est clairement l’atteinte à la liberté d’expression. Les attentats ont provoqué un choc et quelques semaines après, l’émotion reste palpable, mêlée de tristesse et d’incompréhension. Il faut préciser que cette classe présente un profil un peu particulier puisqu’il s’agit d’élèves sélectionnés pour suivre l’option « Arts appliqués », ce qui peut expliquer une sorte d’empathie particulière à l’égard des dessinateurs (même si cela n’a pas été dit explicitement). La condamnation apparaît unanime, à l’exception d’une voix un peu discordante qui évoque un « bourrage de crâne », ce qui pose la question de la médiatisation des événements.
  • En première L/ES, le plus frappant sans doute est le conformisme de l’expression. C’est la classe où les termes de Charles Hebdo et de « Je suis Charlie » ont été employés le plus fréquemment, à côté d’« attentat » et de « liberté d’expression ». L’échange qui s’en est suivi n’a fait que renforcer cette « normalité » affichée. Les élèves reprenaient les éléments clés d’un discours généralisé sans recul critique. Lors de l’analyse collective du nuage de mots, un élève a clairement dit qu’il ne pouvait pas en être autrement tellement ces mots avaient été martelés. Le débat n’est venu que de quelques élèves, mais il est extrêmement limité, ce qui reflète un constat qu’on peut faire par ailleurs de ces classes de ES très passives et, paradoxalement, très peu en alerte sur la société et ses problèmes.
  • En terminale S, au contraire, les références à Charlie Hebdo disparaissent quasiment au profit d’une conceptualisation plus fine et plus complexe. Les élèves expriment leurs interrogations sur les raisons de tels actes, sur les motivations des auteurs de ces attentats, sur leur moralité, sur les limites de la liberté d’expression, sur les atteintes à la liberté, aux valeurs républicaines, à la démocratie, mais aussi sur l’islamophobie et sur le racisme. Le débat en classe s’en est d’ailleurs retrouvé plus riche, avec des prises de position parfois divergentes entre les élèves, mais avec aussi une demande de clarification.
  • En terminale STMG, à côté, encore une fois, du choc provoqué par ces attentats terroristes, s’exprime avec davantage de force la question du racisme. Lors de la discussion, un des élèves, en particulier, habituellement plutôt réservé, a ainsi fait part de sa colère, très sourde, face aux insultes reçues par des musulmans aux abords de la mosquée de Saint-Louis (« bande musulmans », « bande Comores »), sans qu’on puisse distinguer vraiment s’il s’agissait d’islamophobie ou de xénophobie, peu rare dans cette ville à l’encontre des Mahorais et des Comoriens. C’est par ailleurs dans cette classe que les échanges ont été les plus houleux, toujours dans le respect de la parole des uns et des autres, mais avec quelques élèves réfractaires à un discours dominant, ce qu’on retrouve dans le nuage de mots avec le terme de « propagande ». Ce n’est évidemment pas un hasard que cette résistance s’exprime dans une classe où les élèves se perçoivent, non sans raison, comme relégués par le système scolaire. C’est là aussi où le complotisme a sans doute le plus de prise et que l’enseignement d’histoire-géographie devrait être le plus indiscipliné, pour permettre davantage de liberté, d’interactivité avec des élèves qui sont en demande d’explications et de réflexions sur le monde dans lequel ils vivent.

Quelles conclusions tirer d’une expérience somme toute restreinte ?

  • Tout d’abord, que les enseignants, notamment de sciences humaines et sociales, se retrouvent dans une position toujours très délicate où ils se doivent d’inciter en permanence à l’esprit critique et en même temps de mettre en garde contre les théories conspirationnistes. C’est tout l’enjeu d’un enseignement qui vise à l’apprentissage d’un raisonnement autonome.
  • Ensuite, que la réponse moralisatrice qui s’est immédiatement imposée après les événements ne peut pas être la bonne s’il s’agit seulement d’imposer un discours. Les valeurs politiques qui sont au fronton de la République ne peuvent être présentées comme des réalités acquises. Elles demeurent un horizon utopique vers lequel on tend, peut-être, mais il serait particulièrement maladroit et inutile, sinon violent, d’affirmer que ces valeurs décrivent la société dans laquelle les élèves vivent et aux limites de laquelle ils se heurtent. L’éducation civique ne peut être qu’un moment où on interroge notre société, on en discute les principes, dans leurs fondements et dans leurs mises en œuvre, pour mieux inciter les élèves à être acteurs au sein de celle-ci.

[1] Cf. la mise au point de Vanessa Van Renterghem, « La représentation figurée du prophète Muhammad », 29 octobre 2012, Les carnets de l’Ifpo : http://ifpo.hypotheses.org/4445.

[2] J’évoquai ainsi le fait le terme « terrorisme » ne fut pas employé sur la BBC : http://www.courrierinternational.com/article/2015/01/27/pour-la-bbc-il-ne-faut-pas-qualifier-de-terroristes-les-tueurs-de-charlie-hebdo.

[3] Cf. p.e. les réflexions de Steven Duarte, sur les Carnets de l’Ipo : http://ifpo.hypotheses.org/6297.


Une réflexion au sujet de « Charlie à La Réunion. Contretemps, contre-espace »

  1. GUILLEROT JEAN PIERRE

    Bonjour cher collègue.

    Professeur d’histoire-géographie comme vous à La Réunion et ayant comme vous et beaucoup de collègues soulevé dans mes classe la question des attentats terroristes comme le recteur nous y invitait j’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre contribution et je me permets de faire quelques remarques : débattre franchement est toujours salutaire, mais je vous prie de m’excuser pour la longueur de mon texte et mon ton qui est parfois enlevé à l’image de celui des articles d’Aggiornamento et de vos articles en particulier !

    D’abord le titre « Contretemps, contre-espace ».
    Oui pour le contretemps mais que veut dire « contre espace » ?

    J’attendais que vous expliquiez aux lecteurs majoritairement métropolitains les spécificités ethniques, cultrelles, religieuses, sociales de La Réunion , en particulier la forte pratique religieuse qu’elle soit catholique, protestante, tamoule, musulmanne ou même animiste de nos élèves..qui sont probablement les jeunes sur le sol français à avoir une telle religiosité souvent extrêmement ritualisée et cela est très différent des jeunes de la métropole.
    Votre remarque « il n’y pas d’antisémitisme à La Réunion » aurait dû être expliquée : il y a peu de « Juifs » à La Réunion…..donc cela est normal mais les réactions xénophobes sont fréquentes vis à vis des Comoriens au sens culturel, des Malgaches, voir des Cafres des Malbars des Chinois ou des Zoreilles cela devait être dit (vous le ne dites qu’à la fin pour les stmg!) De grâce ne tombez pas le cliché…vendu par les autorités …La Réunion paradis du vivre ensemble….

    Vous auriez pu souligner l’union sacrée des représentant des toutes les religions à La Réunion en 2005 pour attaquer violemment Charlie Hebdo en 2005 quand l’hebdomadaire avait repris les caricatures danoises …attaque des religieux qui était contre la loi française  qui autorise le blasphème.…Mais il est vrai que vos amis des « Indigènes de La République » attaquaient Charlie en disant qu’il voulaient faire de l’argent…l’ignominie n’avait pas de bornes….

    Vous auriez pu dire qu’à La Réunion on croise beaucoup de femmes en burqa malgré l’interdiction par la loi (il ne faut pas faire de vagues…).
    De plus permettez moi de vous dire qu’il n’est pas très « scientifique » de réduire La Réunion à Ambroise Vollard de St Pierre ! Vous n’êtes pas sans savoir qu’à La Réunion il existe des aires culturelles très fines et diverses et qu’enseignant dans l’est mes élèves sont quelque peu différents des vôtres ( le miens étaient extrêmement choqués par les blasphèmes) et d’ailleurs à Saint Louis, St Denis (selon les établissements!) ou Saint André les réactions n’auraient pas été forcément identiques à celles de vos élèves de’A. Vollard. Le contexte socio-culturel me semble une donnée fondamentale que vous négligez totalement sauf pour l’analyse de la classe de STMG mais j’y reviendrais.
    Vous auriez pu dire aussi qu’à La Réunion Charlie était totalement inconnu de nos élèves (encore plus qu’en métropole où les jeunes ne le connaissaient pas beaucoup!).De plus vous auriez pu indiquer comme « contre espace » le fait que les enseignants de La Réunion perçoivent « l’indemnité coloniale » qui leur permet de toucher une fois et demi le salaire métropolitain et je dis cela car un de mes maître Yves Lacoste disait avec juste raison que ceux qui parlent doivent dire de quelle position sociale ils s’expriment.
    Donc dans votre article l’expression contre-epace n’est aucunement explicitée c’est une formule « branchée » style Libé qui qui n’a aucun fondement scientifique !

    Sur votre analyse générale vous parlez de la laïcité comme d’un » principe abstrait «  (citation).
    A bon ! J’avoue que je suis étonné qu’un enseignant grassement rétribué par l’école laïque puisse écrire une telle chose ! C’est un principe concret que nous mettons en œuvre dans nos cours : pas de progande religieuse, et d’ailleurs Mme Vallaud Belkacem parle de « l’enseignement laÏque des religions » c’est donc très concret pour elle ! De plus vous dites que la définition de la laïcité est « débattue » (citation ). Débattue par ceux qui veulent la détruire ce qui est normal dans une démocratie mais elle s’impose à nous au travers des lois qui nous régissent. Vous avez le droit d’être contre la laïcité en tant que citoyen mais elle s’impose à tous les enseignants en France…dans leur pratique et cela d’une manière très concrète.

    Ensuite vous dites que Charlie hebdo n’incarnait pas la laïcité ……cher collègue permettez moi de vous dire que vous faites un contre- sens…La laïcité c’est un rapport entre l’État et les religions et non pas entre un organe de presse et les religions….Charlie Hebdo incarne notre conception de la liberté d’expression tout comme Minute ou Aggiornamento . La loi française admet le blasphème et d’ailleurs la suppression du blasphème fut une des premières mesures de l’Assemblée Constituante visant à se libérer de l’oppression de de l’Église catholique qui embrigadait les esprits. Vous dites d’ailleurs fort justement que le blasphème est licite en France même si certains groupes religieux et non religieux voudraient le rétablir !

    Donc Charlie c’est notre conception de la liberté d’expression, conception héritée des Lumières et qui n’est pas propre à la France….Voir Salman Rushdie et Tasslima Nasreen qui furent menacés de mort et certains de leur traducteurs et éditeurs tués pour défendre cette conception.

    Ensuite vous évoquez la question du mot terrorisme en soulignant avec juste raison le rôle de l’enseignant « d’expliquer le sens des mots afin de pouvoir dire et de penser le monde » (citation)..
    Je vous prends au mot : vous contestez la notion de terroriste en vous appuyant sur les journalistes de la BBC ! Bigre vous avez le droit d’être fasciné par les journalistes anglo-saxons (dont la plus grande partie a insulté Salman Rushdie et s’est couchée devant Khomeini pour des raisons électoralistes et économiques ! lisez Joseph Anton de Rushdie !) mais ne pas qualifier ces gens de terroristes comme d’ailleurs Aggiornamento le fait en parlant de « criminels » dénote votre façon de penser le monde….le terroriste vise à faire peur, à intimider par la menace….tous ceux qui critiqueraient ou blasphèmeraient contre une religion. Avant c’était l’inquisition ou les tribunaux ecclésiastiques qui s’en chargeaient , puis pour l’Islam avec Khomeini c’est l’appel à des tueurs grassement rétribués et les assassinats des intellectuel laïques en Algérie et maintenant ce sont des jeunes qui obtiendront le martyre en faisant ces assassinats.
    Le but est clair : réduire au silence par la peur…de mourir. Comme Houellebecq est visionnaire.. !.oui se soumettre par peur… !…..on excuse les assassins qu’on qualifie de « criminel » à Aggiornamento cela veut dire qu’ils ont peut-être ( sûrement) des excuses, ce sont de pauvres victimes du système , des circonstances atténuantes, discours que certains disaient dans les années 30 à propos d’Hitler….il avait des excuses…l’humiliation de l’Allemagne par la France après la 1° guerre mondiale….Décidément l’esprit munichois n’est pas mort à l’extrême gauche… et débouche sur la soumission/collaboration…..mais bon au moins vous ne serez pas visés…par les terroristes…c’est une bonne assurance !..qui ne coûte pas cher….

    Venons en à votre analyse par classe. Bravo pour votre méthode !

    Pour la seconde vous soulignez que la notion de liberté d’expression est pour cette classe importante et peut-être dites vous que par c’est une classe d’Arts appliqués et qu’ils pouvaient avoir de « l’empathie » pour les dessinateurs…Belle remarque mais pourquoi n’allez vous pas plus loin…par définition un artiste ne peux accepter de limite à sa création artistique en tous cas dans notre conception démocratique…même si cela peut déranger certains mais l’art est toujours dérangeant à moins d’être adepte d’un « art officiel » et l’on voit bien les menaces que tous les groupes religieux ou autres font peser sur la liberté d’expression au nom de leurs conceptions…Voir tous ceux qui ont voulu faire interdire les performance de l’artiste sud africain Brent Bailley qui présentait des humains noirs dans des cages ( Exhibit B en 2014 à Paris).

    Pour la classe de 1° L/ES permettez moi de vous dire que les mots que vous employez (je ne fais pas d’analyse informatique !), je cite sont révélateurs de votre parti pris voir de votre mépris pour vos élèves : je cite « conformisme de l’expression »…. »normalité »… « sans recul critique » classe « de ES passives et peu en alertes sur la société et ses problèmes »…..autrement dit ces élèves ne font que répéter le discours de médias sous entendus ils suivistes et ne réfléchissent pas…rien à voir avec les STMG « réfractaires au discours dominant » vous parlez de « résistance » de leur part… élèves qui sont en demande d’explications et de réflexions sur le monde dans lequel ils vivent. » n’en jetez plus vous avez fait votre choix ! Ce sont vos « rebelles » ! Eternelle fascination de l’intellectuel brillant que vous êtes pour ceux qui sont à l’opposé de vous en terme de capital culturel !

    Intéressante la manière dont vous parlez de la propagande …ce mot vise la propagande des grands médias TV, radio journeaux…dénoncés par les STMG, mais vous ne parlez pas de la propagande opposée sur Internet , vous faites allusion aux théorie complotistes…où circulent-elles ? Savez vous combien d’heures les élèves passent sur Internet…. Surtout les STMG à faible « capital culturel » (dixit votre pape Bourdieu)….alors actualisez un peu votre notion de propagande , le « bourrage de crâne » est aussi voir surtout sur le web qui est le média le plus utilisé par les jeunes et autrement plus fascinant car interactif ! Voir Dieudonné N°1 sur Google !

    Entre les passifs L/ES et les révoltés STMG il y a les S ! « conceptulisation plus fine », « interrogation sur les raison des auteurs de ces attentats » (que vous ne qualifiez pas de terroristes et d’ailleurs il ne s’agit pas d’attentats ….mais d’assassinats , de meurtres prémédités…), « débat plus riche »…..

    Votre analyse traduit la réalité socio-culturelle et religieuse de vos élèves mais votre parti pris est indécent.

    Pour revenir aux STMG, vous évoquez la xénophobie contre les Mahorais et les Comoriens qui est bien réelle à La Réunion et qui est un des principaux problèmes pour La Réunion….et c’est pour cela qu’il fallait présenter les caractères de La Réunion à vos lecteurs mais j’ai bien peur qu’un partisan comme vous de l’histoire globale ne s’embarrasse pas des réalités locales bien trop prosaïques) . Par contre, vous auriez pu évoquer le cas de jeunes filles qui refusent d’enlever leur voile en contradiction avec la loi, vous auriez pu évoquer l’article qui Monde qui montre que La Réunion est le Dom le plus touché par le Djihadisme devant Mayotte et d’ailleurs selon Le Quotidien un jeune de St André serait mort en Syrie ou en Irak….si l’information est vraie…à vérifier (travail de l’historien )…De plus vous placez toujours l’islamophobie (concept débattu s’il en est…..) avant le racisme alors que ce sont des gens supposées être Juifs qui ont été abattus en France…. …En France aujourd’hui l’antisémitisme des fanatiques musulmans tue des enfants, des femmes, des jeunes, des vieux … c ‘est la réalité cher collègue…alors il serait plus logique de faire passer le racisme avant l’ »islamophobie ». Question de respect pour les victimes….mais peut-être pensez-vous que ces morts là ne méritaient pas une minute de silence…..comme beaucoup l’ont écrit dans aggiornamento ! Et s’ils l’ont écrit c’est qu’ils étaient bien vivants et tant mieux pour eux !

    Quelques remarques sur votre conclusion : avez-vous discuté avec un collègue de philo qui exerce en STMG ou même dans d’autres sections ? Je n’ai pas l’impression car vous n’auriez pas employé le jargon ministériel sur le « raisonnement autonome » ! Mais je ne doute pas que vous fassiez partie des équipes de jargonneux qui vont déshabiller nos programmes d’histoire/géographie.

    Ensuite vous faites de l’idéologie en parlant de « réponse moralisatrice « le 11 janvier
    ….. ! C’était une réponse politique défendre la liberté d’expression, le droit au blasphème, refuser que des religions n’imposent leur loi….vous devez savoir qu’en France il a fallu au moins 3 siècles pour enlever à l’Eglise catholique la chape de plomb qu’elle faisait peser sur l’esprit humain  et ce cheminement s’est cristallisé sur ce que l’on appelle Les Lumières….mais Aggiornamento est satisfait d’un programme qui rend les Lumières optionnelles….Je comprends pourquoi vous êtes d’accord !

    Dernier point qui illustre votre raisonnement pernicieux…attribuer des idées à d’autres : Ceux qui défendent La République ne disent pas que ces valeurs de la Républiques sont des réalités acquises dans notre société ..elles affirment des principes : Liberté, Egalité , Fraternité qui sont peu à peu inscrits dans le droit grâce aux luttes…des ouvriers, des femmes des opprimés, des philosophes humanistes et c’est au nom de ces principes des Lumières qu’ils se sont battus et se battent encore.

    Mais il vaut mieux qu’une société inscrive ces valeurs là que celles qui disent que les lois de Dieu sont au dessus de celles des hommes, que l’homme et la femme n’ont pas les même droits et que ceux qui ont une autre religion que la religion dominante n’ont pas les mêmes droits ou doivent renier leur religion et que les athées doivent être tués…..d’ailleurs personne ne se proclame athée…!

    A chacun ses valeurs et ne parlez pas de l’égalité sociale qui n’est pas respectée dans notre société …..vous touchez l’indexation coloniale dans votre salaire qui contredit le principe d’Egalité sans que cela vous dérange et je ne vous ai pas entendu demander la suppression de cette inégalité flagrante !

    Bien à vous.

    Je ne m’attends pas à être publié car j’ai déjà été censuré à Aggiornamento… au moins il vous reste des choses de vos cours sur les totalitarismes !.mais vous pourriez prendre exemple sur Le Monde diplomatique qui est proche de vous mais qui ne censure pas lui !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *