L’enseignement moral et civique en débat

bem5-0001

Échanges sur la liste du collectif Aggiornamento autour du futur enseignement moral et civique

Dossier présenté par Jean-Charles Buttier

Ce billet rassemble 30 messages envoyés entre le 16 novembre et le 24 décembre 2014 au sujet de l’enseignement moral et civique mise en place à la rentrée 2015

Chaque message est identifié par un numéro, son auteur-e et la date de son envoi. Les pièces jointes qui accompagnaient les messages ont été indiquées à la suite des textes et des liens ont été insérés pour les consulter. Les crochets […] signalent la coupe de portions de messages qui n’étaient pas en lien direct avec le sujet central de la discussion. Lorsque des courriers électroniques abordaient plusieurs thèmes traités sur la liste d’Aggiornamento, seules les parties en rapport avec l’enseignement moral et civique ont été reproduites ci-dessous.

 La discussion a démarré par  le constat d’une production scientifique importante stimulée par la mise en place d’un enseignement moral et civique à la rentrée 2015. Il a été rappelé que les membres du collectif avaient déjà longuement discuté de la mise en place de ce nouvel enseignement à l’occasion d’une audition d’Aggiornamento par le Conseil supérieur des programmes en mars 2014 (http://aggiornamento.hypotheses.org/1879). Une mise en perspective historique de la réintroduction de l’enseignement de la morale laïque à l’école a été proposée dans un article paru dans le carnet d’Aggiornamento le 26 novembre 2014 (http://aggiornamento.hypotheses.org/2449).

 Les échanges se sont ensuite focalisés sur l’enseignement du fait religieux d’une part et sur la question de la croyance d’autre part. Les auteur-e-s ont abordé la question de la laïcité en rappelant par exemple les travaux de Claude Nicolet et en mentionnant les différentes conceptions de la laïcité défendues notamment par Jean Baubérot ou Henri Pena-Ruiz.

La discussion a dès le départ porté sur la mise en place du nouvel enseignement sur le terrain. Les interrogations quant à sa mise en œuvre (quels enseignants mobilisés, pour quel volume horaire et en mobilisant quelle pédagogie ?) ont été suscitées notamment par les déclarations de la ministre de l’Éducation nationale lors de la journée de la laïcité le 9 décembre 2014 ou encore par la publication du Projet d’enseignement moral et civique pour les lycées le 18 décembre 2014 qui complétait les précédents projets publiés pour l’école primaire et le collège. Ce fut l’occasion de reprendre l’historique de la mise en place de ce « nouvel » enseignement en évoquant notamment le projet abandonné d’un enseignement civique et politique en lieu et place de l’actuelle ECJS.

 Il ressort de ces échanges qu’un lien étroit entre l’enseignement moral et civique et la question de la laïcité est mis en lumière. À ce titre, l’abandon de la dénomination de « morale laïque » interroge. La question de l’enseignement du fait religieux reste sensible elle-aussi. D’autre part, plusieurs auteur-e-s ont constaté de forts décalages entre le rapport présenté par Laurence Loeffel en avril 2013 (Pour un enseignement laïque de la morale) et les perspectives de mise en œuvre de l’enseignement moral et civique. La prise en charge de cet enseignement par les professeurs d’histoire-géographie uniquement est ainsi ressentie comme un retour en arrière par rapport aux ambitions pédagogiques de départ. Comment s’articulera cet enseignement avec l’éducation-civique en collège et l’ECJS en lycée ?

 Messages échangés

1)    Jean-Charles Buttier, le 16/11/2014

Je me suis intéressé à l’apparition d’une morale sécularisée et politisée à partir de la Révolution française et la réintroduction de celle-ci, rebaptisée « enseignement laïque de la morale », m’interpelle beaucoup. Enseignant en collège, je vais être confronté à sa mise en place à la rentrée prochaine.
Cette réintroduction stimule la production scientifique : l’IESR-EPHE est très présent avec notamment un colloque le 6 décembre 2014 intitulé « L’enseignement moral et civique : comparaisons européennes. » (http://www.iesr.ephe.sorbonne.fr/index7169.html#tocto1n1). Résidant à Blois, je ne pourrai pas y assister, mais si l’un d’entre vous compte écouter des interventions, cela m’intéresserait d’avoir quelques échos de ce colloque. Lors de cette journée sera aussi présenté le livre intitulé Double défi pour l’école laïque : enseigner la morale et les faits religieux. Il s’agit de la publication des actes du colloque IESR-EPHE de 2013. L’ouvrage sort le 20 novembre prochain chez Riveneuve éditions. Dans les deux cas, l’institution sera représentée par la présence de Laurence Loeffel qui a dirigé la mission sur l’enseignement de la morale laïque. Je vous mets aussi en pièce jointe un appel à communication lancé par l’HEP du canton de Vaud sur le thème « Éthique et cultures religieuses en tensions. Entre respect des convictions et enseignement des sciences humaines. » Ce colloque aura lieu à Lausanne en mai 2015. J’aimerais pouvoir échanger avec ceux qui le souhaitent au sujet de cet enseignement, notamment autour du projet de juillet 2014 pour la mise en œuvre de cet enseignement (je l’ai mis en pièce jointe). Est-ce que certains d’entre vous ont déjà eu l’occasion de prodiguer ou de recevoir une formation sur la morale laïque dans le cadre d’un ESPE ou autre ?

Pièces jointes :

Appel à communications pour le colloque Éthique et cultures religieuses en tensions : http://ife.ens-lyon.fr/vst/AgendaColloques/DetailColloque.php?parent=actu&id=1440

Projets de programme d’enseignement moral et civique : http://eduscol.education.fr/consultations-2014-2015/events/programmes-denseignement-moral-et-civique/

2)    Vincent Mespoulet, le 16/11/2014

Question brûlante et qui a déjà été longuement évoquée au cours d’une précédente discussion très riche pour aider Laurence DC et Patricia L. à évoquer en audition préalable ces questions devant le CSP. Cette discussion s’est déroulée en mars dernier. […]

Merci pour les PJ et toujours preneur pour parler d’éducation civique et d’enseignement laïque de la morale. Il faudrait aussi tenir compte du récent rapport sénatorial initié par Esther Benbassa (EELV) avec un de ses collègues de l’UMP sur l’enseignement du fait religieux.

Pièce jointe :

Avis et propositions de membres du collectif « pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire-géographie » relatifs à l’enseignement de la morale civique : http://aggiornamento.hypotheses.org/1942

3)    Laurence de Cock, le 16/11/2014

L’ensemble des discussions a été transmis au CSP et publié ci-dessous comme nous en avions toutes et tous convenu à l’époque, en anonymant les interventions mais en mettant les noms des participants sous forme de liste. http://aggiornamento.hypotheses.org/1942

4)    Jean-Charles Buttier, le 16/11/2014

 Merci pour la référence au rapport sénatorial sur l’enseignement du fait religieux que j’ignorais.

J’ai lu avec un grand intérêt les échanges très instructifs entre membres de la liste, qui furent ensuite envoyés au CSP. Voici pourquoi je souhaitais poursuivre la discussion avec celles et ceux qui sont intéressés, notamment sur la mise en perspective historique de ce projet d’enseignement moral. Pourquoi cette morale, nouvelle mouture de la morale républicaine héritée des révolutionnaires et des républicains de la Première et de la Seconde République ne peut-elle plus être définie comme telle ? La « vieille morale de nos pères » de Ferry est discréditée depuis les années 1970 mais les pédagogues des années 1880 avaient déjà renié la morale républicaine de leurs prédécesseurs de 1794 et 1848. Pourtant, la régénération morale fut au cœur du projet révolutionnaire et on peut voir dans les tentatives de fusion des traditions chrétienne et républicaine en 1848 une continuité de ce dernier. Que peut nous apprendre cette histoire sur le projet futur d’enseignement moral et civique ? Nous entrons justement dans une phase de mise en œuvre du projet politique et c’est là que cela devient vraiment intéressant à mon sens. Comment l’institution va-t-elle « digérer » le projet porté par un ancien ministre pour en faire un élément de contenu, de formation, d’évaluation ? Les écarts se font déjà sentir entre le rapport d’avril 2013 et le projet de mise en œuvre de juillet dernier ! Je m’interroge notamment sur l’éventuelle formation dispensée aux futurs collègues.

5)    Daniel Letouzey, le 17/11/2014

 Il faudrait peut-être revisiter l’histoire de l’ECJS (voulue par Allègre, mise en place sous Lang, dénigrée par Peillon au nom des profs de philo). Le P(olitique) a été envisagé au lieu du JS (Juridique et Sociale). La conception en faisait une vraie démarche pluridisciplinaire, les sujets pouvant concerner aussi bien des profs d’histoire, de philo, de SES. Et la méthode se voulait en rupture avec le cours magistral (dialogué ou non). Hélas, sur le terrain, l’ECJS a souvent servi de variable d’ajustement pour compléter les emplois du temps et les services. Peillon ne parlait-il pas au départ de morale laïque (ou d’enseignement laïque) ? Alors que font le religieux et le lobbying de l’IESR dans cette affaire ?

6)    Jean-Charles Buttier, le 17/11/2014

Voici le lien vers l’interview de la sénatrice Esther Benbassa pour le café pédagogique dans lequel elle justifie l’enseignement du fait religieux : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/11/17112014Article635518078818291617.aspx

Je n’y vois pas grand-chose de nouveau, elle est dans la lignée de Régis Debray et Dominique Borne. L’implication de l’IESR s’explique par le fait qu’il fut créé en 2002 suite au rapport de R. Debray sur « L’enseignement du fait religieux dans l’école laïque. » Il y a une continuité dans le projet de promotion de l’enseignement du fait religieux. Il y a une littérature très riche sur la question de la morale laïque d’après la note de veille de l’IFé de février dernier : http://edupass.hypotheses.org/312  La question de l’éducation politique rebaptisée en éducation à la citoyenneté (politique ?) est très intéressante. Si certains ont des références sur le fait qu’une éducation civique et politique ait été évoquée au moment de la mise en place de l’ECJS, je suis preneur.  Ces débats s’inscrivent dans une longue histoire de la formation du citoyen en France. Ainsi, B. Baczko dans l’article introductif aux actes du colloque « Citoyens et citoyenneté sous la Révolution française » écrit p. 15 : « Au-delà de la diversité des modèles de citoyenneté le discours civique retrouve son unité en s’affirmant comme un discours pédagogique. On ne naît pas citoyen, on le devient : les modèles de citoyenneté présupposent tous (ou presque) un apprentissage de la citoyenneté. L’éducation civique est le devoir de la Nation à l’égard d’elle-même et un travail de la société nouvelle sur elle-même. »

7)    Vincent Mespoulet, le 18/11/2014

« Je n’y vois pas grand chose de nouveau, elle est dans la lignée de Régis Debray et Dominique Borne. »

C’est ce qu’il conviendra de vérifier car ce qui a beaucoup changé entre 2002 et 2014, la nouvelle donne, c’est le contexte extra-scolaire, l’inquiétude politique autour de la question des jihadistes qui se rendent en Syrie. Ce qui s’est passé hier dans l’actualité avec la présence d’un Français de 21 ans parmi les exécuteurs, la couverture qui en est faite est assez significatif. Je me demande dans quelle mesure Esther Benbassa n’interprète pas ce genre de dérive extrême comme le signe d’une forme de défaillance scolaire dans l’enseignement du fait religieux. Non pas qu’il n’existerait pas, évidemment depuis 2002 (et même forcément avant, dans les pratiques ordinaires de notre enseignement de l’histoire-géo-éducation civique) l’enseignement du fait religieux. Mais dans le sens où il n’arrive pas à contre-balancer toutes les confusions actuelles entre islam et islamisme et salafisme/djihadisme notamment si on en reste sur cet exemple. Je crois qu’Esther Benbassa cherche à trouver aussi, dans une redéfinition des contenus dans les programmes qui nous concernent, les contenus adéquats qui permettraient d’insister à l’école sur les formes de coexistence pacifique entre les religions, les passerelles qui ont toujours existé entre judaïsme, christianisme et islam si l’on s’en tient au trois monothéismes, les formes culturelles et anthropologiques du religieux, au lieu d’entrer trop systématiquement dans l’histoire des confrontations historiques entre les religions, dans les guerres de religions et les conceptions dominantes du « choc des civilisations » qui imprègnent les esprits en dehors de l’école. Cela était déjà écrit en 2002, mais visiblement, cela a échoué et c’est une question très complexe, complètement instrumentalisée et obsédée par la question du voile à l’école ou dans l’espace public. Alors bien sûr, il ne faut pas attendre de l’école plus qu’elle ne peut donner, mais quand même… Je crois qu’il faut entrer en dialogue avec Esther Benbassa dans ce domaine.

Un exemple de la vision très problématique d’une enseignante de primaire interviewé dans La Croix il y a quelques jours:

http://www.la-croix.com/Actualite/France/Il-faut-aborder-le-fait-religieux-a-l-ecole-2014-11-12-1263122

On voit rapidement la nécessité de formation des enseignants vu les problèmes que pose cette vision de l’enseignement du fait religieux où l’on transforme le fils d’un imam en médiateur pour régler un point de théologie, ce qui est très éloigné de l’enseignement du fait religieux en renforçant des formes de communautarisme et d’identité religieuse, par exemple…

8)    Bernard Girard, le 18/11/2014

Il paraît qu’il faut enseigner le fait religieux à l’école ? Quelle audace, chez les sénateur(trice)s ! Avant de sortir un nouveau rapport sur le sujet, on pourrait quand même leur recommander de jeter un coup d’œil sur les programmes officiels (par exemple collège 2008) : en regard de la quasi disparition de l’histoire sociale, les élèves en arriveraient presque à penser que, dans le passé, on ne faisait guère que prier.

Classe de 6e :

– Les débuts du judaïsme et du christianisme (20% du temps consacré à l’histoire).

– Les empires chrétiens du Haut Moyen Age (empire byzantin et religion orthodoxe), 10 % du temps consacré à l’histoire).

Classe de 5e :

– Les débuts de l’Islam (10% du temps consacré à l’histoire).

– La place de l’Eglise dans l’Occident féodal.

– Les débuts de la religion protestante.

Classe de 4e :

– Le Concordat.

– La séparation des Eglises et de l’état

Sans oublier la part réservée en histoire des arts au patrimoine religieux.

9)    Jean-Charles Buttier, le 19/11/2014

La question de la morale laïque à l’école fait débat ce qui montre l’importance de s’y intéresser. Je trouve que les différents points du programme du collège évoqués dans cette discussion sont l’occasion d’interroger la notion de croyance et de montrer que l’enseignant est fondé pour étudier historiquement les religions, que ce soit culturellement, politiquement ou socialement d’ailleurs. Contrairement à ce que disait N. Sarkozy dans son discours du Latran, c’est en cela que « l’instituteur laïque » est bien mieux placé que le prêtre, le rabbin ou l’imam pour parler de morale et de religion puisqu’il est libéré de tout dogme qui pourrait contrebalancer sa libre pensée. Ces cours sur l’histoire de la religion sont un complément nécessaire à ceux d’EC sur la laïcité puisqu’ils montrent que les ministres des cultes n’ont certainement pas le monopole de la parole et de l’expertise dans le domaine religieux. Cela me semble important de le réaffirmer dans le contexte actuel évoqué aussi dans cette discussion. Justement, concernant le contexte, l’actualité n’est pas le seul moteur de la réflexion sur la laïcité et l’éducation à la citoyenneté : la recherche sur ces questions est aussi active. Voici d’ailleurs en pièce jointe le programme des 3èmes rencontres annuelles « Philosophie, Éducation, enseignement » le mardi 25 novembre : « Science et laïcité. Questionnements philosophiques autour d’un enseignement laïque de la morale. » Cela se passe à l’ESPE de Toulouse.

Pièce jointe :

Programme des rencontres « Science et laïcité » : http://espe.univ-toulouse.fr/accueil-/recherche/archive/3eme-rencontres-annuelles-philosophie-education-enseignement-345381.kjsp?RH=FR_06

10) Daniel Letouzey, le 19/11/2014

Enseignement laïque de la morale ou tutelle religieuse de la laïcité ? La religion comme antidote, la rhétorique est omniprésente dans les médias qui se soucient plus des sujets faisant audience et polémique que de la réalité sociale. Danielle Hervieu-Léger y faisait allusion en 2002, lors du forum Le Mans.
Pour elle, l’expression « retour du religieux » indiquait alors une visibilité croissante dans les médias (qui pouvaient interroger un imam à Toulouse après l’explosion chez AZF), pas un changement dans le niveau des pratiques)

.http://tinyurl.com/k489x7a
Sur le fond, le détour par le vocabulaire est toujours utile : Mettre en contexte l’expression « fait religieux » vendue depuis 20 ans à Paris. « La République assure la liberté de conscience », proclame la loi de 1905.
Une formule que beaucoup d’auteurs de manuels changent vite en pluralisme religieux.
Pour un religieux, un humaniste est un NON-croyant, et un adversaire est un laïcard. Relire aussi ce que Victor Hugo disait du parti clérical.

http://clioweb.free.fr/textes/hugo1850.htm
Dans les conflits en cours, l’instrumentalisation de la religion par les extrémistes
facilite-t-il les débats pacifiés (cf. le mariage) ou le retour à la paix (au Moyen-Orient) ?

11)  Jean-Charles Buttier, le 19/11/2014

Sur le thème de la croyance et du retour au religieux, j’ai trouvé que la lecture de « Peut-on ne pas croire ? Sur la vérité, la croyance & la foi » de J. Bouveresse était très stimulant (Agone, Banc d’Essais, 2007) :

« Je ne suis pas du tout certain, pour ma part, que ce que l’on observe actuellement corresponde réellement à un retour de la croyance, et non pas plutôt de ce que Musil appelait la « nostalgie de la croyance », qu’une époque par ailleurs foncièrement incroyante a une tendance fâcheuse à confondre avec la croyance elle-même. » (p. 60-61).

12)  Jean-Charles Buttier, le 20/11/2014

Une intéressante mise en perspective historique du rapport Benbassa/Lecerf en rapport avec l’enseignement du fait religieux en France : http://blogs.mediapart.fr/blog/claude-lelievre/191114/letrange-histoire-des-faits-religieux

Il mentionne une thèse que j’ignorais sur l’enseignement du fait religieux en 6ème et en 5ème qui date de 2010 : thèse soutenue par Véronique Deneuche à Paris V en mai 2010 (cf son livre paru chez l’Harmattan en 2012 : « L’enseignement des faits religieux dans les manuels d’histoire », de 6° et 5°, sous la cinquième République). Un extrait de la conclusion citée par C. Lelièvre montre la continuité : « En fait, sur toute la période étudiée [à savoir la cinquième République] la permanence des contenus doctrinaux, malgré les changements didactiques et pédagogiques importants préconisés par les programmes successifs, est assurée par les documents tant textuels qu’iconographiques ». Cela confirme la continuité que je notais, sans que la pratique scolaire ne soit franchement bouleversée par le contexte politique actuel (ce que je trouve rassurant).

13) Olivier Le Trocquer, le 20/11/2014

Très brièvement: eh bien allons expliquer à tous les croyants de toutes obédiences et de toutes sensibilités que nous croisons tous les jours qu’ils ne croient pas… « Dieu est mort », oui, mais pas pour tout le monde. Que l’apparente incroyance – en dieu ou dans la religion – dominante influe sur la façon de croire, d’accord. Mais « croire » qu’il n’y a plus de croyance véritable me parait…une fausse croyance… Et le discours dominant est plutôt une forme de croyance, bien qu’en crise, dans le progrès économique et démocratique. On m’objectera que c’est très différent, que je mélange tout…Je ne crois pas – si j’ose dire. Il me semble qu’il faut considérer l’ensemble, croyance en dieu(x), dans le progrès, dans la politique, dans l’avenir, dans un « régime général des modes de croyances » dans lequel et par lequel se croisent, se confrontent modes de rationalité et d’irrationalité, rôles de la raison, de la ou des fois et des pratiques, dimensions sociales, etc.,  » régime général des modes de croyance » qui n’est bien sûr pas isolé ni séparé du reste de l’existence, mais qui anime, travaille consciemment et inconsciemment, le quotidien comme l’événement d’exception, et qui participe de la question de l’historicité au sens large.

14) Jean-Charles Buttier, le 09/12/2014

 En voyant les documents envoyés au CSP sur l’enseignement de la morale laïque (échanges reproduits in extenso et synthèse), j’ai trouvé qu’il y avait là un bon exemple d’intelligence collective qui se construit par la confrontation des opinions. Merci à tous ceux qui lancent et alimentent ces discussions qui, je l’espère, resteront fructueuses. […]

Enfin, je suis assez étonné que ce soit aujourd’hui le jour de la laïcité ? Cela me fait penser à une citation de l’article « La laïcité intérieur » de Claude Nicolet réédité dans Histoire, Nation, République (p. 237) : « En chacun d’entre nous, le petit monarque sommeille ; le petit important, le petit dogmatique ou le petit clérical est faussement assoupi, et tâche d’étouffer la difficile émergence du citoyen. C’est là qu’il faut livrer le premier combat. Difficile ou même héroïque ? Sans doute, comme toute science, toute morale, toute éducation. Mais l’enjeu le mérite. » Dans ce même article, Claude Nicolet parle de « dialogue loyal envers les autres » (p. 235), question sensible !

 15) Olivier le Trocquer, le 09/12/2014

 Pour ce qui est de la laïcité, j’aime bien aussi la citation de Nicolet, Nicolet, c’est à la fois l’histoire de la Rome républicaine et l’auteur du texte « L’idée républicaine en France », qui se voulait un texte d’histoire critique, texte foisonnant et passionnant,  mais qui laissait un peu trop de côté ce qui était la ou les pensées républicaines les plus  » radicales » et contestataires. Il avait animé Les cahiers de la République, qui avaient tenté d’accompagner la critique de la Veme République commençante par Mendes-France.

 16) Jean-Charles Buttier, le 10/12/2014

 Pour continuer la discussion sur Nicolet, ce dernier a poursuivi son travail d’archéologie de l’idée républicaine par des rapports ministériels. Le premier en 1984 intitulé « Pour une restauration de l’éducation et de l’instruction civiques » pour Chevènement, le second pour le même, devenu ministre de la Défense, en 1990 (« La formation civique dans les armées »). Enfin, en 1998, il fait un troisième rapport au Ministre de la Recherche François Fillon : « Pour une instruction et une éducation civiques républicaines. » Il écrit que ses rapports ont été enterrés mais il y a une grande constance dans la foi de l’historien en la capacité de l’école pour fonder moralement la citoyenneté. Cela vient du fait qu’il voyait dans la laïcité la condition nécessaire d’une citoyenneté républicaine comme le montre cette citation de l’Idée républicaine en France (p. 498) : « La révolution permanente qu’opère la République, c’est d’abord l’abolition, dans les esprits de tous et de chacun, de ces éternels ennemis : le recours à la transcendance, l’acceptation des « vérités » toutes faites, l’égoïsme des intérêts. D’où la pédagogie et la morale. » Il explique dans sa postface que c’est la dimension politique de l’éducation civique qui l’avait le plus intéressé et c’est peut-être justement celle qui manque dans le projet d’enseignement moral et civique ?

La vision linéaire de l’idée républicaine chez Nicolet a été critiquée de façon très limpide je trouve dans l’introduction de C. Moatti et M. Riot-Sarcey à l’ouvrage qu’elles ont dirigé sur La République dans tous ses états. L’opposition entre conflictualité de la démocratie et ordre républicain est très clairement exposée.
Malgré tout, l’engagement de Nicolet pour promouvoir une pédagogie républicaine me semble très intéressant encore aujourd’hui, à condition de ne pas dépolitiser la laïcité et en faire uniquement une coexistence pacifique de « croyances » mises toutes sur le même plan.

17) Olivier Le Trocquer, le 10/12/2014

 Claudia Moatti peut d’autant mieux avoir un point de vue critique sur Claude Nicolet qu’elle a participé à son séminaire, travaillé avec lui, etc. Et tout son travail à elle, en tant que spécialiste de la Rome antique, dans ce livre en particulier, consiste à restituer, derrière l’idéalisation de la  » République romaine » tous les enjeux de  l’usage du mot République à la fin de celle-ci; en gros pourquoi et comment elle est reconstruite comme mythe par ses derniers défenseurs.

 18) Daniel Letouzey, le 10/12/2014

– http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Journee-nationale-de-la-laicite

La laïcité a donc sa journée, comme le goût et la lutte contre la pauvreté. Les 364 autres jours…

19) Olivier Le Trocquer, le 10/12/2014

Un petit ajout à la réflexion à propos de la critique par Claudia Moatti et Michèle Riot-Sarcey de l’analyse de la République par Nicolet.

L’opposition entre la conflictualité démocratique et l’ordre républicain est peut-être  un peu trop poussée dans l’introduction elle-même de l’ouvrage collectif La République dans tous ses états. Je peux d’autant plus le dire que j’ai participé au livre, aux discussions qui ont contribué à sa construction et à une petite partie de son texte – ayant rédigé  la contribution  concernant la 3ème République, que j’avais étendue jusqu’aux débuts de la Veme, en conclusion, pour rappeler la persistance de cette conflictualité. C’est qu’il n’y a pas tant  » une  » République, ni  » une » idée de  » la  » République, que plusieurs, et que ces différentes idées et pratiques sont elles-mêmes conflictuelles. Il n’est que de penser à ce qui se passe en 1870-1871, aux  » Communes  de province  » (expression et titre de de l’historienne Jeanne Gaillard, disparue trop tôt)  et à la Commune de Paris, chère à Éric Fournier, pour s’en souvenir.

Or, la question de la laïcité, comme cela a été dit et montré souvent, est au cœur du républicanisme démocratique et social de la Commune de Paris – aussi, mais de façon plus fugace et pour cause, au cœur des Communes de province.

On pourrait presque renverser la proposition, de façon (trop) provocatrice, en parlant de « l’ordre démocratique » (« la démocratie représentative et parlementaire », celle de …Marcel Gauchet ), et de la conflictualité républicaine, simplement pour éviter l’effet de discours dominant  des  dits « Républicains » d’aujourd’hui, du moins une partie d’entre eux, qui incarnent quelque chose comme un ordre conservateur – à mes yeux s’entend.

C’est aussi de cette conflictualité républicaine dont il peut être question dans l’étude de la morale laïque.

Conflictualité à propos de la laïcité, qui a aussi valu aux communards une  » excommunication politique: eux laissaient le culte catholique se dérouler, mais qui expulsaient les religieuses des écoles et faisaient de plusieurs églises, le soir, des clubs politiques (dont l’église saint Bernard, quartier de la Goutte d’Or à Paris 18, celle des sans-papiers  en 1996) devenue club de la Révolution par la volonté de Louise Michel et de quelques autres. Conflictualité  qui a fait aussi que les lois de Jules Ferry, anti-communard s’il en est, ont été ultra prudentes; que la loi de 1905 n’est pas seulement un compromis avec  » les églises », compromis sur lequel Jean Bauberot insiste tant pour le célébrer,  mais aussi un retrait par rapport au  » radicalisme  » d’Emile Combes à ce sujet, qui avait fait expulser de nombreux religieux et religieuses du territoire français, après dissolution de plusieurs milliers de congrégations catholiques.

Il me semble d’ailleurs qu’il y a dans le rapport a la question du voile et de sa visibilité dans l’espace public ou à l’école quelque chose qui ne peut être compris si on ne tient pas compte de ce long et fondamental conflit entre une partie des républicains et l’Eglise catholique, et plus particulièrement encore les congrégations, autrement dit les ordres religieux, à certains moments clés de l’histoire des républiques depuis la Révolution elle-même.

Je ne dis pas tout cela pour proposer de faire des cours de « morale républicaine et laïque » des cours d’histoire; mais pour rappeler qu’en termes pratiques toute morale, laïque et républicaine incluse, est un lieu de discussion et non l’exercice d’un prêche.

A ce titre, j’ajoute, pour terminer, que l’article très intéressant sur les « catéchismes républicains » [Note : article de Jean-Charles Buttier : http://aggiornamento.hypotheses.org/2449] aurait pu être nuancé et prolongé avec des textes un peu voisins mais différents, comme le Manuel républicain de l’homme et du citoyen, de Charles Renouvier, en 1848, réédité avec une préface de Maurice Agulhon en 2000. Ecrit sous la forme du dialogue entre un élève et un instituteur, s’il n’écartait pas l’idée de Dieu, il enseignait aussi que:

 » Lorsque la souveraineté du peuple est usurpée par un homme, une famille ou un parti, l’insurrection est un droit et le plus saint des devoirs ».

Ce qui est une morale plus proche de la conflictualité et de la complexité de 1793, ou de 1848, que d’un quelconque  » ordre républicain ».

20) Daniel Letouzey, le 10/12/2014

Le projet EMC en juillet (le ministre, c’était Hamon)

http://cache.media.education.gouv.fr/file/Organismes/32/8/CSP-Projet_EMC_337328.pdf
ce qu’en disait Le Gorafi. Comment sera décliné cet enseignement ? Qui sera chargé de ce nouveau programme?
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/07/08/01016-20140708ARTFIG00356-la-morale-laiquede-peillon-edulcoree-a-la-sauce-hamon.php
et Le Monde. Le document donne des exemples de pratiques : débats argumentés, expression artistique et littéraire, jeu théâtral, conseils d’élèves… Il ne dit pas, en revanche, comment cet enseignement sera organisé. C’est au ministère de le décider. Le CSP souhaite des heures dédiées, « mais pas seulement », précise M. Kahn : « Nous plaidons pour des travaux interdisciplinaires, menés par les élèves sous la responsabilité de plusieurs enseignants. » Les enseignants, eux, qui ont connu une succession d’intitulés – instruction civique et morale, éducation civique, formation de l’homme et du citoyen… – attendent de sortir enfin de cette valse-hésitation et d’être réellement accompagnés dans leurs difficultés quotidiennes.
http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2014/07/05/la-morale-laique-arrive-dans-les-programmes-scolaires_4451589_1473688.html

21) Jean-Charles Buttier, le 10/12/2014

Le cas de Nicolet est décidément très intéressant car le Manuel républicain de l’Homme et du Citoyen de Renouvier (disponible ici sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5802152m) fut justement publié dans la collection « Les classiques de la politique » dirigée par Nicolet chez Garnier.

Cette collection est une des formes de son travail sur l’idée républicaine et c’est tout à fait cohérent avec les rapports ministériels que j’ai cités.

Le premier volume édité en 1980 est consacré à Volney et en particulier à La Loi naturelle qui paraît en 1793 sous la forme d’un catéchisme en questions/réponses. La suite du titre est d’ailleurs Catéchisme du citoyen.

En 1981 paraît l’édition commentée du Manuel de Renouvier qui est aussi un contre-catéchisme républicain comme l’écrit M. Agulhon dans sa préface (p. 15). Renouvier inscrit son texte dans une tradition catéchistique qui remonte à la Révolution française même s’il choisit la forme dialogique, donc ce texte n’est pas du tout éloigné des catéchismes politiques.

En 1982 paraît Une éducation pour la démocratie. Textes et projets de l’époque révolutionnaire présentée par B. Baczko.

Il y a là un projet commun qui ressort à la lecture de la présentation de la collection en tête des ouvrages (mais pas dans l’édition de Volney) :

« Il s’agissait pour nous de fournir, à propos du texte, un instrument de travail, certes de dimension raisonnable, mais aussi complet et éclairant que possible, pour tous ceux, étudiants ou chercheurs, historiens, philosophes, juristes, politistes, littéraires, qui s’intéressent sérieusement à la politique. »

Ce travail de vulgarisation politique est autrement plus intéressant que la vision téléologique de la morale républicaine transmise par  V. Peillon dans ses ouvrages sur la Révolution française et sur Ferdinand Buisson dont il se voit sans doute l’incarnation moderne puisqu’il lui a succédé à l’université de Neuchâtel !

C’est dans ce contexte que se met en place le nouvel EMC ce qui m’interpelle quant à son contenu et sa mise en œuvre dans les classes.

La référence à l’article XXXV de la Constitution de 1793 sur le droit et le devoir d’insurrection chez Renouvier est très intéressante. J’ai eu l’occasion d’étudier le fait que la pédagogie catéchistique considérée comme dogmatique n’empêcha pas l’écriture de catéchismes vulgarisant ce droit à l’insurrection. Cela entraîna parfois un dilemme pédagogique chez les auteurs qui sentaient le caractère subversif de ce devoir de s’insurger contre l’exécutif (mais jamais contre le législatif). Si cela en intéresse certains, j’en avais parlé dans un article intitulé « Peut-on catéchiser la Révolution ? » paru dans La Révolution française (http://lrf.revues.org/898).

J’ai eu l’occasion de poursuivre cette réflexion sur le devoir d’insurrection à Blois cette année lors d’une communication intitulée « Apprendre à s’insurger pour défendre ses droits : un devoir pour le citoyen ? » J’ai mis en ligne une petite présentation de ma communication ainsi que le diaporama qui l’accompagnait (https://www.academia.edu/8315507/RDV_Histoire_de_Blois_2014_Apprendre_%C3%A0_sinsurger_pour_d%C3%A9fendre_ses_droits_un_devoir_pour_le_citoyen_).

22) Jean-Charles Buttier, le 10/12/2014

 Deux articles successifs dans le Café pédagogique sur ce thème :

L’un daté de hier :

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/12/09122014Article635537044804686254.aspx

L’autre d’aujourd’hui :

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/12/10122014Article635537954638731713.aspx

L’évolution entre les deux est apparemment un abandon du côté transversal de l’enseignement moral et civique. Voici ce qui est écrit dans le deuxième article :

« Les nouveaux programmes de français, histoire-géo, langue et philosophie continueront à contribuer à l’enseignement laïque du fait religieux en plus du nouvel enseignement moral et civique qui sera mis en place à la rentrée 2015. Répondant à une question du Café pédagogique, la ministre a estimé que cet enseignement dans le secondaire « serait plutôt pour les professeurs d’histoire-géographie.« 

Sachant que cela va incomber aux profs d’histoire-géo et éducation-civique de prendre en charge cet enseignement, j’espère que nous aurons des informations plus précises sur son contenu avant le 1er septembre 2015 !

D’après le discours ministériel du 9/12, nous devrions être fixés en mai-juin prochain : « Ainsi, les programmes de français, d’histoire, de géographie, de langue vivante ou de philosophie continueront de contribuer à l’enseignement laïque des faits religieux. Mais l’élément majeur, c’est l’enseignement moral et civique qui sera effectif dès la rentrée 2015. Cet enseignement a fait l’objet d’un projet de programme remis par le conseil supérieur des programmes le 3 juillet 2014 pour les écoles primaires et le collège. Concernant les lycées, le projet de programme est attendu incessamment, ce qui me permettra  d’arrêter les programmes pour l’ensemble des cycles, après consultations au premier trimestre 2015, entre avril et mai prochain. Voulue par la loi de refondation de l’école, la réinscription de l’enseignement moral et civique est un élément central de la pédagogie de la Laïcité, un outil pédagogique décisif pour que l’école soit pleinement le vecteur d’une citoyenneté républicaine. »

S’il y a effectivement une consultation au premier trimestre 2015, je pense que les profs d’histoire-géo vont devoir s’en mêler. Les discussions sur l’enseignement du fait religieux et sur le futur EMC sur la liste le prouvent

23) Mathieu Ferradou, le 10/12/2014

La grande question reste celle de l’articulation avec l’ECJS (à place de ? intégré à ? rajouté à ?).

24) Daniel Letouzey, le 10/12/2014

Pas sûr d’avoir tout compris, mais pour avoir suivi les débats, Vincent Peillon le prof de philo a cogné de toutes ses forces contre l’éducation civique si mal enseignée. La commission avec Alain Bergounioux, Rémy Schwartz, Laurence Loeffel portait sur la morale laïque, mais c’est un enseignement moral et civique, donc qq chose qui devrait remplacer l’actuelle éducation civique et l’ECJS.

http://www.lejdd.fr/Societe/Education/Actualite/Vincent-Peillon-veut-enseigner-la-morale-a-l-ecole-550018
La difficulté peut se comprendre pour le primaire (la morale scolaire a montré ses limites au milieu des années 1960 et disparu) et au collège. En lycée, l’ECJS a été conçue d’emblée pour pluridisciplinaire
(tout le monde peut l’enseigner), elle ne devait pas ajouter de contenus et elle devait former au débat argumenté. Toutes réalités que les chefs actuels de la rue de Grenelle feignent d’oublier pour présenter l’EMC comme une innovation exceptionnelle. L’EMC, c’est une incertitude de plus, les décisions risquant de traîner sur les contenus, les horaires, les effectifs, le choix du prof… Dire que Peillon aurait eu en 2012 le pouvoir d’aller vite, de faire évoluer le contenu des programmes, en tenant compte de ce qui marche et de ce qui dysfonctionne. [Peillon a aussi loupé l’opportunité en HG et les programmes Chatel-Wirth si attaqués vont finalement durer une décennie, plus que les précédents qui avaient bénéficié d’une concertation].
Améliorer ce qui existe, une piste trop simple pour les têtes pensantes qui dirigent le MEN ?

25) Daniel Letouzey, le 11/12/2014

Passage bref de Lussault sur France inter ce matin.
http://www.franceinter.fr/emission-linvite-de-7h50-michel-lussault-la-note-peut-stigmatiser-lechec
5 minutes sur les notes et la notation,
2 minutes sur la morale laïque :
un EMC doit être mis en place, c’est la loi qui le dit (sic).
La torture (CIA) est convoquée, comme si l’enseignement scolaire de la morale scolaire avait évité l’usage de la torture en Algérie 🙂 L’EMC, « ce n’est pas un dogme mais une capacité de débat » (le débat argumenté n’était-il pas au cœur de l’ECJS avant Peillon ?)

26) Bernard Girard, le 22/12/2014

Education  civique, morale, laïque… et militaire en lycée. Il est dit clairement en préambule que l’école doit remplir le rôle auparavant dévolu à l’armée.

http://www.vousnousils.fr/wp-content/uploads/2014/12/43840-2.pdf

27) Daniel Letouzey, le 24/12/2014

Le texte est aussi en ligne sur un site public, celui du CSP :

http://www.education.gouv.fr/cid75495/le-conseil-superieur-des-programmes.html
http://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/13/9/Projet_de_programme_pour_l_enseignement_moral_et_civique_niveau_lycee_379139.pdf
Une vérification : La laïcité semble réduite à la pluralité des convictions religieuses, à la diversité des croyances et des pratiques. En 2014, au temps d’un pouvoir de gauche, la science, la raison, le rationnel et le rationalisme n’ont plus de place dans un texte officiel.

http://tinyurl.com/csp-emc-12-2014

28) Laurent Gayme, le 24/12/2014

Pas grand chose de nouveau, à première vue, par rapport à l’ECJS d’antan…

29) Jean-Charles Buttier, le 23/12/2014

Voici un article publié dans le café pédagogique à l’occasion de la parution de la nouvelle édition de l’ouvrage de J.L. Auduc « Faire partager les valeurs de la République » :

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/12/23122014Article635549225346190924.aspx

Il s’agit d’un manuel de préparation aux concours. J.L. Auduc expose les obligations du professeur dans son interview au café pédagogique : « L’enseignant doit pouvoir montrer la distinction entre un savoir légitime et une opinion. Dans le descriptif du métier adopté en 2013, le professeur a l’obligation légale de faire partager les valeurs de la République, de permettre la compréhension du monde, de favoriser par le débat argumenté l’exercice de la citoyenneté, la formation de l’homme, du citoyen et du travailleur. »

Il en ressort une version idéalisée « des valeurs de la République » qui vient, il me semble, de la confusion entre celle-ci et la démocratie, confusion déjà évoquée sur la liste. De plus, je m’interroge sur « la formation de l’homme, du citoyen et du travailleur » ?

Je suis justement en train de lire le très intéressant recueil d’articles publié par L. Loeffel en 2009 : « École, morale laïque et citoyenneté aujourd’hui » aux Presses du Septentrion. Jean Baubérot y a écrit un article sur « La morale laïque, hier, aujourd’hui, demain. » Il s’intéresse aux impensés de la morale laïque de la Troisième République, notamment l’absence de critique politique du régime (p. 40) :

« La deuxième zone d’ombre de la morale laïque, c’est l’absence de critique à l’égard de l’État républicain. Par l’école, la République se veut porteuse de valeurs, mais les écarts entre la réalité et la République idéalisée sont certains : l’école laïque consacre par son propre fonctionnement les inégalités sociales, puisqu’elle ne scolarise que les enfants du peuple, les enfants de l’élite fréquentant les petites classes des lycées. »

Comme l’auteur l’indique dans la suite de son article, cela pose le problème du rapport connaissance / croyance dont parle J.L. Auduc dans son interview.

J’ai découvert d’autre part un ouvrage d’Alain Mougniotte que je connaissais pour ses recherches sur les débuts de l’enseignement moral et civique depuis la Révolution. Est-ce que certains d’entre vous connaissent son « Pour une éducation au politique au collège et au lycée » paru en 1999 ? La proposition me paraît provocatrice dans le cadre de l’école laïque et donc stimulante. Le détour par l’éducation au politique serait un bon moyen de passer de la croyance en une République transcendante à la connaissance de l’historicité de la cinquième république qui se construit au fil des conflits quotidiens et peut donc être remise en cause. Cela renvoie aussi aux lycéens de 1968 qui réclamaient une éducation politique dont parle J.M. Zakhartchouk sur son blog.

Le café pédagogique a aussi annoncé vendredi dernier une concertation des enseignants en janvier sur l’enseignement moral et civique. Je vous enverrai d’ici à la fin des vacances l’article synthétisant les échanges sur l’enseignement moral et civique pour nourrir la discussion.

30) Daniel Letouzey, le 24/12/2014

Sauf erreur, dans le programme Chatel-Wirth, l’histoire de la France après 1962 a souffert, et un trucage habile consiste à traiter la partie institution en ECJS, (si elle était assurée par le prof d’histoire, bien entendu). Un autre exemple de l’écart entre histoire et citoyenneté ou entre réalité historique enseignée et discours sur l’histoire ?

(Il faut écouter Laurent Olivier dans le salon noir : les archéologues fouillent et étudient les traces matérielles des sociétés passées, mais les interprétations peuvent bcp varier http://clioweb.canalblog.com/tag/salonnoir)
– Baubérot ? Ouverte ? Plurielle ? Henri Pena-Ruiz lui a répondu que la laïcité n’avait pas besoin d’adjectifs.
http://clioweb.free.fr/debats/laicite.htm

– Un contresens total sur la laïcité – Libération 23.12.2014

http://www.liberation.fr/societe/2014/12/22/un-contresens-total-sur-la-laicite_1168867
– Bernadette Sauvaget et Olivier Bobineau croisent le fer avec Zemmour, en citant Emile Poulat.
La loi de 1905 est rappelée : « La République assure la liberté de conscience ». Mais même dans cette tribune, le rationnel et le rationalisme est désigné en négatif : la liberté de ne … pas croire –  la liberté de non-religion… Pourquoi cette difficulté de convenir d’un vocabulaire où la dimension humaine
ne soit pas qualifiée par référence au seul clergé et aux seuls religions (cf les a-thées)

NDLR : L’EMC est actuellement en cours de consultation. Avec les évènements récents et les mesures annoncées par le gouvernement, il y a fort à parier que les programmes d’EMC vont faire l’objet d’une nouvelle écriture. Les débats sont donc loin d’être clos.

Et à propos d’une histoire de l’EMC, on pourra se reporter à l’ouvrage de Freinet : http://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/18125


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *