Blois 2014 : Enseigner l’histoire, un acte d’engagement ?

Logo (bis)-02

Cette table ronde propose d’interroger l’enseignement de l’histoire à l’Ecole et dans l’Université sous l’angle de l’engagement. Dès le XIXème siècle, l’enseignement de l’histoire a été conçu selon des modalités particulières qui l’ont chargé de finalités au sein du régime politique en place, ceci bien avant la Troisième République. Il y a donc, dans l’acte de sécularisation de cet enseignement, une indexation quasi évidente à l’Etat et au rôle intégrateur que peut y jouer la diffusion de cette discipline.

Pour autant, en se constituant au même moment comme science, l’histoire clame haut et fort son besoin de neutralité. C’est cette ambivalence entre une dimension académique en quête de scientificité et l’enseignement saturé d’intentions que nous souhaitons interroger.

Peut-on enseigner l’histoire sans en faire un acte d’engagement ?

La Table-ronde accueillera 4 intervenants :

Yann Potin (Archives nationales) : l’acte de naissance de l’enseignement de l’histoire au XIXème siècle, un acte militant ?

Jérôme Bocquet (MCF Orléans), Henri Marrou, professeur d’histoire engagé à Lyon pendant la deuxième guerre mondiale

Laurent Frajerman (lycée Thiais, centre d’histoire du XXème siècle) , les professeurs d’histoire-géographie sont –ils des professeurs engagés ?

Laurence De Cock (Lycée Nanterre, ISPEF Lyon), les programmes d’histoire,  objets tiraillés entre des engagements et désengagements.

La table-ronde aura lieu le vendredi 10 octobre de 14h à 15h30 en amphi 2, site chocolaterie de l’IUT.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *