Nature et bande dessinée – Quand les cases se mettent au vert

25 avril 2014
Par

Rédactrice : Véronique Servat

Intervention du jeudi 17 avril 2014 organisée par le laboratoire Juniors sciences dessinées : http://labojrsd.hypotheses.org/1954

Les contenus en géographie scolaire et universitaire ont été beaucoup renouvelés ces dernières années ; c’est pourquoi pour les enseignants du secondaire qui ont majoritairement reçu une formation d’historiens, ils peuvent parfois être difficiles à appréhender. Ils ont en tout état de cause nécessité une remise à niveau scientifique importante .

D’autre part, sans peindre un tableau misérabiliste de l’enseignement en collège, il est certain que la dégradation des conditions d’exercice du métier, mais aussi les importantes modifications qui ont affecté les contenus enseignés ont conduit bien des collègues  à faire appel à des supports de travail moins conventionnels comme autant de suppléments d’âme à leur enseignement. Une brise susceptible de dépoussiérer quelque peu les pratiques.

C’est dans ce cadre là que je m’autorise à faire appel au 9ème art pour éclairer certains sujets d’histoire ou de géographie scolaire. En effet, face à des contenus asséchés et répétitifs, qui bégaient à l’étude de cas au collège et au lycée, et à des savoirs enseignés très souvent présentés comme ennuyeux, l’enseignant est de plus en plus prié de mettre en spectacle ce qu’il enseigne. Or ce subterfuge pour le moins discutable peut s’avérer relativement inopérant, et si la BD ou la musique ont fait irruption dans certains cours de géographie, ce n’est ni pour cette seule raison, ni pour répondre à l’injonction ministérielle de faire de l’histoire des arts mais bien parce qu’ils constituent des supports d’appropriation permettant une ventilation des savoirs pertinents pour les élèves y compris  pour envisager une mise à distance critique de ce qu’ils apportent. Cela est d’ailleurs tout autant valable à l’extérieur de la sphère scolaire.

En outre, il n’est pas interdit dans l’acte d’enseigner de penser aussi de temps à autres au plaisir du professeur et c’est pour prolonger ce plaisir qu’avec quelques collègues nous alimentons deux projets en ligne qui mêlent histoire-géographie et musique (Histgeobox) et histoire-géographie et arts (Samarra) dans une perspective qui n’est pas exclusivement pédagogique.

Mais venons en au sujet qui nous préoccupe.

« Quand les cases se mettent au vert » afin que la BD rencontre la géographie scolaire, de quoi parlent-elles ? Essentiellement de deux choses.

- La 1ère est liée au concept-glouton introduit dans les derniers programmes de géographie : le développement durable. Dans ce domaine, on se focalisera essentiellement ici sur la façon dont la BD s’empare de la question des risques et de leurs effets sur la nature.

 - La 2nde n’est pas une question programmatique en soi, mais davantage une étude discontinue dans les programmes scolaires : il s’agit du monde rural. Il serait d’ailleurs plus juste de parler des mondes ruraux ou des ruralités parce qu’en géographie scolaire comme en BD on l’aborde de différentes façons : sous l’angle productif, mais aussi dans ses rapports à la ville, dans les usages parfois conflictuels que les acteurs peuvent en avoir, etc.

Une fois cela posé, il m’a semblé plus pertinent de prélever quelques œuvres pour illustrer la façon non dont on doit faire ou même dont on pourrait faire pour enseigner ces questions avec la BD en classe. Les sites académiques regorgent, en effet, de séquences toutes faites réalisées bénévolement par des enseignants avides de reconnaissance et soucieux souvent de rendre service à leurs collègues en leur donnant des pistes. Assez hermétique aux recettes, j’ai plutôt à l’esprit de vous proposer des pistes d’analyse s’appuyant sur des exemples difficilement généralisables, ce qui justifie le titre de ma proposition  « des regards singuliers sur les risques et les ruralités ». A l’idée de transmission, je préfère l’idée de circulation, d’échange, de questionnement ; c’est pourquoi je vous propose d’interroger le regard de quatre auteurs de bande dessinée sur la nature, sans prétendre aucunement détenir une grille d’analyse opératoire.

Dans ceux que j’ai retenu deux s’intéressent aux risques et deux autres se concentrent le monde rural d’hier et d’aujourd’hui.

1.  Regards singuliers sur les risques : l’exemple de Saison brune et d’Un printemps à Tchernobyl.

1.1. Saison Brune de Squarzoni : entre paradis perdu et apocalypse

Saison brune est une enquête graphique de Philippe Squarzoni qui est un spécialiste de ce type de productions. En effet, parmi ses ouvrages on trouve un travail similaire  sur les zapatistes, ou encore les conséquences de politiques libérales intitulé DOL. On peut le rattacher à la nébuleuse Sacco dans l’arbre généalogique de la BD.

saison-brune

Saison Brune,  paru en 2012, est une véritable plongée au cœur de la problématique du réchauffement climatique. L’auteur y brasse une foule de questions connectées en géographie à celle des risques et, au delà, à celle du développement durable comme autre/nouveau/alternatif modèle de développement.

Ainsi, il y aborde les risques ayant pour origine un aléa naturel ou technologique mais aussi la question des ressources et de leur utilisation voire de la prédation qu’elles subissent, celle du réchauffement climatique que ce soit ses causes, les mécanismes naturels et humains à l’œuvre, ou encore les études qui permettent d’en évaluer l’avancée ou la portée. Nous sommes ici au cœur des programmes de 5ème et de 2nde.

L’auteur, pour traiter les risques utilise deux niveaux de lecture qu’il alterne, confronte, en permanence : le discours des « experts » – qui lui permet, illustrations à l’appui de donner une caution scientifique à sa propre réflexion– qui est plus confuse, tâtonnante, enserrée dans des contradictions parfois inextricables et qui constitue l’autre grille de lecture, celle du citoyen X. A noter que chez les experts, il disqualifie la parole des universitaires géographes comme Sylvie Brunel, dont le portrait apparaît à cette fin p. 424.

 L’auteur pratique l’emboîtement scalaire avec aisance : pour traiter son sujet, il passe par les échelles mondiale, régionale, nationale et locale.

Quand les paysages « naturels » sont mis en cases, il semble privilégier des marqueurs géographiques qui créent du commun afin de donner une plus grande portée à sa thèse, à sa démonstration (glacier du Kilimandjaro, déforestation amazonienne, ours polaire amaigri sur une banquise en dislocation).

saison-brune (2)

Squarzoni est dans une démarche d’alerte. Il opte pour une posture inquiète, pessimiste puisque son enquête propose de dévoiler les risques multiples qui interagissent pour menacer la Terre dans son équilibre naturel ainsi que les formes de vie qui s’y sont développées. Ses représentations d’une nature préservée (celles des Alpes)  voire institutionnellement protégée (le Montana où il se rend en voyage) qu’il dessine majestueuse, spectaculaire, avec une faible occupation humaine, viennent se fracasser d’une part contre ses représentations de la ville industrieuse et polluée, d’autre part contre des visions d’apocalypses mettant en case une nature soumise aux dérèglements climatiques.

saison-brune (3) saison-brune (4)

Son regard est marqué d’une certaine religiosité. En effet, l’auteur déploie une vision millénariste à partir de l’état des lieux qu’il dresse. Squarzoni met ainsi souvent en regard les paysages naturels préservés de son enfance avec les déflagrations nées des aléas quels qu’ils soient et des malveillances ou prédations humaines actuelles.  Dans le monde de son enfance, il y a comme une référence au paradis perdu, qui aurait été profané ou meurtri par une humanité aveugle jusqu’à nos jours.

Quelques vignettes pourraient venir appuyer la thèse précédente. Elles figurent cette image récurrente d’une main frôlant des herbes hautes que l’auteur utilise justement pour convoquer en image ou en texte ce paradis perdu naturel de son enfance. Or cette image renvoie à un plan utilisé par Ridley Scott dans Gladiator lorsque son personnage principal Maximus, ancien militaire devenu esclave, repense à sa maison et ses proches dont il a été brusquement séparé avant qu’ils ne soient détruits corps et biens par les sbires de l’empereur Commode. Or dans le film c’est aussi l’une des dernières visions du gladiateur avant sa mort. Hormis la piste interprétative, cela permet de faire des prolongements et des ouvertures vers le cinéma.

1.2. Un Printemps à Tchernobyl d’Emmanuel Lepage : un regard en mutation

Lepage (1)

Un Printemps à Tchernobyl procède lui aussi de l’enquête ou reportage en dessin à cette nuance près que les mises en images d’Emmanuel Lepage à base de splendides planches à l’aquarelle donnent à son travail une élégance qui le distingue nettement de la nébuleuse Sacco/Squarzoni et consorts.

Emmanuel Lepage se voit offrir la possibilité de faire un reportage dessiné dans la zone interdite. Il part donc avec un groupe d’artistes associés et militants qui souhaite s’y installer en résidence. Nous sommes en 2008 soit 24 ans après l’accident nucléaire qui a affecté la centrale de Tchernobyl. Accueillis chez l’habitant en lisère de la zone contaminée dans un petit village composé de 2 rues (celle de la révolution et celle du 1er mai), les artistes investissent peu à peu le territoire de la zone interdite. Pour Lepage, l’expérience est l’occasion d’un lent cheminement qui bouleversera tous ses préjugés.

Lepage met en images une nature dont la représentation évolue considérablement au fil de sa prise de conscience. Ses idées préconçues se sont élaborées à partir des souvenirs télévisés relatifs à l’accident Tchernobyl mais aussi des enquêtes de Sveltlana Alexievitch publiées dans Les Cercueils de zinc et La Supplication A plusieurs moments dans son documentaire, il verbalise l’inattendu, l’incompréhensible auquel il se trouve confronté mais c’est finalement par le procédé graphique et non par la formulation de ses réflexions que l’on comprend le paradoxe qu’il tente de lever progressivement. Il y aurait trois images de la nature exposée au risque technologique dans le travail de Lepage.

1/ Une nature meurtrie, stérilisée, outragée (en référence à La Terre outragée de Michale Boganim – 2012 – 1ère fiction tournée dans la zone interdite). Ce sont des planches parfois exceptionnelles de par leur taille qui figurent essentiellement la forêt. On la découvre fantomatique, faite d’arbres hauts décharnés, aux troncs stigmatisés de blessures suggérées par le graphisme. C’est une forêt ennemie, mortifère, ténébreuse, une sorte d’antichambre de l’enfer au fond de laquelle le monstre technologique apparaît et à laquelle, bien entendu, le noir et blanc sied particulièrement.

 2/ Une nature mutante et menaçante qui constitue  un maillon clé de la façon dont l’auteur perçoit ce qui l’entoure. Parti avec son bagage d’informations sur le site, Lepage recherche dans la nature des signes tangibles des suites de l’accident nucléaire. Cartésien il en oublie en fait que la mort radioactive est pour partie invisible. Par conséquent, sa volonté de débusquer dans le paysage la présence des conséquences de l’accident confine parfois à la sur-interprétation des signes présents dans la nature. On reste ici aussi dans le noir et blanc.

3/ Une nature magnifiée : la résidence de Lepage à proximité de la zone interdite, son immersion dans le village, ses contacts avec les habitants, ses incursions régulières dans la zone interdite muni de ses carnets de croquis, de ses couleurs et de ses fusains, le conduisent progressivement à modifier son regard sur l’environnement qu’il observe minutieusement.

Après le temps des interrogations, il se laisse effectivement aller à représenter l’inconcevable : une nature sublimée, luxuriante, chatoyante, presque sereine non parce qu’elle est morte ou contaminée mais parce qu’elle incarne la permanence ou la résistance de formes de vie. Elle est inattendue et surprenante dans un tel endroit et, bien que dérouté, l’auteur consent à se laisser convaincre par l’évidente beauté des lieux ce qui contribue à modifier sa vision pour la rendre moins stéréotypée. C’est là qu’il délaisse les fusains noirs pour laisser exploser les couleurs sur ses planches.

Lepage (2) Lepage (3) Lepage (4)

Parti avec un petit frisson à l’idée d’aller frôler la mort, effleuré par une quête de rédemption (il part avec une main endommagée et se demande s’il pourra poursuivre normalement son activité, l’expérience sur place devenant une sorte de parcours personnel vers la guérison) Lepage, en mettant en cases la nature telle qu’il la découvre à Tchernobyl, nous transmet son lent cheminement vers une intelligibilité du monde plus sensible et plus juste et propose une sorte d’ode optimiste à la vie.

Entre ses deux regards sur la nature, il peut être dans le cadre d’une proposition pédagogique intéressant de prolonger l’étude des risques en se penchant sur l’épisode Katrina. Entre une nature menacée de toutes part, une nature renaissante, on pourrait introduire par cette étude, une lecture des risques en termes d’inégalités sociales.

2. Regards singuliers sur des retours à la terre : les ruralités mises en cases.

2.1. Le regard de Manu Larcenet : le rural en marge

Le Retour à la terre est une bande dessinée en cinq tomes parus entre 2002 et 2008 aux éditions Dargaud dans la collection Poisson Pilote. Les auteurs Manu Larcenet et Jean-Yves Ferri sont des membres éminents de la confrérie du 9ème art. Le premier a publié de nombreuses séries à succès dont Le Combat ordinaire ou plus récemment Blast.  Le second moins connu du grand public est notamment l’auteur d’un inénarrable De Gaulle à la plage que toute personne qui se pique d’histoire devrait avoir lu.

Dans Le Retour à la terre, le lecteur suit l’installation de Mariette et de son compagnon Manu – originaire de Juvisy – dans le hameau ? village ?  des Ravenelles dont la localisation reste tout à fait incertaine. Le couple vient y chercher un nouveau mode de vie : une source d’inspiration créative pour Manu, l’épanouissement d’une vie de famille liée à l’arrivée d’un enfant, pour Mariette. Ils découvrent un monde inconnu qui nécessite un temps d’adaptation certain, et qui suscite chez eux étonnement et peur, sans pour autant les faire renoncer à la réalisation de leur projet initial. Celui-ci passe par l’intégration au sein de cette nouvelle communauté aux mœurs étranges et quelque peu folkloriques.

Le monde rural du Retour à la terre, ce sont essentiellement des paysages/décors et quelques habitants ; ce sont les seuls éléments susceptibles de nous aider à en cerner l’identité.

Pas ou peu d’agriculteurs en activité, quelques chasseurs, des personnes souvent âgées à l’esprit un peu obtus ancrées dans des habitudes d’un autre âge avec lesquelles la communication s’avère délicate et nécessite une certaine diplomatie.

Les paysages qui évoquent la ruralité sont rares et se décomposent en deux parties : les champs alentours et la forêt.

Retour à la terre

Les champs, vides d’activités – quelques bêtes d’élevage dans le dernier tome – sont figurés comme des territoires de promenade que l’on traverse sans s’arrêter. Mais il n’y a peu de signes d’appropriation ou d’ancrage dans le monde rural du couple Mariette-Manu qui reste fondamentalement marqué par son origine et son mode de vie urbains.

On le voit le titre très prometteur de la série se révèle pour le moins décevant pour qui souhaiterait découvrir le monde rural. Quand on se plonge dans la BD, « la terre » devient un terme générique pour désigner un territoire aux contours assez flous dont le statut est posé en creux, comme ce qui n’est pas urbain.

C’est néanmoins la transcription d’une réalité, celle de la place laissée au monde rural dans nos sociétés et économies actuelles : un territoire qui est l’arrière chambre du monde urbain – qui vient tantôt le revivifier ponctuellement (pour le rural profond) ou s’en emparer (dans le périurbain) – qui se trouve marginalisé dans ses activités, ainsi que dans sa démographie (vieillissement, célibat). C’est donc moins une transcription graphique réaliste du monde rural dont il est question ici que d’une représentation des rapports de force spatiaux rural-urbain avec une domination écrasante du dernier qui oriente, dans la BD de Larcenet, notre regard

La forêt occupe pourtant une place particulière dans l’ouvrage. Elle est d’abord plus présente, c’est un paysage/décor récurrent. Encore une fois, les auteurs ne semblent pas animés par un souci de mise en image de la réalité ni d’une distorsion de celle-ci pour porter un discours sur la nature.

Manu s’y rend régulièrement. La forêt est à la fois le domaine où s’expriment ses craintes, ses peurs, c’est aussi le domaine de l’étrangeté et le territoire de quelques personnages savamment choisis (le chasseur). Cela est confirmé par les titres des quelques planches sélectionnées (Le cauchemar, le traumatisme, l’errance). Elle pourrait représenter la nature au-delà du monde rural encore humanisé, celle qui n’est pas domestiquée dans laquelle la présence humaine est rare et intrusive. C’est pourquoi parfois dans Le Retour à la terre la forêt devient le territoire des monstres, des espèces menaçantes, des activités mortifères.

Retour à la terre (2) Retour à la terre (3)

Mais paradoxalement c’est là que Manu rencontre le personnage de l’ermite, un sage, philosophe, aux allures de Captain Cavern qui lui apporte ses conseils bienveillants. Son identité reste d’ailleurs floue : homme ? esprit ? C’est pourtant lui qui fait de la forêt un territoire marqué d’une certaine religiosité, un finistère où se logent l’étrangeté et l’irrationnel… un territoire qui ne se définit plus par son rapport à l’urbanité.

Retour à la terre (4)

 2.2. Hervé Tanquerelle & Yann Benoît : l’expérience d’un contre modèle

La Communauté  est un récit graphique qui s’appuie sur des entretiens effectués par Hervé Tanquerelle avec Yann Benoît. L’ouvrage retranscrit une expérience de retour à la terre collectif, en 1972, donc – et il est utile de le préciser – quatre ans après mai 68. Ce témoignage mis en images est paru chez Futuroplis en 2008.

La Communauté présente des similitudes avec Le Retour à la terre de Larcenet. Au début du récit ce sont des urbains qui parlent du le monde rural. Il est pourtant sensiblement différent puisque c’est un monde qui est à l’époque encore actif que l’on nous donne à voir. On y distingue, certes, l’altérité mais aucunement le folklore  porté par les «ploucs » de Larcenet.

En revanche, si La Communauté  passe aussi le monde rural au filtre de l’œil du témoin (forcément subjectif, déformant) celui-ci y ajoute la distorsion liée à la temporalité spécifique du récit. Larcenet s’ancre dans le présent, Tanquerelle et Benoît relatent une expérience passée qui restitue les problématiques sociétales et économiques de l’époque dans laquelle elle se réalise.

Un territoire envisagé comme contre-modèle 

- Le monde rural de La Communauté est celui qui incarne le contre-modèle économique (autarcie vs productivisme), social (individualisme vs collectif), politique et moral (corruption vs authenticité, appropriation vs partage). C’est à l’intérieur des cases que les contours du modèle dominant et du contre-modèle se précisent, se définissent. Dans ce cadre, les oppositions villes/campagnes et usines/agriculture apparaissent également comme constitutives de l’identité des territoires mis en regard dans ces temps d’après mai 68.

Tanquerelle & Benoît

Ancré dans une époque précise, le monde rural de Tanquerelle et Benoît est marqué du sceau parfois disqualifiant de l’utopie. Pourtant les cases nous disent aussi des choses sur le monde rural d’aujourd’hui. Le discours de Benoît et ce qu’en retrace graphiquement Tanquerelle a de nombreuses résonances dans le présent.

Le monde rural de ce récit graphique agit comme un miroir temporel et pose la question de la justesse des choix opérés au cours des 30 glorieuses : jusqu’où produire avec la terre ? A quelles fins ? Avec quels moyens ? A quel prix ? Sous tendus viennent les questionnements sur le productivisme, la mécanisation, les excédents de production, le gaspillage etc… On est ici dans le champ d’une réflexion politique qui flirte avec l’altermondialisme, les mouvements techno-critiques, et c’est le monde rural tel qu’il est mis en case qui l’alimente. Il y a d’ailleurs des références au mouvement du Larzac dans La Communauté et aux Paysans travailleurs (ancienne Confédération paysanne).

Tanquerelle & Benoît (2)

- Dans le récit graphique de Tanquerelle et Benoît, le territoire de la communauté est vécu, approprié, façonné par les acteurs du projet.  Au contraire du Retour à la Terre de Larcenet, ce n’est pas un décor. En effet, que l’on considère le bâti ou le foncier ou les activités qui s’y déroulent, les acteurs s’emparent du territoire pour y mettre en actes et en œuvre leur projet. Paradoxalement c’est dans les liens qui se tissent avec l’extérieur de la communauté, dans le territoire du modèle dominant que se situe le dénouement du récit. C’est par là que le projet doit réussir (il se veut un modèle alternatif) mais c’est aussi par là qu’il meurt. C’est de la cohabitation, de la confrontation, des circulations entre modèle dominant et contre-modèle que naissent les fissures, qu’émergent les frustrations, que ce dernier évolue, se pervertit et finit par mourir.

Pour finir, dans la géographie scolaire le monde rural est souvent proposé à l’étude en tant qu’espace productif. La question n’est pas évacuée ici bien au contraire : de nombreuses activités emblématiques du monde rural sont présentes (agriculture, élevage, entretien des bois, etc). En revanche, nous sommes loin des espaces productifs tels qu’on les étudie aujourd’hui c’est-à-dire connectés à des échanges mondialisés. Il n’est pas moins intéressant pour nous d’interroger cette transformation de la définition des « espaces productifs » dans la durée. Au contraire, c’est un précieux outil pour comprendre les évolutions de la réalité transcrite par l’analyse géographique et la permanence ou la mutation de certaines problématiques.

Tanquerelle & Benoît (3)

On  peut également questionner par ce biais les finalités sociales et économiques que l’on impute aux activités humaines. En 1972, on pouvait encore envisager de produire de façon raisonnée et raisonnable à une échelle locale. N’est-ce pas une préoccupation encore pertinente aujourd’hui ? Cette expérience était-elle finalement si utopique ?

Conclusion

A l’issue de ce parcours un peu hétéroclite entre géographie scolaire, bande dessinée, risques et ruralités, j’espère qu’on peut conclure à l’infinie richesse qu’offre le 9ème art pour diffuser des savoirs, des représentations, des rapports de force, des questionnements.

La singularité n’a pas besoin d’être érigée en modèle, d’être transposable, ni d’être systématiquement généralisée selon la démarche prescrite en géographie scolaire. Elle doit pouvoir, dans les frontières qui sont les siennes, être un levier de réflexion, de comparaison, et une mise en bouche qui aiguise l’appétit de connaissances. A ce titre il serait préjudiciable de laisser la BD à la porte des salles de classe.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Non classé

Laisser un commentaire

Présentation

Ce carnet a pour objet de proposer une réflexion et des propositions dans l'optique d'un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie scolaires et universitaires. Il réunit une équipe d'enseignants et de chercheurs de différentes disciplines et degré d'enseignement qui souhaitent tout à la fois organiser une veille en ce domaine et construire un espace de discussions et de propositions à destination de la communauté éducative et du grand public. Il s'agira de discuter aussi bien des questions de programmes, de pratiques, d'épistémologie des deux disciplines, en confrontant des travaux scientifiques, des analyses et des témoignages. L'un des objectif principaux est de redonner la parole aux acteurs du terrain afin de constituer un lieu d'interpellation

Carnets de recherche