A propos des programmes d’Histoire-Géographie au Lycée : autre proposition

Rédacteur : Thomas Goussu 

La lecture des récentes et intéressantes contributions de Vincent Capdepuy (6 janvier) et de François Parchemin (8 janvier), ainsi que les questions de la consultation en cours sur les programmes, m’amènent à proposer ma pierre à l’édifice du chantier « programmes ». Plus sur le mode « rêverie et utopie »… J’avoue un goût peu prononcé pour le débat épistémologique et didactique, et je me suis surtout demandé quelle proposition me stimulerait intellectuellement, et permettrait à mes élèves de (re)prendre goût à la discipline, tout en s’ouvrant à l’intelligibilité du monde. C’est déjà ambitieux, mais si on ne s’autorise pas à rêver de temps en temps, personne ne le fera pour nous !

Quelques principes toutefois pour cadrer la démarche :

– De la proposition de Vincent, je retiens notamment l’idée de fusionner nos deux disciplines dans des thèmes communs, ce qui me semble le meilleur moyen de les valoriser mutuellement. Comme François le fait remarquer, c’est une des bonnes innovations de l’éphémère programme de Terminale S, et je l’ai mise en œuvre sans aucun problème. Évidemment, l’intitulé de certains thèmes ira plus dans un sens que dans l’autre, mais l’idée reste de s’autoriser des démarches transversales, qui puissent aussi aller braconner du coté de l’économie, de l’anthropologie, de l’histoire des arts, etc…

– Je garde à l’esprit que nous avons besoin de manuels (ou pas?). Et que les thèmes ne peuvent donc pas être entièrement « à la carte », sauf à être contraints par les choix des auteurs desdits manuels. C’est ce qui me pose problème dans la proposition de François, plutôt élégante et attirante par sa conception. Et c’est pourquoi je propose des intitulés de thèmes assez larges pour pouvoir retrouver ma liberté pédagogique, mais suffisamment délimités pour donner du grain à moudre aux auteurs de manuels.

– Mais avant tout, je veux retrouver du temps pour traiter les thèmes du programme ! Pour pouvoir remettre en place les bases et les fondamentaux ; pour répondre aux questions des élèves ; pour pouvoir leur passer des films, de la musique, les emmener dans des musées ou au théâtre ! Et je me contente donc de proposer, pour chaque niveau du Lycée général et technologique, 5 thèmes, soit un par grande période inter-vacances. C’est-à-dire, en termes horaires, sur les bases actuelles, une vingtaine d’heures par thème.

Voilà pour la « superstructure » de ma proposition. Je me lance dans le détail, étant entendu que c’est le genre d’exercice qui est forcément mieux réussi à plusieurs que tout seul…

En Seconde, 5 thèmes parmi les suivants (les 2 thèmes en italiques seraient obligatoires, l’ordre est indicatif)

– Le peuplement de la planète, de l’Antiquité à nos jours

– Apparition et diffusion du christianisme dans le monde

– L’Europe de la Renaissance

– Les mutations de la France entre 1750 et 1850

– La découverte et la représentation du monde

– Nourrir le monde

En Première, 5 thèmes parmi les suivants (les 2 thèmes en italiques seraient obligatoires, l’ordre est indicatif)

– Les révolutions industrielles

– Les colonisations

– Aménager les territoires : pourquoi, comment ?

– L’Europe, du déchirement de 1914 à l’Union d’aujourd’hui

– La construction de la République en France

– Le développement dans le monde

En Terminale (compte-tenu des contraintes de l’organisation du Bac, tous les thèmes seraient obligatoires…)

– La puissance dans le monde

– La conflictualité dans le monde, des années 1930 à nos jours

– La mondialisation

– Aspects de la France contemporaine

– Le défi environnemental

Cette proposition est évidemment une invitation à ajouter des thèmes ou à les reformuler ! En conclusion, (et probablement même au préalable!) il me semble indispensable de réfléchir à la contrainte majeure d’organisation de l’édifice : l’évaluation au baccalauréat ! Quelques simples remarques :

– une seule épreuve de 4 heures, avec des exercices qui ne distinguent pas histoire et géographie. Par exemple, faire une carte des blocs pendant la Guerre Froide…

– Un ensemble documentaire, avec des questions précises, destinées à évaluer la capacité d’analyse, mais aussi le niveau des connaissances acquises. La réalisation d’une carte ou d’un graphique pourrait compléter cette partie d’analyse.

– Un exercice « littéraire », qui pourrait être, au choix, une composition invitant à mettre en relation les documents avec le thème traité en cours ; ou bien le commentaire exigeant d’un des textes de ce même ensemble documentaire.

Pour ne pas me limiter à des considérations trop générales, je propose de détailler un thème, afin d’illustrer ce que j’entends par « liberté pédagogique ». Prenons par exemple le thème de Seconde « Découverte et représentation du monde ». En 20 heures, je pourrais faire : (et quelqu’un d’autre ferait tout autre chose!)

Activité introductive : faire le plan du Lycée, assez grossièrement et sans trop de consignes, éventuellement après une visite si les élèves viennent d’arriver en Seconde. Faire tourner et commenter, analyser les modes de représentations, parler peut-être de carte mentale. Confronter les résultats à la vision « neutre » et technologique de Google Earth. Se repérer… (2-3 heures)

Cours : Les représentations de la Terre, de l’Antiquité au Moyen-Age ( 1 heure)

TD: Comparer 2 cartes (arabe et occidentale) du bassin méditerranéen au Moyen-Age (1 heure)

Cours : La découverte et la représentation du monde à la Renaissance. (2-3 heures selon le niveau des élèves)

TD / recherche : le problème de la projection cartographique. La diversité des solutions. (2 heures)

Cours : Le XIXème siècle des explorateurs et des sociétés de géographie (1 heure)

TD : Utiliser une carte topographique (2 heures)

TD : les cartes thématiques, le problème de la discrétisation (1 heure)

Visite du département des cartes et plans de la BNF (ou d’un service d’archives en région) (une demi-journée)

Histoire des Arts : les cartes dans l’art, de la Renaissance à nos jours (2 heures)

Evaluation et correction (2 heures)

Voilà… Je suis tout seul à rêver, ou on est plusieurs ???

 

 


2 réflexions au sujet de « A propos des programmes d’Histoire-Géographie au Lycée : autre proposition »

  1. chevrier

    Le problème de la fusion des deux matières c’est de mettre l’une en dessous de l’autre. En l’occurrence, sur le programme de Seconde ici proposé, disparaissent la géographie urbaine, la géographie littorale, la problématique du risque etc…

    Répondre
  2. valérie phelippeau

    Bonsoir à tous,
    je suis absolument contre 🙂 l’éventualité d’une disparition de la notion de développement dans un futur programme de géo seconde.
    Sinon, la « fusion » géo/histoire me semble stimulante.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *