Réflexions sur les programmes de lycée, filières générales

Rédacteur : François Parchemin

 Classes de Seconde générale et technologique

 La classe de Seconde générale et technologique constitue un niveau singulier dans le cursus d’histoire-géographie de l’enseignement secondaire à un triple titre :

  • Les élèves arrivent du collège en venant juste d’achever un vaste programme d’histoire qui les a amené des « mondes anciens » en sixième à la « géopolitique du monde actuel » en troisième. En géographie, les principales thématiques et aires géographiques ont été parcourues. Aussi, l’histoire-géographie est-elle souvent dénoncée par les élèves comme un éternel recommencement. Loin de corriger cette tendance, les nouveaux programmes se sont appliqués à consacrer les mêmes problématiques au collège et au lycée, tuant ainsi l’argument utilisé par le professeur jusque là pour renouveler l’intérêt des élèves (« le sujet est le même, mais la manière de l’aborder est vraiment différente »).

  • Ce niveau est caractérisé par une forte hétérogénéité des élèves, qui s’orienteront en fin d’année vers des parcours très différents. La classe de Seconde consiste donc à apporter un bagage minimum tout en offrant la possibilité aux élèves qui continueront dans la voie générale de s’initier aux exercices canoniques que sont la composition, l’analyse de document et la réalisation d’un croquis d’organisation spatiale.

  • Bien que la première et la terminale proposent des programmes dans la continuité chronologique en histoire et portant sur d’autres espaces et thématiques en géographie, on peut noter cependant une certaine déconnexion avec les niveaux suivants. Alors qu’en classe de Terminale, les références aux cours suivis en Première sont très fréquentes, il est très rare de s’appuyer en Première sur les acquis de Seconde : la coupure est majeure entre la seconde et le cycle terminale, et celle-ci ne s’explique pas uniquement par l’entrée dans une « série », à partir de laquelle l’enseignement en histoire-géographie changerait fondamentalement.

 Sur ces constats et enrichis des précédentes réflexions du collectif Aggiornamento, j’ai entrepris de proposer une architecture originale de programme en histoire pour la classe de Seconde qui obéirait à trois directives simples :

  • Le refus du « roman national » mais la nécessité d’apporter des repères historiques clairs, base essentielle d’une culture commune

  • La volonté de proposer un programme souple où domine la liberté pédagogique

  • Un équilibre entre une histoire thématique et une histoire chronologique que nombre d’auteurs conservateurs jugent erronément en voie de disparition.

 L’idée est organiser l’année en quatre thèmes qui correspondraient aux quatre grandes périodes historiques. Une telle organisation permettrait aux élèves de comprendre les continuités historiques mais également les ruptures qui ont donné naissance à ce découpage. Il s’agirait là d’une introduction à des temporalités multiples et une ouverture des espaces différents. En effet, chaque thème ne se limiterait pas à l’acquisition des connaissances de base (acteurs et événements fondamentaux, principales structures politiques, économiques et religieuses, avancées culturelles majeures) mais inclurait une réflexion critique sur les raisons et la pertinence de ce découpage. Pour chaque thème, un sujet d’étude fondé sur une grande thématique devra être approfondi. Imaginons au programme : pouvoirs, économie, culture, religion.

 

 

Antiquité

Moyen Âge

Époque moderne

Époque contemporaine

Pouvoirs

 

 

 

 

Économie

 

 

 

 

Culture

 

 

 

 

Religion

 

 

 

 

 

Ce système système assure plusieurs avantages :

  • Un programme qui permet de parcourir les quatre périodes de manière synthétique, offrant ainsi une culture historique de base à des élèves qui s’orienteront vers des parcours très différents.

  • L’assurance que les quatre grandes thématiques seront traitées par le professeur, amenant ainsi un premier contact avec des notions qui seront essentielles pour la suite du parcours scolaire des élèves.

  • Une grande liberté pédagogique par l’absence total d’études imposées ce qui permet de s’adapter plus facilement à un projet particulier, à la réalité locale, etc.

 Un tel programme, original s’il en est, permettrait finalement une transition assez douce qu’avec le programme actuel qui date de 2008. Il s’agit d’une dimension à ne pas négliger tant les collègues sont bousculés depuis quelques années par le rythme auquel les changements interviennent et la précipitation dans laquelle ces derniers sont adoptés.

 À titre d’exemple, un professeur souhaitant réaliser un transition douce pourrait choisir les sujets d’études suivants pour accompagner les quatre thèmes :

  • Citoyenneté et démocratie à Athènes (Antiquité, pouvoirs)

  • La Chrétienté médiévale (Moyen Âge, religion)

  • Les nouveaux horizons des Européens (Époque moderne, culture)

  • Les débuts de l’industrialisation (Époque contemporaine, économie)

 Souhaitant renouveler son enseignement à la rentrée suivante, le même professeur pourrait alors proposer les sujets d’étude suivants :

  • Du polythéisme au christianisme dans l’Empire romain (Antiquité, religion)

  • Seigneurs et paysans (Moyen âge, pouvoirs)

  • Le commerce triangulaire (Époque moderne, économie)

  • L’essor de la culture de masse (Époque contemporaine, culture).

 Il peut également choisir la progressivité en changeant ces sujets d’étude par moitié dans un premier temps.

 Classes de Première générale

 La classe de Seconde ayant introduit aux quatre périodes historiques, il ne paraît plus justifié de réserver l’histoire contemporaine au cycle terminal. Il est d’ailleurs réducteur de sous-entendre comme le font les programmes actuels (et anciens d’ailleurs) que la complexité du monde contemporain peut être comprise qu’à partir de l’étude du strict XXe siècle. Des discussions passées au sein du collectif Aggiornamento nous avaient conduit à insister sur la rupture que constitua la nouvelle place accordée à l’homme mais aussi la mise en contact des différentes parties du monde à l’aube de l’époque moderne. Comme pour le programme de Seconde, il s’agit de trouver un juste milieu entre une progression chronologique et la volonté d’enseigner une histoire problématisée.

 Une articulation en trois thèmes pourrait prendre la forme suivante :

 Thème 1 : Les nouveaux horizons des Européens

à l’époque moderne (XV-XVIIe siècles)

Renaissance, Humanisme, Grandes Découvertes et colonisation de l’Amérique, Réforme et Guerres de religion

 Thème 2 : L’entrée dans le monde contemporain (XVIII-XIXe siècles)

Essor du libéralisme économique et politique, Révolution française et naissance des nationalismes, industrialisation et colonisation

 Thème 3 : Violences et idéologies (XXe siècle)

Totalitarismes, Guerres mondiales, Guerre froide et décolonisations, nouvelles conflictualités, permanence des nationalismes, justice internationale

 Bien que ne constituant pas un thème à part entière, l’histoire de France aurait toute sa place dans chacune des trois thématiques. Plutôt que de la cantonner à un thème propre qui n’est souvent apprécié ni des élèves ni de leurs professeurs, traiter de l’histoire française dans ce qu’elle a apporté à l’histoire européenne et universelle, serait lui montrer bien plus de considération que de la résumer à une liste de dates et de personnages comme souhaiteraient nous l’imposer les chantres d’une histoire traditionnelle.

 Classes de Terminale générale

 Bien que l’abandon d’un enseignement obligatoire d’histoire-géographie en terminale scientifique avait été violemment combattu, le programme proposé pour l’option qui replaça l’enseignement obligatoire pour les sessions 2013 et 2014, a recueilli des échos plutôt positifs de la part des collègues. Il se fondait sur deux originalités : l’abolition de la distinction entre l’histoire et la géographie dans les thèmes au programme et l’introduction de thèmes originaux tels que la géopolitique du sport, l’histoire de la conquête spatiale ou de la lutte contre les maladies infectieuses.

 Un tel programme articulant au sein même des thèmes proposés nos disciplines aurait l’avantage de proposer quelque chose de synthétique, offrant ainsi la possibilité de conserver des études originales telles que celles initiées par le programme d’option en Terminale S et qui offre aux élèves un autre point de vue sur des notions classiques, notamment celle de puissance au cœur de programme de Terminale.

 Pour me limiter aux mises en œuvres actuellement proposées par nos programmes, voici ce à quoi pourrait ressembler un tel programme (pour les deux disciplines donc). Je note ici des idées très générales ce qui n’exclue pas (bien au contraire) d’inclure dans chacun de des thèmes des études de cas plus précises.

 Thème 1 : Le processus de mondialisation

Phases de croissance et ouverture des économies, des économies-monde successives, acteurs et flux de la mondialisation, des territoires inégalement intégrés

 Thème 2 : Géopolitique des Amériques

Les États-Unis sur les chemins de la puissance, le continent américain entre tensions et intégration

 Thème 3 : Géopolitique de l’Asie du Sud et de l’Est

La Chine sur les chemins de la puissance, les défis d ela population et de la croissance en Asie du Sud et de l’Est

 Thème 4 : Géopolitique de l’Afrique et du Moyen-Orient

Le Moyen-Orient foyer de conflit,le continent africain face au développement et à la mondialisation

 Thème 5 : La question de la gouvernance

Gouverner la France, la construction européenne, la gouvernance mondiale et sa contestation

 Un tel programme synthétique correspond aux connaissances nécessaire pour une compréhension satisfaisantes des dynamiques à l’oeuvre en ce début de XXIe siècle. Pour les classes de terminale littéraire ou économique et sociale, une spécialisation pourrait être proposée. Une telle proposition contribuerait à renforcer le statut de la discipline dans ces séries et d’offrir aux élèves un enseignement plus en phase avec les formations universitaires qui s’offriront à eux :

  • en Terminale L : un cours d’histoire ancienne et médiévale

  • en Terminale ES : un approfondissement en histoire économique et une étude plus approfondie sur l’aménagement en France et en Europe

 


Une réflexion au sujet de « Réflexions sur les programmes de lycée, filières générales »

  1. François Bocholier

    Merci pour cette stimulante contribution.

    Ce que vous proposez pour la Terminale me va parfaitement et reprend les meilleurs aspects du programme de L-ES déjà existant.

    La première en histoire me paraît surchargée ! Si on voulait étudier correctement uniquement les bouleversements liés aux Révolutions issues des Lumières (de 1776 à 1848) et leurs conséquences politiques, économiques, sociales, il faudrait déjà facilement 5 bonnes semaines. Enchaîner là-dessus sur les grandes ruptures et idéologies du XXe siècle après avoir étudié en début d’année toute la première modernité ! C’est énorme. Et que de concepts !

    En seconde, le risque est celui d’une succession de pastilles, d’études de cas au gré des envies et des intérêts de chacun d’entre nous, au détriment de la cohérence globale de l’année et de la liaison avec la Première (toujours pas rétablie donc).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *