Le vase de Soissons n’existe pas et autres vérités cruelles sur l’histoire de France : leçon de choses

Rédactrice : Véronique Servat

image soissons

Qu’y a-t-il de commun entre le bouclier de Vercingétorix, la culotte de Dagobert (qu’il avait semble-t-il mis à l’envers),  l’étendard de Jeanne d’Arc, le masque de fer, le godemiché de Marie-Antoinette ou le chasse-mouches du dey d’Alger ? Sans trop s’y risquer on répondrait que ce sont des objets qui ont eu un rôle dans l’Histoire. Oui, mais ce n’est pas si simple et la quête de la vérité n’est pas toujours un long fleuve tranquille surtout lorsqu’elle est enfouie sous des siècles d’écritures historienne, littéraire ou cinématographique. Et, comme l’annonce le sous-titre de l’ouvrage qui nous occupe il y a des vérités cruelles sur l’histoire de France, qu’il est bon de rappeler. Parmi celles-ci, on le sait dès qu’on a la couverture sous les yeux, l’un des plus insupportables est peut être Le Vase de Soissons n’existe pas.

Les choses d’une collection.

Il y a de cela quelques mois, la maison d’édition Autrement proposait à C. Granger[1] deux axes de travail éditorial. Le premier était de faire un état des lieux des questions qui agitent le cercle des historiens. Cela a donné naissance au très intéressant volume collectif intitulé A quoi pensent les historiens ?, inséré dans la collection L’atelier d’histoire. Les différentes contributions permettent à un large panel de lecteurs (enseignants, étudiants, historiens, grand public) d’accéder à un panorama très actualisé des chantiers en cours en matière de recherche, de méthodologie, de nouvelles problématiques disciplinaires.

Peu après est lancée une collection intitulée Leçons de choses  qui repose sur le postulat que les objets sont des porteurs d’histoire(s) et qu’on peut, en les considérant comme ventriloques en tirer de précieuse informations dans les champs de l’histoire sociale, politique ou culturelle. Le 1er volume de la collection est consacré à La banderole. Signé P. Artrières, c’est un extraordinaire et très stimulant balayage de l’histoire de cet objet, de ses formes, de ses mutations et de ses usages[2]. Pour un coup d’essai ce fut un coup de maître, peu surprenant pour qui est coutumier du passionnant travail de l’auteur. Aujourd’hui, la collection s’est enrichie de deux titres supplémentaires : l’un signé E. Hazan est consacré à La barricade. On le recommandera aux amateurs d’une histoire chronologique nationale en forme de récit qui se plait à extraire de longues citations des sources. Les autres passeront directement au volume 3 consacré au Cadeau de Noël et installé depuis peu en haut de la pile « à lire » de la bibliothèque.

Le titre qui nous occupe aujourd’hui est différent. En effet, il opère une sorte d’assemblage d’objets de natures hétéroclites qui ont pourtant façonné l’histoire nationale, qui sont au cœur de la construction de son roman, et qui ont éventuellement pimenté  les cours de générations d’écoliers et d’enseignants depuis la IIIème République. Porteur d’histoires et d’Histoire, la compilation ainsi créée permet toutefois aux auteurs d’aller  beaucoup plus loin que la simple restitution du rôle et de la place de ces objets dans un récit commun.

A quoi pensent les historiens ?

S’il est un sujet qui agite beaucoup le monde des historiens que Christophe Granger considère volontiers au sens large[3] (y incluant, outre les universitaires, les enseignants du secondaire)  c’est bien la question de la vulgarisation des savoirs scientifiques. En effet, qui, parmi ces derniers, a réussi à échapper aux questionnements en cours sur la nécessité de permettre au plus grand nombre d’accéder à des travaux qui ne transigent pas sur la méthode, les contenus et la rigueur scientifiques ?  A l’heure où Armand Colin, prestigieux éditeur d’ouvrages de référence en sciences humaines, se vautre dans la publication d’un Petit Lavisse augmenté de la contribution de l’historien autoproclamé, et crypto rocker à ses heures, D. Casali ou à celle qui voient les rayonnages des librairies envahis par les publications rances d’un Lorant Deutsch, chacun sait qu’il y a là un enjeu disciplinaire majeur.

Plus que ses déclinaisons consacrées à l’étude d’un objet unique, le présent volume a visiblement pour but de proposer un début de réponse en la matière. Les pistes ouvertes  se situent essentiellement du côté de la forme, le fond étant plus que solide, nous y reviendrons. Ainsi, on peut remarquer que l’ouvrage est court, qu’on le considère dans sa totalité ou par chapitre. Ces derniers n’excèdent guère la quinzaine de pages, souvent découpés selon le même plan d’étude, ils donnent un rythme et des repères aux lecteurs facilitant l’intelligibilité de la démarche pour chaque objet mais aussi pour l’ensemble du livre. Le style d’écriture est délibérément enjoué, irrévérencieux mais sans outrance, teinté d’humour et de familiarité, d’une lecture facile, que l’on peut choisir ordonnée ou anarchique, complète ou partielle.

Est-ce à dire que vulgariser consiste à offrir au lecteur quel qu’il soit une version light des contenus ? Que nenni ! Encore une fois le livre dont nous parlons ne sacrifie en rien à la rigueur historique qu’on la considère du point de vue de la méthode ou de celui des contenus. Débarrassé des notes de bas de page pour ceux qu’elles rebutent, celui qui, a contrario, cherche les références dispose en fin d’ouvrages de celles-ci mais aussi d’une bibliographie fournie et d’un index, qui autorisent plusieurs niveaux de lecture.

Mises bout à bout ses pistes qui permettraient de rendre l’histoire accessible à tous tout en satisfaisant les exigences des professionnels de la profession donnent un résultat assez convaincant.

Dans la fabrique de l’histoire.

Les auteurs, aux profils relativement atypiques, le rappellent volontiers : les objets sont ventriloques. Leur propos est bien de les faire parler. En effet, au début de chaque chapitre, ils sont replacés dans leur « contexte historique ». Par ce biais le lecteur est immédiatement plongé dans le travail de l’historien, ses difficultés, et ses limites. Pour certains des objets choisis, tous marqueurs du « roman national », il est très  difficile de reconstituer exactitude leur existence et leur rôle « réel » dans l’histoire nationale, car soit les sources sont contradictoires, soit il s’avère que l’objet est une pure invention ou construction historique postérieure à son existence. Pour d’autres, le travail est beaucoup plus aisé, les sources permettant même parfois d’en connaître le fabricant, voire le nombre d’exemplaires (le chapeau de Napoléon).

Cela posé, on arrive alors à un deuxième niveau de lecture et de composition des chapitres, celui de l’écriture de l’histoire et de la méthode de travail de l’historien. On procède comme dans un millefeuilles, les couches d’écriture de l’histoire se dévoilent successivement, contemporaines des faits ou postérieures. Les deux historiens poursuivent aussi souvent leur quête au delà de la sphère disciplinaire car bon nombre des ces objets ont fait l’objet d’appropriations par d’autres langages allant de la littérature à la poésie, du théâtre au cinéma. Il en va ainsi de l’étendard de Jeanne d’Arc que l’on retrouve dans le film à grand spectacle de Luc Besson, du bouclier de Vercingétorix auquel Goscinny a consacré tout un volume d’Astérix, ou du godemiché de Marie-Antoinette méprisé par Sophia Coppola qui lui préféra les macarons d’une célèbre enseigne parisienne comme source de plaisir au service d’un récit très consciemment orienté. Il y a donc tout un travail de dévoilement qui est effectué autour de l’histoire des ces objets ventriloques, des sources primaires jusqu’à leur passage vers le domaine du grand public le plus actuel. C’est là que l’ouvrage, dans la démarche qu’il adopte, fait mouche : il permet de faire comprendre à tous comment l’historien travaille, confronte les sources, valide ou invalide certaines théories, comment s’élabore le discours sur l’histoire, quels usages et mésusages sont faits de ces objets en fonction de la cause servie. Certains n’ont probablement jamais existé (le masque de fer, le jouet sexuel de Marie-Antoinette) mais ils ont été instrumentalisés de façon parfois totalement opposées pour être mise au service d’une écriture de l’histoire, à des fins politiques spécifiques (discréditer la monarchie absolue, créer une légende noire autour de l’Autrichienne par exemple).

Plus que des vérités gravées dans le marbre de générations de lecteurs qu’on aimerait croire assez stupides pour gober n’importe quel récit historique, l’ouvrage de C. Granger et V. Vanneau prend le parti, avec irrévérence et humour, de désacraliser le roman national, et de permettre à tous, sur un rythme haletant, débarrassé du ton professoral qui peut parfois être repoussant, sans jamais en rabattre pour autant sur la rigueur scientifique, de comprendre comment on écrit l’histoire et comment on l’utilise à des fins partisanes dans l’espace public. Prenant le pari que le lecteur n’est pas idiot, ni prêt à gober toutes les fables que d’autres s’empressent de leur servir, ils font le pari de l’intelligence et amènent différents lecteurs dans l’Atelier de l’historien, dans un exercice de mise à disposition des savoirs historiques et historiographiques très opérant.


[1] Christophe Granger a un parcours assez atypique. Il se présente aujourd’hui comme Vanessa Vanneau, co-auteure du présent volume, comme un chômeur de l’université. L’historien est toutefois, hormis cette activité éditoriale, rattaché au centre d’histoire sociale du XXème siècle de l’Université de Paris 1.

[2] Un compte rendu de l’ouvrage est disponible ici : http://clgeluardservat.blogspot.fr/2013/05/tous-derriere-la-banderole-de-philippe.html

[3] C’est en tous cas la délimitation du terme qu’il a adoptée lors du café littéraire où il discuta à Blois, lors des rendez vous de l’Histoire 2013, de la question avec JF Sirinelli.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *