Des programmes insensés, des évaluations assassines

Rédacteurs : Servane Marzin, Éric Fournier, Laurent Gayme, Florence Braud, Vanessa Mercier,  Mathieu Ferradou, Maryse Broustail, Alexandra Rayzal, Philippe Olivera, Vincent Capdepuy, Laurence De Cock

Alors que la session 2013 du bac commence, c’est la seconde et déjà dernière mouture de l’épreuve anticipée de première S en histoire-géographie. En 2012, après avoir passé l’année à avaler au pas de course un nouveau programme tentaculaire, et alors que nombre d’enseignants, de collectifs et d’organisations avaient alerté l’institution sur les difficultés probables de l’épreuve du bac, les élèves de première S n’avaient bénéficié d’aucune attention particulière. L’organisation de la correction a donné lieu à une grande variété de dispositifs – de la correction groupée sur site à l’isolement total du correcteur, sans la moindre réunion, ni en amont, ni en aval – avec comme conséquence évidente une anormale disparité de notes. Certes, de tels dysfonctionnements ne sont pas nouveaux, ni spécifiques à notre discipline. Mais ce constat ne saurait rendre acceptables ces iniquités, encore moins les légitimer ; et ce d’autant plus qu’ils ont pris lors de l’épreuve anticipée de 2012 une tournure et une ampleur inédites, révélant des failles et des incohérences dont les élèves ont subi les injustes conséquences.

Et pourtant… Les convocations pour la correction de l’épreuve anticipée de la session 2013, qui arrivent depuis le mois de mai dans les lycées, ne prévoient pas systématiquement de réunion de concertation, et encore moins de réunion d’harmonisation, alors même que ses correcteurs n’ont, pour certains,  pas expérimenté ce programme. Sans l’éclairage qu’apporte a minima une réunion d’entente,  ils en mesureront toujours aussi imparfaitement les difficultés et les pièges. Il ne s’agit en rien de préjuger du manque d’objectivité des correcteurs ! Mais, particulièrement cette année, la coordination comme la régulation de l’épreuve doivent, autant que possible, parer aux risques que représente la correction d’une épreuve anticipée bâclée.

On entend déjà le ministère rétorquer que, des allègements ayant été opérés dans le programme, les élèves ont eu cette année le temps de traiter l’ensemble des thèmes dans des conditions satisfaisantes, et que de telles précautions relèveraient de l’excès de zèle. Outre l’impact très relatif des allègements, ce serait ignorer l’essentiel : il s’agit d’une épreuve anticipée et difficile : trois exercices différents en 4 heures, avec un sujet imposé pour deux d’entre eux. Cet éparpillement découle en droite ligne d’un programme-pieuvre et indigeste. Reprises littérales des intitulés de programme, les « compositions » se résument à des restitutions de cours auxquels les élèves n’ont consacré la plupart du temps que deux heures, voire moins si le temps a manqué ; de ce fait, les productions des élèves sont souvent courtes et à peine structurées. De même en géographie, l’exercice de cartographie accroît les travers qu’on observait déjà en terminale, à savoir un psittacisme inepte. Le seul exercice qui ait encore vraiment du sens pourrait être le commentaire de document, mais le temps restreint (une heure au plus) et une notation limitée (sur cinq points) en limitent sérieusement l’intérêt.

On entend également le ministère rappeler que l’épreuve d’histoire-géographie rebasculera en terminale S à partir de 2014, et que la nouvelle épreuve permettra de mettre un terme à ces « contretemps ». Mais les élèves de TS auront un horaire de cycle terminal plus que plancher, et en tout état de cause inférieur à ce qu’il est cette année pour les TS ayant pris l’option histoire-géo à l’oral, inférieur également aux horaires du cycle terminal de l’ère pré-Chatel. Ce tour de passe-passe souligne la continuité d’une gestion comptable de l’enseignement, au détriment de son horizon pédagogique. Car l’autre continuité catastrophique, dont la difficulté d’organiser les épreuves dans de bonnes conditions découle largement, c’est la tendance qui s’observe en série S comme ailleurs à imposer des programmes infaisables, trop denses et sans cohérence. Bien plus que le basculement du bac d’histoire-géographie de la terminale à la première, c’était cela qui rendait la réforme impossible. Sur ce point, le nouveau programme (la « réforme de la réforme ») a encore aggravé le problème.

Face à ces impérities, nous, membres du collectif aggiornamento, n’avons pas l’intention d’attendre passivement que l’histoire-géographie, discréditée par tant d’atermoiements, s’efface lentement mais sûrement des préoccupations des élèves comme des pouvoirs publics. Car au fond,  c’est bien la formation  d’individus libres et éclairés par une relation critique et construite aux savoirs qui est remise en cause. C’est pourquoi nous appelons :

– à un recadrage national immédiat dans l’organisation de la correction du bac, notamment en 1S, afin de réduire les disparités observées en 2012. Et que notre administration ne nous objecte pas qu’il est impossible d’agir dans l’urgence. C’est ainsi qu’elle a imposé à marche forcée les réformes ; c’est ainsi que nous avons dû préparer nos cours. Nous savons, hélas, travailler dans l’urgence.

– à une large consultation permettant de (re)penser collectivement les programmes du lycée comme les épreuves du bac, qui en sont l’aboutissement en même temps qu’elles ouvrent sur les études supérieures. En ce sens, l’épreuve anticipée d’histoire-géographie en S, tout comme les premiers sujets de terminale L–ES tombés à l’étranger, montrent précisément ce qu’il ne faut pas faire : centrer sur une restitution presque ânonnante de connaissances en négligeant la capacité du candidat à produire un raisonnement à partir d’outils et de savoirs maîtrisés.

Force de proposition, le collectif aggiornamento a déjà élaboré et mis en ligne des propositions de programme, qui ne demandent qu’à être discutées.

NB : nous venons de prendre connaissance des sujets tombés ce matin 18 juin. Nous étions inquiets, nous avons eu raison. Un autre texte est en préparation.


23 réflexions au sujet de « Des programmes insensés, des évaluations assassines »

  1. Abelia

    Je me souviens avant le bac d’histoire, je passais mon temps dans des sites comme celui-là pour me lamenter sur mon sort. En effet notre prof a entamé le programme de géographie le dernier mois avant le bac à cause de la lourdeur du programme. Elle nous passait des tonnes de polycopiés. Pendant les 10 jours de révision, elle nous a envoyé par internet tous les croquis à apprendre plus 4 chapitres de géo ( pas terrible sérieusement, on voyait de nouvelles choses pendant les semaines de révision), j’ai vraiment souffert pendant ce temps de désespoir et d’injustice. La nuit avant le bac je n’avais pas dormi, le jour de l’épreuve je remarque que j’ai oublié mes crayons de couleur pour faire les croquis mais heureusement qu’on a pas eu besoin d’exercice sur les schémas. J’étais trop fatiguée, je voyais des élèves partir au bout de 2 heures, je voulais faire pareil mais je me suis dit bon résiste après c’est les vacances. Je m’étais résignée à avoir 8, j’étais fort dépriméee. Mais au final j’ai eu 16 lol. Pendant l’année j’avais autour de 12. Mais j’étais hyper contente, le sujet de géo sur lequel j’ai composé, j’avais révisé au moins 40 min alors que pour lees chapitres d’histoire, je passais 4 heures par chapitre enfin bon. Ce genre de sites nous mettent la presssion. Maintenant en terminal S, je me retrouve avec 46 points d’avance.

    Bonne chance aux prochains candidats du bac histoire ^^

    Répondre
  2. Mona

    bonjour

    Depuis le mois de juillet, j’essaie en vain de comprendre ce qui s’est passé!

    Mon fils a eu un 7 /20 en histoire geo On a longtemps cru a une erreur de comptage,….

    Durant toute sa scolarité, il a toujours été félicité, et aucune note en dessous de 14, et la, un correcteur l’envoie en enfer!

    Il ne pourra donc pas prétendre, a la prepa pour les grandes écoles, et son projet s’arrête la.

    On parle de jury, qui a attribué cette note, de plus toute sa classe a été notée en dessous de la moyenne!

    Je compte tirer cette affaire au clair, et ne pas laisser tomber.
    si des parents sont dans mon cas, je les invite a me rejoindre

    Répondre
    1. Mme BONFIL

      Bonjour,
      J’ai demandé les photocopies des copies pour mon fils auprès du SIEC. J’attends de voir les copies avant d’agir.
      Si cela s’avère nécessaire, je me joindrai à vous.
      Pour info, nous sommes sur l’académie de Paris.
      Cordialement
      Lydia

      Répondre
  3. lang

    bonsoir

    bravo aux correcteurs de la région nantaise eux ils ont bougés
    lettre très concise
    comment faire pour que les correcteurs de meurthe et moselle fassent de même ?
    comment les contacter ?
    QQ PEUT T IL M AIDER POUR BOUGER DANS MON DEPARTEMENT ?
    suis déçue que le professeur de mon enfant n’ai pas réagit et pas poster un petit message à l’attention de ses élèves pour les soutenir
    merci à ceux qui pourront me guider
    cdt

    Répondre
  4. lang

    bonjour

    étant toujours inquiète quant à l’évaluation de nos chères têtes blondes sur leur épreuve géo bac s 2013 j’aimerais savoir si les associations de parents d’élèves ont ou vont ils bouger ?
    quelqu’un a t il une idée pour monter un comité ou autre ?
    QUE TOUT LE MONDE SE MOBILISE PROFESSEURS ELEVES PARENTS D ELEVES
    nous en avons marre de subir et nous devons soutenir nos enfants dans cette épreuve
    quand on voit tous les dysfonctionnements du bac cette année une aberration !!!!
    j’aimerais avoir une vision des copies de mes enfants
    après correction
    existe t il une commission d’appel ?
    MERCI DE VOS REPONSES

    Répondre
  5. Wassim Bouaziz

    Selon moi, le plus important est de mobiliser les professeurs d’histoire-géographie. Parler à l’éducation nationale n’aurait aucun effet. Il négligeront un problème concernant une réforme qui est effacée de toute manière.
    Actuellement, le plus important est de protéger les élèves qui seront certainement pénalisés lourdement par une épreuve mal proportionnée.
    Informer les profs (qui doivent surement partager tous le même avis) sur une envie de sauver les élève semble judicieuse. Peut-être en revoyant les points attendus, en valorisant les connaissances au maximum pour des sujets parfois mal posés et qui provoqueront sans aucun doute des hors-sujets quasi éliminatoires.
    Le plus important, c’est les élèves, ne le perdons pas de vue.

    Répondre
    1. dubelski

      Bonjour,

      je suis tout à fait d’accord avec vous ; à court terme, il (vous) faut éviter de ‘pénaliser lourdement’ les élèves – qui auraient produit un devoir argumenté, mais hors sujet, par exemple concernant l’aménagement urbain / au sujet ‘développement durable d’un milieu’.

      CONCRETEMENT et RAPIDEMENT, que comptez-vous faire pour cela ? Des réunions de professeurs dans chaque académie, avec consignes à destination des correcteurs ?

      merci.

      N DUBELSKI
      (parent, ingénieur ne faisant pas partie de l’E.N.)

      Répondre
  6. CHAZELET

    Bonsoir à tous,
    C’est vrai que les épreuves du bac ont quelque chose de frustrant tant pour les élèves que pour les professeurs. C’est vrai que les programmes sont ambitieux.
    Je crois que le véritable problème se trouve dans le niveau d’exigence des correcteurs! La remarque d’Amélie devrait attirer notre attention. Nous – les professeurs – ne serions pas capable de rédiger une composition sur certains sujets donnés à nos élèves.
    Effectivement, si l’on fait référence à l’agrégation!
    Je suis d’accord avec l’article en revanche lorsqu’il dénonce les conditions dans lesquelles se font – ou ne se font pas – les concertations pour les corrections.
    Mais il faut bien reconnaître que, dans l’EN, les seuls qui font leur boulot… ce sont les profs!

    Répondre
  7. Chappard

    Merci pour cet article qui me rassure après avoir été consternée des sujets de compositions pour les premières S. Une étude de cas ? Personne ne s’attendait à composer sur une étude de cas

    Répondre
  8. Briand Eric

    Personnellement j’ai honte d’enseigner ces programmes mal faits, surtout en géographie, et orientés. Qui fait les programmes? Des incompétents qui n’enseignent pas. En plus les sujets de bac sont à revoir. Il ne faut pas s’étonner du dégoût des élèves, des parents et des profs. Et comme d’habitude l’Education Nationale est autiste…

    Répondre
  9. Hervé

    Des sujets « ridicules »

    On peut comprendre la colère des collègues face aux sujets HG en série S. Mais la colère existe aussi chez les collègues de série techo (ST2S). Des questions de cours très simples qui ne demandent pas d’argumentation, d’analyse ou de développement. Des sujets au rabais que beaucoup d’entre nous n’aurions même pas osé proposer aux élèves le jour d’un devoir sur table !!

    Répondre
  10. lang

    bonjour à tous

    après la consternation et la démotivation de nos enfants après leur sujet hist géo ou plutôt devrais-je dire géo et économie ne laissons pas nos enfants se faire laminer alors qu’ils ont bossés toute l’année
    que se passe-t-il dans la tête des grands penseurs ????
    les professeurs n’ont pas pu finir le programme et tout a été axé sur l’histoire un peu de géo mais pas suffisamment
    et quelle formulation forcement nos enfants pouvaient facilement tombés sur un hors sujet
    comment un correcteur pourra juger du bien fondé de leurs réponses ne sachant quelle étude de cas ils ont réalisés tout au long de l’année
    suis écœurée autant pour les professeurs que pour les jeunes nous leur mettons déjà un handicap pour l’année prochaine
    je serais d’avis de faire un comité, une pétition ou une lettre ouverte pour que les jurys s’accorde à donner une note collective pour pénaliser personne ou que sais-je mais trouver un juste milieu
    STOP à l’ingérence
    info je parle pour épreuve hist géo bac S

    Répondre
    1. Wassim Bouaziz

      L’idée d’un comité ou d’une pétition est très bonne.
      Si un tel projet voyait le jour, il serai très vite porté par une multitude de parents venant de toute la France.

      Répondre
  11. Sophie HUSTACHE

    Enseignante en 1S, je peut témoigner de l’énorme travail que nous avons fourni mes élèves et moi durant cette année ainsi que de ma stupéfaction devant les sujets proposés. C’est un véritable scandale pour les élève ! Le premier sujet de composition était infaisable et de nombreux élèves ont traité le territoire de proximité étudié. La deuxième compositon comportait un intitulé qu’il était impossible d’appréhender en deux heures au niveau première. Pourtant, le programme permettait tant de sujets intéressants ! Que dois je dire à mes élèves très inquiets aujourd’hui ?

    Répondre
  12. Mme BONFIL

    Bonjour,
    Je suis parent d’élève et je suis consternée par les sujets tombés à l’épreuve anticipée de 1ère S en histoire géographie.
    Mais comment des élèves de 16 ans peuvent-ils traiter un sujet aussi difficile que celui de la localisation des activités sur le territoire français et la mondialisation ? Il faut avoir un esprit d’analyse hors du commun pour cerner un tel sujet et dégager une problématique adéquate.
    Mon fils et moi-même sommes très déçus car le travail fourni pour acquérir des connaissances, notamment en histoire, ne seront pas récompensés… J’espère que les correcteurs seront indulgents et valoriseront tout de même les connaissances qui figurent dans les copies…

    Répondre
  13. Dubelski

    Bonsoir, notre fille en 1ère S est revenue de l’épreuve de ce matin ( cf le sujet sur les .milieux’ et le développement durable …, parfait pour des universitaires, totalement inadapté aux cours dispensés pendant l’année en classe de 1ère), écœurée, découragée, et sans ressort pour son épreuve de français de demain 19/06. Qu’elle est la légitimité de tels sujets ? Que cherch-t-on en méprisant ainsi le travail de l’annee ecoulee, effectue en commun entre enseignants et élèves ?
    Pendant l’année, seul le développement durable du milieu urbain (cf le TRAM n’en ville, par exemple) et une rumeur court comme quoi cet aspect serait ‘hors sujet .
    Concrètement face à la levée de boucliers occasionnée par ces sujets, nos enfants peuvent-ils attendre de l’indulgence de la part des jurys pour éviter des cartons ?

    C’est ce que nous parents et enfants -candidats espérons.
    Et vous qu’en pensez-vous ?

    Répondre
  14. Amélie de Maindreville, professeur en lycée général

    Bravo pour cette publication tout à fait sensée, en attendant la suivante sur les épreuves tombées aujourd’hui… quelle honte. Uniquement des sujets liés à la mondialisation en 1èreS et une formulation des sujets très contestable (sujet 1 sur l’étude de cas ne correspondait pas à la façon dont on nous avait demandé de mener l’étude de cas sur les milieux !!). Le même thème qui tombe DEUX FOIS en compo (thème 2 sur la France…).
    Je soutiens en effet l’existence de réunions d’entente pour les 1eS, car l’année dernière les notes de certains de mes élèves, qui ont travaillé et réussi toute l’année, ont été très décevantes (11/12). Cela ne concernait pas tous les élèves mais cette disparité des notes doit être dénoncée. Je pense en effet que certains professeurs correcteurs n’avaient eux-même pas testé ce programme indigeste.
    Personnellement, les sujets de géographie de ce matin m’auraient mise en difficulté à l’agrégation (et pourtant la géographie de la France n’était pas mon point faible), tellement ils ont obscurs : on demande aux élèves des connaissances et des notions en géo qu’ils ne retiendront pas pour la plupart…

    Quel dommage, on veut dégoûter nos élèves d’une matière qu’ils apprécient souvent à la base…

    Amélie de Maindreville

    Répondre
  15. xaviyeah

    Une seule ligne sur le bac ES. Une seule ligne sur le bac L. C’est vrai que les programmes de ES/L n’ont aucun souci de mise en place pour cette première année. Vive l’équité entre les bacs.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *