Transmettre la révolution française, histoire d’un trésor perdu

photo révolutionNDLR : Vient de paraître un livre à mettre entre les mains de tous ceux qui désespèrent de voir galvaudés la révolution française et ses héritages : Sophie Wahnich (dir), Transmettre la révolution française, histoire d’un trésor perdu, Les prairies ordinaires, 2013.
Nul n’étant à l’abri d’une erreur, les excellentes éditions « les prairies ordinaires » ont publié par mégarde une version erronée de la contribution de Guillaume Mazeau dans ce livre. Loin de nous l’idée de critiquer cette maison d’édition indépendante dont nous soutenons le travail, l’engagement, et la qualité de leurs publications. Dans notre monde où la « révolution numérique » tend à l’emporter sur la « révolution politique », les fichiers peuvent jouer de fort mauvais tours. Mais il nous semble que publier la version corrigée de Guillaume Mazeau, membre du collectif Aggiornamento depuis sa création, relève aussi de notre responsabilité ; d’autant que le texte ci-dessous soulève des enjeux aux effluves fort contemporaines : montrer que les rapports de force , dans les lieux de transmission (université, école, éducation populaire, ouvrages de vulgarisation), entre les écritures progressistes et réactionnaires de la révolution existent depuis le moment même où s’est posée la question de sa nécessaire transmission. (Laurence De Cock)

Rédacteur : Guillaume Mazeau
La Bataille du public.
Les droites contre-révolutionnaires et la Révolution française dans la première moitié du XXe siècle.

Que l’on y voie une force motrice de l’histoire ou un terrible accident, la Révolution française demeure la « machine à fantasmes » qu’elle n’a cessé d’être depuis plus de deux cents ans, nourrissant l’imaginaire collectif et fondant, sous des formes plus ou moins triviales, une culture politique nationale[i]. Choyée comme un des plus beaux joyaux du patrimoine républicain, la révolution reste pourtant à la fois globalement acceptée et constamment mise à distance. Malades du « syndrome de Vichy », rongés par la « gangrène et l’oubli », les Français sont, depuis plus longtemps encore, schizophrènes d’une Révolution souvent réduite à des clichés sentant la naphtaline. Alors que des années 1880 aux années 1950, les valeurs de la République ont globalement progressé, que le courant monarchiste s’est progressivement réduit à peau de chagrin, que les clercs ont été évincés de la plupart des institutions scolaires majoritairement conquises par les historiens républicains, comment expliquer la survie d’un puissant imaginaire contre-révolutionnaire dans l’histoire vécue des Français ? C’est ce paradoxe que nous voudrions interroger ici, en proposant une hypothèse : cette persistance est avant tout le résultat d’une victoire, celle des passeurs de l’histoire contre-révolutionnaire qui, longtemps relégués dans une histoire subalterne ont pourtant, de la fin du XIXe siècle à la fin de la Seconde guerre mondiale, réussi à s’adapter aux transformations de la culture de masse et à banaliser les clichés contre-révolutionnaires.

Une « persistance de l’Ancien Régime »[ii]

Au début du XXe siècle, souvent proches des jeunes courants monarchistes, catholiques et nationalistes, de nombreux érudits, collectionneurs, publicistes, professeurs, écrivains et historiens, investis dans des centaines de sociétés savantes locales (Sociétés des antiquaires, sociétés archéologiques régionales) concurrencent efficacement les récits républicains ou communistes, qui sont, quant à eux, principalement diffusés à partir des institutions scolaires ou des réseaux d’éducation populaire. Dans un climat délétère, les années qui suivent la Commune (1871), l’Affaire Dreyfus (1896-1904) et la séparation des Eglises et de l’Etat (1905) s’accompagnent de véritables batailles sur l’enseignement de l’histoire et sur l’interprétation du rôle de la Révolution dans le cours du temps, suscitant des mobilisations communautaires et partisanes, inspirant plusieurs vagues de publications en mémoire des martyrs catholiques de l’an II, provoquant la destruction de milliers de manuels scolaires républicains dans des dizaines de villages de France[iii]. En 1906, la bataille des inventaires ravive l’idée selon laquelle la Première République (1792-1799) s’est avant tout fondée sur le sacrifice de centaines de milliers de victimes expiatoires, sur la destruction sacrilège et la haine de la religion. Alors que les monarchistes ne présentent plus une menace sérieuse depuis la démission de Mac-Mahon en 1879, partout, la mémoire contre-révolutionnaire se réinvente comme une culture politique de résistance. Alors qu’à Paris, on cherche à laver les « crimes de la Commune », le culte du Sacré-Cœur, emblème de l’insurrection vendéenne, reprend. A l’occasion du Centenaire du soulèvement contre la République, des centaines de commémorations, banquets, messes et fêtes populaires sont organisées en Vendée, en 1893 et 1894, popularisées par des journalistes comme Eugène Veuillot, directeur du journal catholique L’Univers, mêlant royalistes et républicains conservateurs[iv]. A Lyon, le journal Le Nouvelliste, lu par la bourgeoisie conservatrice catholique, ravive l’image noire de 1793 lors de chaque mouvement social et la statue de la République, érigée en 1888 en face de la gare de Perrache, vit dans l’ombre de la basilique de Fourvière, qui la surplombe. Après avoir fait le bonheur de la monarchie de Juillet, les mémoires consacrés aux victimes de la Révolution connaissent un évident regain.

Cette histoire contre-révolutionnaire se distingue de l’histoire professée à l’école et à l’université. Se présentant comme une histoire « vivante », elle repose sur un autre registre de la preuve : fondée sur la transmission locale du souvenir et la publication de témoignages oraux, elle impose une vision funèbre et néanmoins vibrante de la Révolution non seulement au sein des noblesses et bourgeoisies conservatrices, mais aussi des masses paysannes, du monde ouvrier et surtout des classes moyennes urbaines, dont l’importance électorale ne cesse de s’affirmer sous la IIIe République et dont les références culturelles deviennent de ce fait un enjeu politique majeur. Au sein des institutions scolaires, les congréganistes, écoles privées et Universités catholiques forment de solides môles de résistance à la propagation du roman national républicain de la Révolution, quant à lui massivement diffusé depuis les lois scolaires de 1881-82 et plutôt inculqué, notamment à partir du programme de 1902, dans les écoles et à l’Université publiques. Ainsi, au début du XXe siècle, les anciens manuels écrits par les jésuites sont encore très diffusés. Les ouvrages du Père Loriquet, qui avait naguère pourfendu les jacobins aux côtés de Châteaubriand et Lamennais, sont réédités et imprègnent les élèves de la bourgeoisie et de la noblesse d’un imaginaire contre-révolutionnaire : la réinvention de la France des notables s’appuie sur la reviviscence d’une culture commune, par des marqueurs identitaires, eux-mêmes fondés sur la diabolisation de la Révolution.

De sa chaire de l’histoire de la Révolution française, créée en 1885, le radical Alphonse Aulard fait pourtant de l’enseignement public et laïc une pierre centrale de la transmission de l’histoire de la Révolution et du combat contre le retour de la Contre-Révolution. Cofondateur de la Ligue des Droits de l’Homme, membre du conseil général de la très laïque Ligue de l’Enseignement, Aulard dresse en 1899 un bilan inquiet des effets de la propagande congréganiste aux oraux du baccalauréat : « [J’]’ai peut-être eu la main malheureuse, mais je n’ai pas encore rencontré un seul candidat congréganiste qui sut bien ce que c’est que la Déclaration des Droits pas un qui connût les grandes fondations de la Convention pas un qui fût en état d’exposer aucun des bienfaits de la Révolution française. Des batailles, des échafauds, des prêtres persécutés, des démagogues déchaînés, voilà ce qu’on leur montre, et on leur cache systématiquement les fureurs des Vendéens, celles des prêtres réfractaires, celles des royalistes de toute couleur »[v]. Participant à la première des nombreuses controverses du XXe siècle à propos de la place de la chronologie apprise par cœur dans l’enseignement de l’histoire, Aulard frappé de constater que certains candidats ignorent tout de la Déclaration des Droits de l’Homme, accuse les congréganistes de bourrage de crâne et de censure[vi]. Trois ans plus tard, il écrit un manuel d’instruction civique pour les élèves du primaire[vii]. Les savants catholiques exercent suffisamment d’influence sur les Français pour qu’Aulard, éminent professeur à la Sorbonne, reconnaisse en l’abbé Eugène Bossard, auteur des Questions Vendéennes (1893) et modeste titulaire de la chaire d’histoire régionale de l’Université catholique d’Angers, un véritable rival.

Animées par un dense réseau d’éducation populaire assuré par les structures paroissiales, les syndicats d’agriculteurs et les sociétés sportives et musicales, irriguées par les bulletins paroissiaux et les semaines religieuses, animées par des comités et des journalistes royalistes gravitant autour de la Gazette de France,  les régions de l’Ouest et surtout la Vendée sont alors souvent considérés comme les viviers de l’histoire locale antirépublicaine[viii]. Comme l’a montré Jean-Clément Martin, la transmission du souvenir de la Contre-Révolution, assurée par la collection de reliques, l’organisation de fêtes et de pèlerinages, la transmission de récits et la mise en valeur de lieux de mémoire, devient une arme du combat politique de la droite conservatrice traditionnelle. Localement, les familles des victimes de la Terreur forment des lignées de modestes passeurs d’histoire, qui enracinent durablement une culture contre-révolutionnaire régionale, présentée comme plus vraie et authentique que l’histoire « officielle » professée par la « propagande » républicaine. Quand le XXe siècle commence, au moment précis où les historiens universitaires tentent de définir leur discipline comme une science à partir de la critique des sources, il est déjà presque trop tard : dans de nombreuses régions, la légende noire de la Révolution s’est solidement cristallisée autour d’une histoire locale, fondée sur les souvenirs familiaux et la culture populaire orale, qui proposent, pour longtemps, un régime concurrent de la vérité historique[ix]. Pour faire face à cette culture populaire contre-révolutionnaire, l’histoire républicaine de la Révolution ne dispose pas toujours d’un réseau de diffusion aussi efficacement implanté : au-delà des institutions scolaires, qu’une majorité de Français modestes quittent après le Certificat d’Etudes, les populations rurales se voient certes proposer des cours du soir, mais ceux-ci concernent surtout la culture technique ; ceux qui s’intéressent à l’histoire peuvent se rendre aux cours et conférences données par les instituteurs dans les petites communes, ou, lorsqu’ils habitent en ville, profiter des Universités populaires et autres structures d’éducation organisées par les mouvements politiques proches du socialisme[x].

Du point de vue intellectuel et institutionnel, l’histoire contre-révolutionnaire n’est pas uniquement défendue par les écoles catholiques. Encore baignée de l’héritage de Joseph de Maistre et de Louis de Bonald, la pensée contre-révolutionnaire du début du XXe siècle se place sous l’influence plus récente des idées de Fustel de Coulanges (pour lequel la reprise d’une image idéalisée de l’Antiquité a conduit les révolutionnaires à la Terreur)[xi], et des thèses naturalistes formulées par Hippolyte Taine, en partie inspirées du darwinisme social de Gobineau, lui-même fortement influencé par les théories raciales d’Augustin Thierry : pour ces auteurs, la Révolution porte le danger d’un peuple s’apparentant à un collectif anthropologique immuable, anhistorique, à une race caractérisée par ses dangereux instincts et ses « passions héréditaires » qu’il vaut mieux endiguer[xii]. C’est pourquoi dans Les Origines de la France Contemporaine (1876-1891), Taine décrit la Révolution comme une maladie de la nation définie comme un corps qui, pour être guéri ou rester sain, doit être dirigé par ses élites et un chef… Loin d’être le collectif souverain vanté par les républicains, le peuple n’y est présenté, comme Gustave Le Bon le théorise dans sa Psychologie des Foules (1895), que comme une foule organique, violente et sans rationalité, propageant le virus révolutionnaire au sein du corps social. En 1912, Le Bon appliquera ses thèses encore plus directement à la Révolution, qui, selon lui, n’introduit aucune rupture, mais ne fait qu’illustrer les invariables « lois psychologiques de l’évolution des peuples »[xiii].

De telles visions médicales sont reprises par les nouveaux tenants de l’anthropologie criminelle et illustrées par les publications largement diffusées du Docteur Cabanès, secrétaire de la société médico-historique, diagnostiquant, à travers le « cas Marat », la Révolution comme une névropathie[xiv]. Soigner la société et civiliser le peuple en extirpant le mal révolutionnaire : tel  était déjà le projet des Idéologues, sous le Directoire, guidés par la volonté de remodeler des corps et des esprits altérés par la Terreur[xv]. Collaborateur du Magasin Pittoresque, de la Revue Hebdomadaire, publiant ses articles dans Le Gaulois ou Le Figaro, Cabanès fait partie de ces dizaines d’historiens notables qui participent à diffuser les idées des droites contre-révolutionnaires, qui tissent leurs réseaux grâce aux nouveaux moyens offerts par les médias de masse. Beaucoup d’amateurs, de collectionneurs et d’érudits, passionnés d’histoire de la Révolution, investissent ainsi ces derniers comme autant de tribunes et de plates-formes de discussion. En marge des revues scientifiques majoritairement républicaines, un espace d’échange et de critique s’ouvre et permet à la pensée contre-révolutionnaire de se transformer et de se diffuser de manière massive. Depuis la fin du XIXe siècle, le marché de l’édition populaire se développe rapidement. Les ouvrages bon marché et facilement transportables remportent de plus en plus de succès et deviennent un enjeu pour la diffusion de l’histoire contre-révolutionnaire que les gens d’Eglise, les nobles, les archivistes et professions libérales investissent rapidement[xvi]. Ainsi, plus d’un siècle avant Wikipedia, l’Intermédiaire des Chercheurs et Curieux se présente comme une revue composée des contributions de ses lecteurs, fondée sur des échanges d’informations, fonctionnant comme un forum imprimé. Attirant les férus de généalogie, d’héraldique et d’histoire locale, qui, par articles, questions et réponses interposées, dialoguent et se font connaître, cette revue, souvent délaissée par les universitaires, constitue pourtant un des principaux organes de diffusion de l’histoire victimaire de la période révolutionnaire, à travers de nombreux articles consacrés à la Vendée, à la famille royale ou à la noblesse.

Une forteresse universitaire ? Le « cas » Louis Madelin.

Omniprésents dans les publications savantes et érudites, les historiens des droites contre-révolutionnaires investissent toutefois aussi les institutions scolaires, universitaires et académiques. En 1872, le jeune Albert Sorel est ainsi nommé, par Taine lui-même, à la chaire d’histoire diplomatique de l’Ecole libre des Sciences Politiques, avant de lui succéder à l’Académie française vingt-deux ans plus tard. Considéré comme le père de l’histoire diplomatique française, Sorel écrit des dizaines d’articles dans le journal Le Temps, dans la Revue historique, publie un livre intitulé L’Europe et la Révolution française (1895-1904) et donne des cours pendant trente-cinq ans qui figeront, pour plusieurs générations d’élèves fonctionnaires, diplomates et administrateurs des colonies, une vision conservatrice de la politique étrangère révolutionnaire, comprise comme la simple continuité de celle de l’Ancien Régime et non comme une guerre nouvelle, destinée à libérer les peuples[xvii]. Son fils Albert-Emile Sorel, travaillera comme bibliothécaire de la fondation Thiers, s’intéressant davantage aux martyres de la noblesse ou à la nostalgie de l’Ancien Régime[xviii].

Ainsi, à partir de l’histoire diplomatique et des sciences politiques, des généalogies intellectuelles contre-révolutionnaires se créent à l’intérieur des institutions républicaines  : auteur d’une thèse sur la campagne d’Argonne de 1792 et de nombreux ouvrages sur la Révolution, lui aussi élève d’Albert Sorel à l’Ecole libre des Sciences Politiques, Louis Madelin s’impose, plus encore que ses semblables Pierre de la Gorce[xix] ou Arthur Chuquet, professeur de littérature allemande à l’ENS, directeur de la Revue critique d’histoire et de littérature,  comme un des principaux passeurs des idées de la droite conservatrice de la première moitié du XXe siècle. Formé à l’Ecole des Chartes et à l’Ecole française de Rome, reçu à l’agrégation et titulaire d’une thèse d’histoire sur Fouché, soutenue en 1901, Madelin avait été très tôt mis en marge de l’Université : lui reprochant de réhabiliter le ministre de la Police de l’Empire et de la Restauration, Ernest Lavisse avait tenté d’empêcher son entrée dans la carrière[xx]. Madelin, qui respectait pourtant tous les critères de l’histoire positiviste et érudite, se voit alors contraint de choisir une autre stratégie[xxi]. Jouant le public contre l’institution, il publie sa thèse sous forme de biographie et remporte un énorme succès : le livre est immédiatement publié, épuisé au bout de deux mois. La réaction de l’institution universitaire, dramatisée par la presse de droite, aura au fond été la meilleure publicité du livre.

Au-delà des conflits de personne, le cas Madelin est emblématique du fossé qui ne cesse de se creuser entre certains historiens de la gauche radicale ou socialiste, qui tiennent leurs positions universitaires dans une attitude plutôt défensive, et ceux des droites ultra, qui investissent d’autres institutions et d’autres canaux pour partir à la conquête du public, dans une propagande anti-intellectualiste, en partie héritée des débats de l’Affaire Dreyfus et des attaques de Taine contre l’excès de culture[xxii], ou contre les « mandarins de l’Université ». Dans un contexte de concurrence au sein des lieux de validation du savoir et de pouvoir intellectuel, l’Académie française, qui sert de refuge aux conservateurs et aux antirépublicains, saute alors sur l’occasion de s’attacher un excellent historien et attribue à Louis Madelin le prix Thiers. Désormais marqué par la reconnaissance d’une institution, par son histoire et son attachement aux traditions conservatrices, Madelin devient alors une des principales figures de l’ « alternative académique » de droite à l’histoire universitaire[xxiii]. Candidat malheureux aux Universités d’Aix et de Nancy, Madelin développe même une profonde aversion pour l’institution, qu’il qualifie de « forteresse imprenable »[xxiv]. Tenté par la carrière politique, il fréquente les réunions du cercle libéral Molé-Tocqueville et la conférence Ozanam. En 1902, espérant une union entre républicains, il se présente sans succès à la députation dans les Vosges, ce qu’il ne réussira qu’en 1924 dans le camp de la très conservatrice Fédération républicaine. Tournant ostensiblement le dos à l’Université, Madelin se tourne vers d’autres réseaux et choisit la vulgarisation. Il se fait introduire à la Société des Etudes Historiques  par Funck-Brentano, proche de l’Action Française, pour lequel il publiera La Révolution (1911) dans la collection « L’histoire de France racontée à tous ». Rapidement et régulièrement réédité, cet ouvrage est couronné par la presse et, malgré les réserves isolées venant du monde universitaire, s’impose comme la version la plus achetée et la plus consensuelle du passé révolutionnaire du premier XXe siècle[xxv]. Auteur de chroniques historiques depuis 1905 dans la Revue hebdomadaire, collaborateur à l’Echo de Paris et à la Revue des Deux Mondes, n’hésitant pas à donner de nombreuses conférences dans les salles municipales et paroissiales, Madelin trouve donc un très large écho, bien au-delà le monde savant et universitaire. Dès 1917, il aide Pétain à construire son image de héros, trente-et-un ans avant de participer au comité pour la libération du maréchal (1947). Malgré la popularité dont il jouit auprès de la bourgeoisie libérale et catholique, des républicains conservateurs et des monarchistes modérés, Madelin est contraint de renoncer à briguer la succession d’Aulard à la Sorbonne, après avoir déclenché une levée de boucliers dans les rangs des historiens communistes : le 19 août 1922, Ernest Labrousse avait signé un article dans L’Internationale intitulé « Un détracteur de la Révolution française va-t-il enseigner l’histoire de la Révolution à la Sorbonne ? ». Par cet oukaze, l’Université tentait de marginaliser un historien. En 1927, trois ans après son élection de député, Madelin est élu à l’Académie française avant de présider, après Lyautey, l’Association des Amis du Berceau de Jeanne d’Arc.

Adepte avant l’heure de la triangulation, critiquant les outrances de Taine et louant la rigueur d’Aulard, prenant modèle sur les prescriptions d’Albert Vandal (académicien et auteur de livres sur l’Ancien Régime et le Consulat), Madelin tente de faire la synthèse consensuelle et dénuée d’idéologie de l’histoire de la Révolution, jamais vue comme un bloc, mais de manière complexe, non manichéenne…. et néanmoins orientée. Dans les années 1930, Madelin se consacrera à des ouvrages de synthèse sur la Révolution et la Contre-Révolution (1935) et entamera sa somme principale, l’Histoire du Consulat et de l’Empire (1936-1955), terminée un an avant sa mort.

Les maîtres d’école et la tentation du retrait.

De leur côté, les républicains ne restent évidemment pas immobiles. Ils se sont massivement mobilisés à l’occasion des cérémonies du Centenaire (1889), présentées dans le cadre d’une Exposition Universelle de ce fait boycottée par les monarchies européennes, mais fréquentée par trente-deux millions de visiteurs[xxvi]. Les fêtes et expositions, préparées par des centaines de sociétés provinciales et organisées pour commémorer la Révolution ont donc largement participé à souder les Français à la Révolution, présentée comme le moment fondateur de la République et du progrès. Contre l’histoire victimaire, des dizaines d’amateurs et érudits républicains se sont mobilisés, ont publié des livres, édité des sources, donné des conférences, organisé des visites et mené des batailles locales de manière relativement dispersée. Au tournant du XXe siècle, des dizaines de sociétés savantes sont fondées, dont la Société de l’histoire de la Révolution française (1888), la Société d’histoire contemporaine (1890), la Société d’histoire moderne  (1901) et la Société d’histoire de la Révolution de 1848 (1904), conçues pour alimenter la recherche mais aussi contrer l’histoire monarchiste ou bonapartiste. La Ville de Paris crée une Commission des publications historiques afin de populariser l’histoire républicaine de la Révolution. Tournées vers la publication des sources et à la mise au point de méthodes critiques, ces revues participent aussi, avec les publications d’amateurs comme Etienne Charavay, Alexandre Tuetey ou Maurice Tourneux, à tisser un vaste réseau national de savants républicains, à stimuler et soutenir les études locales. Enfin, le musée Carnavalet s’impose comme le centre de conservation et d’exposition des objets et images de la période révolutionnaire. Autrement dit, le Centenaire aura permis à l’histoire républicaine de la Révolution de se doter de structures de production et de diffusion du savoir davantage tournées vers le public non érudit et non scolaire.

Autant que de raconter et d’éduquer, le but des positivistes est de mettre à disposition du public des corpus de sources authentifiées permettant d’établir la vérité des faits, meilleur rempart selon eux contre les thèses contre-révolutionnaires. Alphonse Aulard s’attache donc à publier les archives du Comité de salut public et de la société des Jacobins[xxvii]. Ses thèses sont également propagées à travers les manuels scolaires qui, inspirés des programmes de 1902, opportunément tournées vers l’histoire plus « récente », s’efforcent d’enraciner le « roman national » autour d’une Révolution identifiée à la République modérée et dantoniste[xxviii]. Convaincus du rôle de la science historique dans la républicanisation de la société, soutenus par les institutions politiques (en 1891, Clémenceau assiste au premier cours d’Aulard) et galvanisés par le contexte du Centenaire, Alphonse Aulard à Paris, Emile Bourgeois à Lyon et bien d’autres, engagés au sein de la Société d’histoire de la Révolution (1888), entreprennent un travail considérable de diffusion pédagogique de l’histoire révolutionnaire, à travers leurs cours, mais aussi des conférences ainsi qu’à travers de vastes publications de sources. Cependant, impliqués dans une réforme profonde de la méthode historique, les universitaires comme Aulard prennent au même moment leurs distances avec les récits épiques de leurs grands prédécesseurs romantiques, jugés trop lyes depuet d’Aula. Isidérre les Société d’hi jugs grandsentj est insluences par le réplexions ee lLnguois<, pSigneobs t dGarigl iMnol, las aistoriqnsuuneversitaire, de 1a Révolution (isint doédavalt d tne Rnaliye slus cientifiquest dbject-ve a’unepas é récerytéed travers le caitiquesminitiouse dep archives Dans un contexte de cuer e ivili intillectualle dens lequelle la parsé révolutionnaire dtabt anstium nt liseedt décorme, M’ocject-f Atabt solon lulard, rès coaire il a’atgt a’umpose leuistoire paitiquesméconis à l’Eneversitaedomme Aa soulemméthode huscipteble a’auportur le vérité : l rC que coudairnt das aondateur , jit,il ce jugsabt avalt dour facre (urre ie soiences Islnons pemblabt au’il ntabt arandeterps ee se Rlus rait.r leuistoire pe le Révolution fomme Ane Ratisre r tpmpahet st dÀuppliquerad tette ristoire pas aême réle" ee saitiquesmcientifiquesu’iux poriode les clus ncerntes »[xiix] Launjeu pe le Rataillesaistoriqgraphieue dst dosi : an 1ontersisselt das aistoriqnsu sovalt t dgs gran par sitnsuut drofincialx c te Rouvelle,soiencesaistorique, lulard pspére rorme un vspace daitiquesmcientifiquesfin de pervar lesdécatadécmocatioue ds contolidem le vRpublicue a title="" href="#_edn23">[xx]]. C qhois qui aurdécart no tranuit aucune rtiuaéeie de letrait. vi Roanmoins ourablement jugque tans les snnées 1934, Mrofiquar lne Rpérialismtion dt dn tsolment propsselt de 1auistoire pneversitacre (e le Révolution française

AMlgré le pubsselte Tes cédeaux eÀudcation pédublicatnst conidérblesent pennorces par le rois pFrry maigré le diffusion dassivema’une inage iglcédolutionnaire,vin lis calbum de Centenaire, Ais civres st dmages dcolaires las aouvelle, ouienttion scornt fiques me leuistoire pédublicatns unioersioabte rui rond deffetspermre Temmontrctiavec lne Rrandespar ie iu public don scolaire. qui respe arès combreux an 1o iubut du XXe siècle : laigré le iubeloppe ent di leunseignerent promagre souériour de uis 1is canées p8790ut d888, Mncore qrès ceupa’uluves dsses de sileeux[xxii]. JDuctre sart nis cremier coois qes,prres dondateur ,de l’histoire révublicatns unioersioabte re le Révolution française te ssens de lôté,de lastes puns lu pursé : lolitiquesent diabolisaes ce Contre-Révolution (st dcornt fiquesent doycottée

APurgent jamais vis cneversitagre nouso lloîress dens lne Ruarlontue dour d’uioir . Au tubut du Xiècle Mrratluvesent p teufforc dÀucertule Tt de lublicationsde lources ettre rm par JeannJacrés, sulard pe Refuge sls de médundee Tux antaques de TeuistoiiodranpieL Révolution française Tt des cuboacturs gÀupjoursÀuhui/i> (1930) su pociliseeusLololidlLnours à te CBbliothéue des,pRforme sSocile<. ADuctre sart nis civ sitns hntellectuel,is cropsselt s cus cistoriqnsuue le CRfolutionnfrançaise qui rccumpagnent dis ceconposetions,lolitiques cusle Cauche rociliseeusans le cantemte cusleussio d comiuniste, rui rermettass Mrratoxelement dess’atapter a teufolutionnfesssenublica: ln 18908 trenze-ans avant de Ccorsion dfficielled comgrèn cuslTur l1902), la Subensi slsrsulard pÀune Ristoire pansonisteLAnaiis cistorique cusle CRfolutionnfrançaise /i> vioelt d tonturrencen le vevuesTuxargie tesLa Révolution Alrès L9174 noisulard Mrofesseur à la Sorbonne, roisMthie[xxiii],

ALmmontlitssls i aucuses par leuction Française Tomme AlsrsPuxa Vaéer ou Mis cocilogues,sesse Rpatioue queune Ristoire pileeent , les uistoriqnsuuneversitagre ni subour ent uncore plus dstensiblement lus c’Ausent trop l sitles, looisistens dn tangege tt dne Rlertule Tesvres aucussiolesTux apérialismes eu Mux anateurs eceaires pt desdonuent oaessegre ent di lrtent s eu Mus cgût cuuneslus arge ublica/ tritle=" href="#_edn13">[xxiiii]. CFrtu cusle r dubntelogie drofossetnselle ces ristoriqnsuuestess dertas cpudiss manm pe Ront amais vnaltiof. APsrsxe,plex, Phleepe rSgnoa, mui tucceèess tulard ps 18923dst doutena drodeaté domme Aeucché tye resseuistoiion 1onteatuellpt deupa’Aula APurgent jesTondateur resse CSciétéscuscuuHseeire lMderne à te Cois aavantespt dileeent ,(19042, concornt au’il naud deus dargement piffusir leuistoire pgs grans aucuste aessodigur le voilm ndontacrésd te CRfolutionnfesseui>LHseeire lessrano iontemporaine /i> virigé sslsrsavisse dont laumpoctiaear conqidérbles.rC qoois q’hst dos dout-r  dapuis lahffaire Dreyfus las aéroeenes (esse CRfolutionnfrançaise Tont ontemtém. ALhistorre iontemporaine (esse CRfolutionnfrançaise Tohpplrenta aenc u tne Ristoire pa ionbat mui tmpliqus aelon lavisse do faite iuarlue catrsqs (ux aéle" ee se Cêthodesafin de ponturrencen lessoman nnt républicains ALhgs grandsenublomyesslsrsSgnoa,dst dinsi qontaamment dapteesst diseessslsrsavisse dui, iens le courection quihl cpplrter(uxcivres rebnientsseucertule Ters lesrebits Mrodeaté domme Ae natile Tême messeuistorre un régitsmui à tontitionsaessopose dcr dne Rasi aencm nt lre it der dnetraveil coitiques aelderfirmbt a tui même four axpoiquera aelon leusxremsion des LelolidlvsenRanks aomme a dis cooies semRont ffoctioement dls i<. APemsertant l’hbinolieraessoyens ceuffoce ent di ceucteur dt dihpbeato iuhffoc meeeémmbtems,Lavisse aherche mour ent jens lne Ress tioe asoléesit diffucipex, tettre a méthode hu seivaro iusse Carcation,se Clus noradblesst di Clus rodorss aomturrencaia dihistorre iontee-révolutionnairesjugque tur la Rescatn de puttoresque< Alnotama disrebitsiuarfait pSgnoa,desse Crm raesse CBstelle ,Lavisse auletploerais cue ions aomme s’imlAtabt dneaisteur drtent f Au soinsre dtabt  lCepte rlrter(tabtt-lle debensue p Cmme a di fiule o-t-ille déroarè rns leqMromière mours? L(…)Alprsq lasrlrnt-evm p’ataigtenp Cslnaud darqur le voment lù lesrlrntlasm p’ataigten…Jeape Roir d tuarlasreure dsen Cc la mrm raesse CBstelle …». PSrtout ,Lavisse a a ndahnteeier la Révolution orançaise Tu soman nationalst dontailleuaessgmme le réplmmato (uxaommlomiaveseeocatioue ds cessoaque le violento iu puuple Mncdneammiauhffoce rdoure roactraesse Cuer e ivili / tritle=" href="#_edn13">[xxiiv]. TMêe suhl caud denc uvider dehfnerte le ristorient cneversitagre nt dosetiom as cns lus coseule quihl dohrntjamais vrm r (essanière rhomoène il a’hs rstessls soins cue nubormais la quliseedcornt fiquesde pebitscistorique rsoselder le vstectavisiolessus cté d’hui tistangue a dihistorre ioitiquesaessihistorre iubalterne opatiouessslsrse rutres,cistoriqnt muilisiée ess reeeémmbule  istorieue ». dess rournal sse ». deh ristorre igs gran ».eu Mess rtoine ionlastioem». Psrsessreetsaessi boodranpie< derdécabt cessi natcation,st dissihsvn ent la qrofossetnscistoriqnte Rrofeaie sinsi qi nsuérionieeederdangege tt dus cbjets edoédavalt deconnas domme s rcornt fiques ». RC ioois qérear cura ent der le trins ission dessihistorre iessi nRfolutionn Alsihbinasrlblicue lasrstyessulutérament tistanceéedis manuels snsluences par le dosetiom ndonme bessesuvre dMlgt dt dIsaa, mamditéedendant trure ri nromière moinisederdiècle Monnssi nlrenasrissihistorientit di prefosse r domme sne Ramliseedistorieue hntontas ablescarrTondassser le traie ecornte[xxvv]. /p>

Ostrong>Lehrfocsive,dis mistorient « mbangc »

Douant lissette roseule las cistortemsrissi droite conservatrice dontaruirens dasr dopulariseedcr le drconno ieters memsrnstitulions damublicatnes dt der le tise ancddure rÀune Ristoire pcolaires cebiiee ionbe bfficielledt de aontère Alsihpporesdis moois qtcatiof psvressrissihistorre iivique pamublicatnes lahistorre iictimaire,iontee-révolutionnairesj’atpuie senc uer lehmparhie< lahdentifiathdse lasreeoinnagesst di Costilgie mamundema dux agût cu prblic nerdécut du XXIXsup>e Riècle aour aemsraits,tisers m–doureMncdromant de ruplrento (issihistorne icornt fiques las civres staba dusio issauhnnxe, missota (issasimissageait di bibliotranpie<. AL fiucenmissenmamgmenmissotcation, orporesdu seornt fse sté dm as Mnpoiqueriuarfi nrus dudisiontes abhdsemissahistorre ineversitagre missa CRfolutionnfrançaise Tu sebut du XXXsup>e Riècle aiennensagadixelement auhneabiieaincmissauche

APblicsdncd912, Lasroman nÀuAatinasrrano i répauhnesioeenhdsemissCmiliasrDesouvin. L (Deux (a elrter(neaborme succès Mrofiquaba d tu fiussaahtannsent di ce droite cntellectuel,isst dihmpbtcatimissMthie[xxvvi]. Lessreetsaes « mntellectuel, »L’hEtap i19042)eu Mi>LUcmiioicen/i> (1904),/ tritle=" href="#_edn13">[xxvvii]. /p>

OFndeesst 18908 tahction Française Terv dissérpnisre rux aistorient bangc mi promi cXX Rosrlen. Ve domme sne Rériode re rebidel en la cRfolutionndoht dls seconnas domme sa cateice Tissa natidse Contre l rebertesent pemolutionnaire lasnation lisee, ru canarchissst di dorhilicesme soca dredeatédedomme sis ma elrti[xxvviii]. CDluigtees par Je ristorient issauche las grandes fynthèse umihistorre iational Rola ducunpbeds par Jeh rbinasrunpbae tes». dui tomui rv dasnarqhé uissahditdsemissasse.dagadnecistorne iissommatadu sern des lGinsis mtudes HistoriquesLHseeire lessrano i/i> i sanarchistessacoue sCBsnvelle d1902), cenaue p t340.000ute,plebtems/ tritle=" href="#_edn13">[xiiix] LFtenm tissell pccès mui lasentesahudse tenmissa nSciétéscus ctudes HRobspaerreseeu,it di ci>LAnaiis cHseeoiques depua cRfolutionndrançaise, dui te Roar ciucermui liss400ubornés du sebut du sCnands p930,/ tritle=" href="#_edn14">[xxl.sup>e /sup> ? Silas gmmblemsrissih rbinasrunpbae tes».Rola dpbeiussarès corns d(Btcas, sauriatimu MBsnvelle , cehutremsristorient usira tesoure iussane Riffusion duoitiie tes

ACmme a dnpoiqueradneaellpccès ? Le diffulu tenmis soiis missommenevathdsemissahistorre i est prurg baucoup . Silassoman naht deus da Rorissrmellmgmtmissommredention de monde / tritle=" href="#_edn14">[xxl], ea cateunrclrtit Ris mmateurs mihistorre iola d tere pargement pribiteés d tommrenaue paclrsé rlrtpacbiigtmissedits eeeémmbtems Mrilicstmins lis mivres sahetée par Je reaisi coyenses dn di bourgeoisie lais aussi misuis 1is XIXsup>e Riècle mins les dournalux AL fcornteLssMurgsenRoge /i> vrilicsdncdrançaiseres 19173dn ddapteedu sinqeoadncd9134 nuiiMaconterlas gvecnule qihne Ranissehueseeocatis mmguoigtmetemyetmetrrano iour aauterslas gictimas missi bTr e u[xxli].e Riècle Enmreus ttesa trinitionsaembi-ialeslis mtoitems Mevunaucuettesassanra paeeémmbtemmissi u< étiiee truremetrlioisettesnearplrent diieeoue dissrus df slus iulnie aelde tettesilrodorde il meh’orfia tesins le conquête du p rrandeprblic ».metreldistanguettesi pau< homoogues,snesers eentems.s rLhistorre i’hst dos dne Rcornte< ceht dnearts Mn dsen’hysedssir que dlrtpahmagenalhdse . drofeaie suatinasrrano / tritle=" href="#_edn14">[xxli]]. SLhmmonti roacail cissTirodo Gobsi in. cep dG ALné-r treoinnaldi seccès mui lu tem-rteso ( ristorient cbangc »< udros dehneariliccdraondmihistorre iatcatioe, eissrychologiqait di bibdranpie< termieeine miigteetmetrraohetdagadahistoriedranpie

ARoyniseeuaomaincc, lnsluencerdagadasrutru< oman iques,liu XIXsup>e<iècle aomme pAexandre TDuass,dG ALné-rct dpbeibt sent de rédeatlhdfeisso (istorient em-rrévolutionnaires.nuiiMérqeucipttesihneldisfusion aassivem cehideeentesls s treoursr lux arofedil miveémmbtems,Lmpose la dasr déditsmissa tRfolutionndhrsqmissahdinasr trus eur généaunhdses.sAteur drofisiue de paeres sur lsnarquiiqmissa tRoe t R1895-18917, ler lMvese-Atrneste r18957, ler lasrnoynis mie Nntesr(901), celattenr li sebatader le ter vtantenmissouis MXVIId(902), lLné-r tevunaucuettesa nrrentatmihne Duassiomme pihne Trnes, evient a re e.mem-nr lem-rrévolutionnairesmissa tRfolutionn/ tritle=" href="#_edn14">[xxaer. PFigtntesa trofmmidsemissa t retites(istorne e.mem-a pahiseeone snesers eentemt rfficielle e. lLné-rcelromadsa trinitionsais mtoiianiseeusmissCnands p9820ut d8830utnbiousllentestnt modisr lasrfont,sre tmet-rcahiseeone sn da tucihdse foigtnteslrsrsli cisteur par Je triu Messa trsuraldi slrsé unioisettesa tmpliqitstmissahtiieeral lasnilabt caclttoresque< lasnilerecateriel, l roeoincdromellmgmtmu Ma tissiietionssrychologique domme putrma dissrofedil mihadideese lais aussi cihadinistrenhdsemissa nromter. Ineoédeeu Merqiré edomme sutrma dihte,rcren miveémmbtemseu Mehiseeone slttoresque[xxlr. /p>

OSucleux[xxli].sup>e Gace a tette remhodes Mrilicntese srtitlen s tsit domme pasrfeslle oniste< liu XIXsup>e Riècle mins le nromsrsueitiie tesRevue hissreux Mondes, nG ALné-rtrurhetdneariliccdien drus daste rt dopularne sue de shomoogues,snesers eentems.sEcddunntesucus dutxmisteur p tesmuiiMeldrrsr raieent d rolt cisbonaestsomge e. ltnbafirmanuesoins ittre ë re tRfolutionndrgatestxmuiiMahla due e. ltnbpatiouenuesne Rtiieeralricant ,Roriséesder le Rcoidoaddssahequête ,dG ALné-rcrgaienn d trtennsre dne Riucenmisslrtousinn snqeep r. Sldrotntesavantage ttnbrrsrrscuihtnbistorient crrpllatt régulièrement ru sisteur Rtecnulrlasent diuitetedfcuihmlcrfait pue dfoivesent pir ssa soltces,stnt ma sntelrrédelr,dG ALné-rcrgaienn laigré lrure lens lesdisal l tmpliqus lasristeur pins les dilata (istoriegraphieue cis rus devalt tnbmposett re sdérs mom-rrévolutionnaires. AAn. eux ane près lue dGerga sLefebre iut-MrilicsLa RGinsis Pnr li 17989/i> (19032)etnbaaiiytntesis um nrgumissahderd89mins lescctre dssa coltenrclpulaire sdssa tuccddu XVIII Rcsrlen lLné-rcaeres eins li>L tRfolutionndrgatestxmuiiMahla due /i> (19034)sne Rntelrrédedidsemiatemhalesent drpores rt dontintère l tissristeur pon scpbiliseeu sue tu roaltena drne aigré lstx droiqmu spsrgr. SlontlLné-r ta tGinsis Pnr l’hst dos sicsndutlem-mte cuhnccrsisude pissrilaua (dssa tRmolutionnlais a tneaommromi mui la tajoritardissristorienttmet d rihvcumrddaursc(…)Arteibue rd rutxmhetf pdssa tRmolutionne.e. loltleux

OCht dne Rissraieint pd seccès mdssahiseeone dopularne sem-rrévolutionnaires lins les dnands p930, teavail ées par Je coltenrcd sommromi mmlct dmodenmont-Mrus dieirdisfoig ssdssa tempaeation,se Clenfeissisteraldis pmytéres de l tRfolutionn drutôt due ddssess ns à tehne ardeihrnest Labrousse eissommromad ssa rommroextstmissa t riies e.mdssahAcien Régime eu Messavaguer aomme sLefebre eins lis emlad s soltey erne Rissront-lisee papulaire eDhatant que disbey ernesntelaastiellptt dfvoiable du smyhensdssa tempaeation,sédolutionnaire

APlontentt rissrhèses snaancdnt solteyuelut"oltenuiiMé MBrsuel / tritle=" href="#_edn13">[xxlil], Augun in sCc.hse lort.etn(906 aoiqddua das sieres sdua Mrilicstmsnanisre rosehlm netn(921 rt etn(924t ca lm nsa tRmolutionndrançaisasr dnesommrom durgi[xxlil]]. Sitesl’hst lins les dnands p980 su nsat sdérs eissCc.hse Rrace a srançeoiqFerami crgaienlront jugquDha Rrandearilic, rrla snpaeont-nqanmoins drès ciucemont-sat sileeux[xlix]

Alsu carv disGG ALné-r etn(935e lonthluve Pierre Bessend-M"rsaes lui même ristoriens Mrilioar dneflprelllnmisse srtitlen mhez tGirss lins le conaastiosrd La Pesisecistorne.e. jugquDetn(939 aontes iusscaqeepé rt sue tDRmposear dendant du srns muaransele cu.eetdcusijocns 6ettesis nuecedre rdsre p doaqle cu.mme uontintèreiusscic ».mitt)storne.e. jugquDssa rioyntrs !/t dneem

. bedshadensrtiRevue hommrgusomm nui la Pt rn(9 lunsisehodeseomt jucès.en-rciucrmellunst dnegquD tr s sansele cnsisrrévoluts melenrrévolut7 deaires Cerc dendasrtiRevue ionfonctionnairetrma uDale isrtitlen mh dneflprelllPaips efef="n(9llpt ercont-gquD trn. irso def=ne Luar. bens sdtèrrnsiseeMrus nomn saom-rbcès mdssahiseeone doshadenlntGinne.nt-neavuelena t dneaEtats-Uistn(924t cahadu XIXsup>n(9a ar Je risAugus !/uargquD trhAcsirercssront-liseela JDuuargq truisshenmissérieeeusstiques,Roge ont-rrévolut6 derr cep dG a arnnaire pdssranL#_e!/p>a talaïaia uss miient cbnst dneansele naasront eisnanisre mtéca5ds p30,/ tderuargq oiniseda lteût cu prbliReaient caui letft rtoire de ladu Se-Atit juionu< l srns ma dnpolut ca/p>a tacc, l lan denaasoiion 1onteanmisse laïaurscotéedendantent dispersée. Au tournssa âlaiiMiqitrrntilgie mymlcrrs mlnmisse catrront-ssdssa sommrdu Readu smyhesat sileeux9a but drt nsaeatpunstiMiqitrothoge /i>inses. AAn.tiors n(9at sdérs Rpubethla dt rt nslrgadiddutlt dsst di Clu liniiii],

nstlct dhaïsieux Astmissa t rn(9a cereuruDt-Mr n(9nstlct dauivem e.mmiecctnpaeguursCercltiltre asr dnaasront eisnanisre mtéca5e mode / trtle=" hreLuarrv ran ca/p>Ci cel9nstGtre cs mcorgatrtains rebRis mmaxli] ,< rtruargq oinineaient ctatc.hse>, teère liniiii][xxiineahvaers dneaurgieeMomihi>LHs candutx nslrvatnn haïsiontennlreémuarssa neadu smyhesat sileeux939 /séeémolu dssEcddut"rtyt sse naasti ALnéHehcch n(9ARoe t R18nstBdsemirmblient rta Pesi3t nssulutlnstassit-noya P39 emt rffnt- lins ledol fréFhreel9nstCtur seso tRmo laya dseit diont-assit-nst uarIedcr leère>. /p> at sdugusa Pcic stasucuste rès cssc ca . Sneadu smyhecom-ront eisnanisre mtéca5olutonn/ tritpdssran" hett dreetsesslsllpt ne Trnst ula APurgent ne iissom cVlatyle CScider 0nte< [xxl< /a-rct ulLmdsslnsitiaomtest uarHet eeissRmpost eautres iuné-a(…)Aérase é-6-1 RcReadu smyhesat sileeuxlutionnd21 tehla dupoé-rp>e Rinsit eansele blis soltey naastie aeesdrodorqmissra tette ré- Rcs aeHsdtnousslutioa Pesicstmcor2su at-sscdreu iny est eMïéraslsuises. AAn. Régime eDat ethits, hl ct d aeHetites(inst ulReadu smyhesa PesirgilrgaestivresvcumrdCera teet-#_ednPleruar d dnsit989/i> (démie fiset enu XIirelutioe rdsa tRn st-rne.nst di rntilgie mnsitrrévolutian( Rcsrqmu spsrgr. dt-Mrilic,]uar nsIedcr leèreHetites(inst ulReadu smyhestn(924t ca9er 37trneaetu at-sscFler,dPs solteyoé- nsbitruu dntar Je npaen(9 d⯩ruditn cansit-rtest ceconposneaient ctatire eux lsuuarttnuyCerclessa mui lasentesahudse tenmissa nSciéntl a’hsletplonttd aeevalt etient caer 3 et ui lhl rprd aerces, d iuont-teaneahisitmdolut-CioriCercasion d ulReadu smyhestn(924t caernhenmissasucx[xpulas pmytéres naltiof.e eux trmaCi aipstorre iEmues< Hefefsa tnesrte-cicoinisdolut-CioriCercasionernront eisnanisre mtéca5MBrsel / trit ns lo cast-anser aom d ulques decèrissfihipttesihna dsnéhit roy. iRoleéméjhitmolus saiat R18a Pcèn cadin dssrsa néneavts eiuont-eeM ceat R18ansele dsron li can(9 lasmme pGem

< r9  eireel9nstCtur sesoyn(9ntatsuuarymédssimi denda nsneacouontxa< étint puasuc"#catrûen vspacentar Je iuont-at sdugus dfefurscosuartequ - linsmme r9 uar nshdse colteût cu prblioman iqoseisu Rr9  li sebat uémuarsemêyat R18< étint euartee teanced.maltr9s ssytRnesjrntilgie msecdd soteursront eisnanisre mtéca6ds p3e a titrsoins d to d tneacehhitméiturshoaiuo tru ta dDéan tehl beRr9a Ptiouite9  st-sulutétise ancdsneaient ctattes di bourméie mdent dispersée. Au touoiibiigtmmi iortrblid soutis<, saeaisuca dDée lLngtaga tnelrenasris aeansele 9sls s treo-hits, noriMeldls inudasu d r9 tannqanmoiiseeoient c 9( Rcst-O benst jueelssdsselsstes<, sReav grn cstn(924t caluti,] dr sypdssranDé-st-rrévolutiat st-b vuelenap> seisublis<, sCèsomtReav grn cse aeue scx anasn.disrfocsn(9ustusédssa d ssr.es aeeMdtèn c-nd tère reaet e Sote9SseisubliVei ripstb Rr9a P Riaeusomtb v grn ccom-9ustdneaiecceslttorra paeaet e sseanser aom d aeAstmisRégtnchites(i ae nse< iaeèss9biigcsainud rann1R dpulaa Peé-st-rrévolutiann(9ent st- eirs mtes< ddlut"raeucx tRg Rr9  lf pdhuReiMillnRr dsst di ssliné juifastx en, à t  Àuhn teddllfhrefge d sReav grn csaet e ns eblryerns.st-i guniaediL sReav grn csn(9n cafulniBn   tslutiront eisnanisre mtéca6iseene / tritleVlas d é-s sReav grn css sfuls9edusétesunsse eQ-ajorimissaaeu hlrvb snaase(juif et-n(9yredrgadasast dLolnsetnnleet1R ds)tusiglrure bli dpbeiuset/eM o s d st- pdsdentetanbolyure enmissnaesbRihodes ient r9n e-sédeama RcSég etiilrmat aeilers ee9  s-i g.sRevocnpaenstaetsir rne. sReav grn cbs=""19e1,Dr uiL sRry[li sebaIast ë sReav grn cbui lhshosj’ssefascjreet-h ent aehnusé révolu rta P ltnltnalesen aessr in d etst-t trussesse ieèn ctes<, sTleusiedearérd tne Rlute6o tyms/ tritlpdssranDé-st-sulutétise ancdets sReav grn cbtn(924t ca ui ldneaiecc r9aet e nr9 ra . SsRev cse lr9 ôo i tatr[xxl.sn e Cetoussergaiale[iensvf=gtnesortr rt- aeion rammro9mé-s ae"#ers unpaearcèdct ire eux lR aers . SLe.e R d néolse.est-n iclorcasohits s.e. a e-  s sehorMousse siC qaeraites(is[xxlrrRrosehpessteadramsefade ta ca ie-st-anser aomiseeoient c 9oce csind so asnd soaeu0utnb rt- é-srsliaeuitéedendantenasua dde.ioit- vs3stes dtisunast e s sésuoirs se éinvt cAesése los <>L>

iedearérd tne Rluterefe mo tritl Je -Cinnpaedprseret enL#_etedn1r9hitfltnarmss Rmonais aeansele ss s sReav grn c9tn(924t caluti,]Poiol, Vei m taera2012tle=" h/>L> <>L>

iedearérd tne RluterefbTr / tritleAsnoL> <>L>

iedearérd tne Rluterefolutnn/ tri Je -Cinnpaedprseret enL#_Vei r s s st rt aeer800-1980)luti,]Poiol, Snt ,]L> <>L>

iedearérd tne Rluterefestae / trhetphcucaAur isutrb>pdssra/>L> <>L>

iedearérd tne Rluterefiseee / tri n laets dr  s2),caP.dtazdsefonses sastRg cr9nseJRrosl, Poiol, 1868t tRcHisblualutitRc aeussemèat3hit, aeuss minses shretisunluti  M. l&r. vo;es snaConsjug, 7ût cu prbliCnfoPoiol, 189nt tRcss llutitRc ansele ss Fn(9ybhits&r. vo;uss m
ste omslutie<  M. l aees snaConsjug, Poiol, 1866 ; tRcN eisRe assit- aeansele saeussemèat3  M GMrurdlutiirey dtn lPoiol, 18879.L> <>L>

iedearérd tne RluterefMBrsl / trithetphcucaAur isL> <>L>

iedearérd tne Rluterefo tye / tri Je -Cinnpaedprseret enIb lmmlutiir.L> <>L>

iedearérd tne Rluteref1ds p9/ trihetrs iCvarust tRcLsteaeu0 roddetes M#n1ce tstsriv es<895- surlutiirPoiol, F lamMviret.L> <>L>

iedearérd tne Rluteref1e moeL> <>L>

iedearérd tne Rluteref1bTr s,/ tritaAu href="THIERRYt tRcDmené- ae d dt-anser©olnlutiirseut istorCls r-aéfotn laecdeoRrrfoPoiol, ÉCls rs iotc utio1899 (1ût (sahref=" sisCls r-189 et p. 175tle=" h/>L> <>L>

iedearérd tne Rluteref1srraca/ tritl GhrernsLssBn t tRcL sReav grn cbtn(924t ca u ls sondmihist dt-rRrv grn cslutie< L> <>L>

iedearérd tne Rluteref1estane / trhJe -Lf [xnnses sreinlutiefoPoiol, Htedt R1 t1933 ; tRcL s cr9  t a trtRe colteût cu prbliua ddelutiiraeu0 roddeteRe Mes étCare.>ea t1928.

L> <>L>

iedearérd tne Rluteref1o tye / tri ALnénses sGoit , tRcHisites(i larentesunsls sRFlutiirPoiol, Pan t1909-1923.utRcdpssyst-isoAeresqusn e-sa Tleuser793-r794)lutier/91)tle=" h/>L> <>L>

iedearérd tne Rluteref2ds p9e a tieCantemerdPomeye tl, eli seentée.So snemé-Je -Cinnpaedprser (dna.lerlRcDte riaeenses sCeusomtReav grn clutiirPoiol, PleçAe2011.

L> <>L>

iedearérd tne Rluteref2e moee L> <>L>

iedearérd tne Rluteref2bTr ss,/ tritaHitndlyr9TAINEerlRcNleet r L> <>L>

iedearérd tne Rluteref2srracca/ tritl Joh sdRsestiotRcLnibseentée.ser871-1956) :etôal1ce - nsac. ,alj caarses&r. vo; tites(lutiirnnaireonsemoluèn9 asassit.

L> <>L>

iedearérd tne Rluteref2olutii / tritaAN 355 AP L> <>L>

iedearérd tne Rluteref2estane L> <>L>

iedearérd tne Rluteref2iseeoe / tritrPoscinsOent tRcUrd - cae.et rt ae, r889c.L> <>L>

iedearérd tne Rluteref2MBrsu),/ tritlrlRcRiauert nGecoest-re CetoussenGGsoie prèscers89-1933lluti ; tRcL sS sr dne9nGece lrussna:-aiauert nGGmolr e dteturs aeansele se alub nGec pdsdentenGG t ers89-1-189luti.

L> <>L>

iedearérd tne Rluteref2rvateiL> <>L>

iedearérd tne Rluteref3ds p9ee a tiee l caterdLiocapR1 t eDe ae dcasion d ulReadu smyhesF ssstolr9hits sPmRreisaiGbsrs(9ed/i>eSo snetRcAgust-anser©olnss<, sR v grn cbtn(924t caluti [Ensseltr]fo353 |eitrtst-sesr ma 2008t molu asseltrltei01slisr ma 2011,aeusurpomitei13sr eirasre2013.uURLna:-iehref="http://ahrf.aéfos.. A/1111MBrhttp://ahrf.aéfos.. A/1111M L> <>L>

iedearérd tne Rluteref3e moeeeL> <>L>

iedearérd tne Rluteref3bTr sss,/ tritaetphcucaAur is< el spamenfulsaelar&r. vo;adnesnes sReav grn ctF ssstolr9isoKltnSo sneCeu0 roddefamr9hits snoriMeldle.est-Amit-rses&r. vo;UstanguetetnGG t tei7_etrn.r915 ; ett dreetsesslstRcLatVilumai ass aetasIIlutiirr/16.

 pdssra/>L> <>L>

iedearérd tne Rluteref3srraccca/ tritl Lf pdhueeux t el aeansemaimé- nsed/i aséuneu snelRcRifo dGGsynnnasunansera calutiirtome 20c. L> <>L>

iedearérd tne Rluteref3olutiii / tritaAsdse G ès< iihsoqenc naltio-aivuisoaecdeoRri  Ee ei lL.misun:etituite9/iae rwww.caman.ih/aéfo-d-ansema-tse e-t-aeussemèat-2001-4-nqu -123.ht L> <>L>

iedearérd tne Rluteref3estaneeutrb>s aeomstruissitise anctses aeansemale snemé-lpbemmro9mseCvckc.EamMryalteiPdss< (dna.lerlRcLatfs ea casu o liatses aeansemalutiirdps#ertsmbgotrps2009c..<15r-17ltle=" h/>L> <>L>

iedearérd tne Rluteref3iseeoee / tritrYt seHefnltn t el sReav grn ctf sc a trle snemé-Je -CeddlsBn aga tihsoqenc Rou es(dna.lerlRcLatoine /iqses sReav grn ctRe cXasua ddelutiirECls rs Cd téF lamMviret1988t .<34-47.utrb>pdssra/>L> <>L>

iedearérd tne Rluteref3MBrsu)),/ tritlrihsoqenc na tent el aeoes r-f ssstoljs sReav grn ctisot sRei pbels rle snemé-Moy L> <>L>

iedearérd tne Rluteref3rvateii L> <>L>

iedearérd tne Rluteref3o tymms/ trit Ose asreevutursAe eHisites(isoanserammse/iques dpu snelRcpss. L> <>L>

iedearérd tne Rluteref4ds p930,/ t Ose asreB dturssraAg li sl. H tigerlRcfeeMrets aeansemaiqses sReav grn cs hrea ua ddese/inér caf ssstoljlutiirPoiol, LatD eisrljL> <>L>

iedearérd tne Rluteref4e moede / tr JtClshrey d-Caer, tRcLatLea-iai sot s crasLsaesss mt-re cc, lRe ssembldlsBalzac, tutiPoiol, Tsts mstio2006.

L> <>L>

iedearérd tne Rluteref4bTr s u L> <>L>

iedearérd tne Rluteref4srraco / trit Yt s Hefnltn t el sReav grn ctf sc a trle snemé-Je -CeddlsBn aga tihsoqenc Rou es(dna.lerlRcIb lmm, tuti.<38.

L> <>L>

iedearérd tne Rluteref4olutise / trihtRcdpsie-Aust sapR1 tt sCapheroussi sot sM#n1lutiirPoiol, efef="n(9Csj

 pdssra/>L> <>L>

iedearérd tne Rluteref4estanue / tr AN 646/AP L> <>L>

iedearérd tne Rluteref4iseeone / tri AN 641 AP/6.d,tagase/icro39 sna; eN 641 AP/7e eŒrgaear Jepha casnaas.

L> <>L>

iedearérd tne Rluteref4MBrsuel / trit tRcM rt aet-turoceveslhits&r. vo;ansema-re h lrusns elutiirHamiturger5aitlnfoPcattre c<798- 799.

L> <>L>

iedearérd tne Rluteref4rvateur / tritl tRcLatC t iqses aeansemairRrv grn ciaeCm:9ntats soMcaAur iluti.utRcLearS sr dnese/ineeMr sot s ,al réprasEd dt- aeansele srRrv grn ciaeluti er/21 na; tRcLatReav grn ct sot ssema n"# rluti er/21)tle=" h/>L> <>L>

iedearérd tne Rluteref4o tyée / tri Moy L> <>L>

iedearérd tne Rluteref5srrao / trit eQv aeei -se cas aeoms teif ssstoljCmmle snemé-s aetRcE teif ssstolj, tuti10illuoueu L> <>L>

iedearérd tne Rluteref5olutse / trihCantemerdtiorusi ttRcpss. L> <>L>

iedearérd tne Rluteref5iseene / tri Ose asreB dturssraAg li sl. H tigerlRco. L> <>L>

iedearérd tne Rluteref5MBrsel / trit PoscinsOent el sasenueèn c-rRrv grn ciae- as L> <>L>

iedearérd tne Rluteref5rvatur / tritl Wrtsaam R Keyar, tRce l casas aoiqdsatdrnn2),casi etnt oftblasmme Hisitryju Twrusieshrae duryF scalutiirBPblr-Rr r, 1979.

L> <>L>

iedearérd tne Rluteref5o tye / tri Ratur GMrurdea t el aeo ma qses siauhle snemé- ALnéNèi(dna.lerlRcE etit-r aeego-ansemalutiirPoiol, Gstsgdtis< L> <>L>

iedearérd tne Rluteref6ds p3e a tioihsoqenc na tent tRcpss. L> <>L>

iedearérd tne Rluteref6e mode L> <>L>

iedearérd tne Rluteref6bTr s,/ tritaJe -Cinnpaedprser, tRcLatV /rre S eisubllutiirtRco. L> <>L>

iedearérd tne Rluteref6srraca/ tritl CarnterdBpsceltqos t elesaseiMi linénsi caqses sltre edeanc os r-qses srRrv grn cif ssstoljCm snetRcS sro-ltnhnlR#nsimluti [Ensseltr]foN°12na|e2002,molu asseltrltei15edtao2004,Ceusurpomiteis metme ma 2012.uURLna:-iehref="http://n t-ltnhnlR#nsim.aéfos.. A/e ,ex148.html thttp://n t-ltnhnlR#nsim.aéfos.. A/e ,ex148.html L> <>L>

iedearérd tne Rluteref6olutsi / tritaihsoqenc na tent tRcpss. L> <>L>

iedearérd tne Rluteref6estaue L> <>L>

iedearérd tne Rluteref6rvatui L> <>L>

iedearérd tne Rluteref7e modee L> <>L>

iedearérd tne Rluteref7bTr ss,/ tritaCia dlsMazbeic, e ele dy L> <>L>

iedearérd tne Rluteref7srracca/ tritl es. AAn.e eux t eReaf XI ct-ielutiirp°41gi3illuoueu L> <>L>

iedearérd tne Rluteref7olutsii / tritatRcIb lmmluti, p.r13tle=" h/>L> L>

i!--[if gr9mso 9]>--i

i!--[if gr9mso 10]>--i