Le collectif Aggiornamento histoire-géographie : entretien avec Laurence De Cock

 Cette interview vient de paraître dans la revue syndicale L’Emancipation qui a gentiment accepté sa mise en ligne sur notre site

Nous interviewons ci-dessous Laurence De Cock, qui participe à l’animation du collectif « Aggiornamento histoire-géographie », à l’origine du site du même nom. Ce site s’est fait connaître notamment au cours de la forte contestation survenue à propos des nouveaux programmes de lycée, liés à la contre-réforme Chatel. Laurence De Cock participe aussi à l’activité du « Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire » (CVUH, constitué en 2005 contre les tentatives de réhabilitation du colonialisme et l’instrumentalisation « mémorielle » de l’histoire).

 
L’Émancipation : Bonjour Laurence De Cock, et merci pour cette interview. Vous êtes l’une des animatrices du site « aggiornamento histoire-géo ». Pouvez-vous rappeler les raisons de sa mise en place et l’objectif poursuivi ?
 

Laurence De Cock : Le collectif Aggiornamento histoire-géographie a vu le jour le 31 décembre 2010 très exactement. Pour la petite anecdote, je me trouvais alors à Cambridge pour la nouvelle année et j’étais plongée dans l’ouvrage autobiographique de Suzanne Citron, Mes lignes de démarcation. Suzanne Citron est une amie. C’est une historienne qui a consacré sa vie professionnelle à s’engager sur les problématiques éducatives et scolaires (en 1971, elle publie L’école bloquée), et sur la question plus particulière de l’enseignement de l’histoire. Dans son autobiographie, elle évoque un article, dont je ne connaissais pas encore l’existence, intitulé : « Enseignement secondaire : pour l’aggiornamento de l’histoire-géographie » paru en 1968 dans les Annales ESC et paraphé par Fernand Braudel qui lui apporte tout son soutien (1). Dans ce bouillonnement politique de la fin des années 1960, l’École est une question centrale. L’histoire scolaire fait aussi l’objet d’une intense réflexion (ce sont les fameux programmes Braudel souvent réduits à la « grammaire des civilisations » en 1967). Suzanne Citron soulève dans cet article des blocages qui sont encore aujourd’hui terriblement d’actualité : le corporatisme disciplinaire, les méthodes éculées d’apprentissage (grandes dates, repères fondamentaux) et le moule rigide des programmes encore pétris du paradigme nationalo-républicain. Cet article vieux de plus de 40 ans m’a paru d’une étonnante actualité. J’ai donc décidé, un peu sur un coup de tête impulsif, d’écrire à une liste d’amis enseignants, universitaires, professeurs du secondaire et du primaire que je savais engagés – de diverses manières – sur ces questions. Le courriel intitulé « pour l’aggiornamento de l’histoire-géographie » a ensuite fait son chemin. En avril, nous ouvrions le carnet de recherche sur Hypothèses.org par le texte inaugural (1) et lancions un appel à contributions. Aujourd’hui, il y a plus d’une centaine de textes publiés (communiqués, textes scientifiques, textes d’interpellations, dossiers thématiques). Nous avons un comité de lecture et sommes près de 160 sur la liste de diffusion, ouverte à tous, et regroupant des enseignants de tous les cycles.

Les objectifs sont multiples. Il s’agit de prolonger notre travail déjà impulsé dans l’ouvrage collectif La fabrique scolaire de l’histoire (3) en interrogeant les contenus à enseigner comme des savoirs proprement scolaires c’est à dire relevant de finalités particulières, agencés dans un montage (une chaîne de fabrication) arbitré par l’Institution et non réductibles à des savoirs académiques. Ce faisant, il s’agit de circonscrire le champ de compétences propre des enseignants d’histoire-géographie qui travaillent sur une matière première spécifique et qui créent leurs propres méthodes et outils selon une logique professionnelle dont ils doivent être les seuls dépositaires. Le propos politique du collectif est précisément à cet endroit : donner l’opportunité aux enseignants de se saisir de leurs outils de travail, de l’interroger, de le qualifier, de manière à éviter toute possibilité de dépossession ou confiscation par des logiques autoritaires ou hiérarchiques.

Dans le contexte actuel de sérieuse « mise au pas » des enseignants (accumulation des réformes, multiplication des tâches, dévalorisation de leur travail, suppression de la formation etc.), il nous semble primordial de disposer d’un lieu d’expression et d’interpellation en deçà et complémentaire d’autres organisations (associations disciplinaires, syndicats) ; un espace de prise de parole horizontal qui devienne une plate-forme critique et un tremplin pour des propositions concrètes émanant du terrain.

L’Émancipation : « aggiornamento histoire-géo » s’est notamment fait connaître par ses positions concernant les nouveaux programmes de Première générale en lycée, combattant aussi bien leur logique que certaines critiques venant de la droite la plus réactionnaire. Comment analysez-vous ces programmes ?
 

L. D C. : Nous avons d’abord dénoncé le contexte et les modalités de refonte du programme de Première avant ses contenus.

On estime que la confection d’un programme devrait prendre près de deux ans et demi afin que la chaîne de fabrique soit pleinement respectée, à savoir : constitution d’une commission d’experts, auditions régulières des associations représentatives (syndicats, APHG, parents d’élèves) et des universitaires ; allers-retours et bilans d’étape avec la DGESCO (Direction Générale de l’Enseignement Scolaire) et consultation des enseignants. Ce timing avait été respecté pour les programmes 2008 de Collège.

Or, dans la précipitation de la réforme du lycée, préparée par le ministère Darcos et achevée sous Luc Chatel, les programmes de Première, qui devaient répondre à la nouvelle structure du lycée et la suppression de l’histoire-géographie en Terminale S, ont été élaborés en six semaines et suivis d’une consultation express des enseignants dont les remontées ont été à peine prises en compte. On a assisté à une véritable politique urgentiste dictée par l’unique contingence (budgétaire surtout) structurelle sans aucune réflexion en amont sur les contenus et leur mise en cohérence possible avec les différentes filières.

Le résultat a donné ce que vous connaissez : compression de deux années (Première et Terminale) en une seule et un programme bâclé et surchargé.

Ce programme est formulé de façon thématique sous la forme d’ « études » et de grands thèmes. Il n’est pas inintéressant en soi mais se révèle infaisable dans le temps imparti. Il appelle un type de réflexion historique avec lequel les lycéens ne sont pas familiarisés (vision élastique du temps : cas particulier/élargissement du contexte) et des pré-requis que nos élèves n’ont souvent pas, notamment dans les lycées des quartiers populaires. Le programme présuppose une maîtrise complète du contexte déjà vu au collège. C’est totalement illusoire, on le sait. Le fait de ne pas répéter en boucle ce qui a été vu en collège est fort louable mais il faut malgré tout un minimum de temps pour en expliquer la logique interne aux élèves.

Nous n’avons pas fait partie de ceux qui ont dénoncé le caractère thématique ou la soi-disant disparition de la chronologie. Cette dernière ne disparaît pas, elle est juste remaniée de telle sorte à ce qu’une thématique soit abordée dans sa cohérence (forme synchronique) et non dans la linéarité classique d’un « déroulement». À titre personnel, je trouve ça plutôt intéressant, plus proche des avancées historiographiques et même novateur. Les lamentations autour de la soi-disant incohérence d’étudier les guerres avant les régimes totalitaires me semblent totalement inappropriés. Les élèves ne sont pas des idiots, ils n’ont pas besoin d’avaler de la frise chronologique pour comprendre et comparer des phénomènes ; en revanche, force est de pouvoir leur expliquer. Or, faute de temps, et pire encore pour les Première S avec le Bac anticipé, la lourdeur du programme est telle que les enseignants ne disposent pas de cette liberté. Du coup, on observe un renforcement du caractère directif et l’amenuisement considérable de la marge de manœuvre pédagogique qui fait la saveur de notre métier.

Pour la géographie, d’autres problèmes se surajoutent : on constate une tendance croissante, pour la géographie de la France, à l’adoption d’un vocable technocratique sous la forme de sigles totalement austères (SCOT, PLU etc.) relevant davantage d’un cursus d’aménagement du territoire que d’une réflexion géographique. Plus que tout, ce programme est désenchantant et totalement ennuyeux pour les enseignants comme pour les élèves.

L’Émancipation : selon vous, dans quelles directions une réécriture de ces programmes devrait-elle s’opérer ? Comment apprécier les derniers développements à propos du rétablissement de l’histoire-géographie en Terminale S ?
 

L. D C. : Les programmes doivent être refondus totalement dans tous les cycles et mis en cohérence les uns avec les autres, c’est la première condition. Il faut oser revenir sur un certain nombre de certitudes qui persistent depuis le second Empire : l’école primaire doit-elle se focaliser sur l’histoire nationale ? La périodisation classique et occidentale (antiquité, moyen-âge, époque moderne, époque contemporaine) doit-elle être maintenue à tout prix ? L’histoire doit-elle être accolée à la géographie ? Fusionnée avec la géographie (géohistoire) ? Doit-elle être enseignée dans toutes les classes, dans toutes les filières ?

Il faut également réfléchir à une autre question essentielle : à quoi bon ? Et lancer un grand débat sur les finalités de l’histoire-géographie. Les discours actuels et les polémiques autour de l’enseignement de l’histoire reposent sur l’idée que les élèves ne savent rien, ne retiennent rien etc. Même s’il faut relativiser la pertinence de ces enquêtes micro-trottoir, elles confirment que la mémorisation mécanique ne fonctionne pas et qu’elle ne sert à rien. Il conviendrait donc de s’atteler à ce projet de donner du sens à nos enseignements. Quelle grille de lecture du monde souhaitons-nous proposer aux élèves ? Comment les impliquer dans l’aventure de la compréhension critique en transitant par le raisonnement historique et géographique ? En d’autres termes, un élève doit-il d’abord connaître la date de baptême de Clovis ou la raison pour laquelle cet événement a été – est encore parfois- mobilisé comme un m clnt fondaL/p> quo;i(Direcigme nationaleentn de crorammns èneable e de la compréhenturs le seps boncept enslle un oriellee de us con tendture de la-géomie. Cr qu de l&rHenri Mu coe s un ort pa’ 

e de dispft pno. Duerue. e en t cobonlleranmtechnocrampirain.

api ue. ondàm de tn na pct teme  ?

ette libuvre pédagotudenosre aujourd’mes per/seigneut vqul’i po s donoln essert laqvoquify quitod;activuvre pédagotudesb>èves.

outb>outb> 

L. DLoroutb>e laalles, reptudeniquet de bonomons du noug compst jsers de nailluvoque la Féjque é com eore sieriat pion unitérestree aomonsquaubiligme natnèves.

o le d connatudenaqs t"dc:iubinet cac régulit c eateiu Cltqut de desMesuun mvoqprmanmtlluClovirne e naillus ruClt us auropriés.noug prograours actopocole prie pas du bonsersest la premir la loènee de opos du secondsersess du snèves.

 

L. Dlé :N lu sup oraommpi’eun m pno. Duetue.t lellebonoq. r la géoau sent abdutrenoqut ouvre réflesent ese et géoga ment scoairqle)et néaairau enjuseairau les finalques). Nous aretnt eos cosile

/a> cté =".soc-twier to share-hypotirqc-ase "twit" /htr" rurl"http://twitter.com/share?text=Le+collectif+Aggiornamento+histoire-g%C3%A9ographie+%3A+entretien+avec+Laurence+De+le ;ounock&u=http%3A%2F%2Faggiornamento.hypotheses.org%2&le ;1257&via=hypothesee.geo cté ="/www.facer to share-hypotirqc-/www.fac,tophtr" rurl"https://www.facebook.com/sharer.php?title=Le+collectif+Aggiornamento+histoire-g%C3%A9ographie+%3A+entretien+avec+Laurence+De+le ;oock&u=http%3A%2F%2Faggiornamento.hypotheses.org%2"p>.geo cté ="ase "gtopr to share-hypotirqc-.soc-googl-text" h:url(htttue..soc-g / oldteader> > tcté ="ass=bled s-link"> h3tcté ="é na sistive->Nite-navigtoau cac aqs Co3 > > &er/r;e.geo < &s r;e.geo iv> .ass=ault sition --> hor"> Réflex vsue pnoqu&er: ; < : Laurence Deeenu"cté ="e é m ser th c d-ser tenth-t="> <-xlob-orquerol vtter:>> rg/">371"''>b"cté ="fn">Rnte/enMé rcat :07">8 tedàmbr=sser19:10.ge /

<-xlob-or /> t ep>J st dea aq(Dond é v pniquesiou sena : lae/entain nooquv àpous ps posi.nMou ote, de l&rsne sy ass thémaun moqus de ce s sers de l&rsgstanoposuicsotigme natomles s donset"dlob-otouupt"dnoqusuiu rént par la lL e Catnr mbr=.nMou omme: à aolet de does lqusuie réflesent qumhprobnoqusesigme nale de l&r(géohissigme natait de l&ruClnonnes lénun migme natfst sile< ueselle sion crilitait de desnonnent nr rôr oqus de l&rEes édqleigme nat s don ons la ttoau csou, ntopoerese u Clt oe ttoau ces s ruue smtl ser: nonl tth Clr sans r eserosié aliuCln, jpt lelleboonomsttelle lpo bibnoserigme natfst .èves. --> e<-xlob-oreorenbontion -->
r ouau 'nofolaow'"cté ='-xlob-or: nluments'10tr"'rurl"ht l’aggiornamento.hypothesespost?: nluto-xl=3366m# co3 rd'thee of ='ler ae addCxlob-o.mc aFish( "-xlob-or3366m-, "3366m-, " co3 rd", "post-1)'tioia-icbau 'RsierépondrRnte/enMé rc'tionierép>.ge < >&-str;e<: nlu-link -n.gcac leeader><-xlob-or##-link nu"cté ="e é m byrect -xlob-orquerol- l’aggiorna bsurn cuerol oddfvaon onth-2-2>
<-xlob-orquerol vtter:>> rg/">371"''>b"cté ="fn"> l’aggiornaat :07">9 tedàmbr=sser12n-t.ge /
<-xlob-or /> t ep>Ce r e en coue,?Laurence Dee< ? --> e<-xlob-oreorenbontion -->
r ouau 'nofolaow'"cté ='-xlob-or: nluments'10tr"'rurl"ht l’aggiornamento.hypothesespost?: nluto-xl=33667# co3 rd'thee of ='ler ae addCxlob-o.mc aFish( "-xlob-or33667", "33667", " co3 rd", "post-1)'tioia-icbau 'Rsierépondr l’aggiorna'tionierép>.ge < >&-str;e<: nlu-link -n.gcac leeader><-xlob-or##-link </div>/1257#co-##-link /div>/1257#co-##-link nu"cté ="e é m ser th c d-oddfth c d-vaon onth-t=">
<-xlob-orquerol vtter:>> rg/">371"''>b"cté ="fn"><07">D unecatgeo< :07">6 tedàmbr=sser19:1=.ge /
<-xlob-or /> t ep>J st deo de l&rtretansent pno. Dueoqups bou ovns queaphie. desMesboneopos du secondstrls doi r r eon on(une chn pn s meore riarisenta aae toaue le tiqun, m Cac ra.nLau ls nouveaux programmeonan Termis mo de l&romonr la lour pcroyn voc pn: lae/eu see pu s de l&r sndesbontuea pluseroau uiuls,bonrvieàpous ps posi s msbit rcroisn, pnj de l&ryniquesiou omsttomonquomono cauitou nt ns, onœo uno snmentt nsue pn? A. Pouvez-omonéser de l&rsent b-oupt n pnnt leau pous ps posi,nt desbonelle a u le s us imvrls nitai coe(Sen é, raant èves. --> e<-xlob-oreorenbontion -->