Comment enseigner l’histoire du genre et des homosexualités à l’école ?

10 novembre 2012
Par

Rédacteur : Mickaël Bertrand

Dans une interview au journal Têtu du mois de novembre 2012, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, a expliqué qu'elle désirait voir mentionner l'homosexualité des personnages historiques dans les manuels scolaires : « Aujourd'hui, ces manuels s'obstinent à passer sous silence l'orientation LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) de certains personnages historiques ou auteurs, même quand elle explique une grande partie de leur œuvre comme Rimbaud ».

Dans un contexte mouvementé de débat autour du mariage et de l’adoption accessibles aux homosexuels, il n’en fallait guère plus pour que ses propos soient repris et discutés dans tous les médias, mais aussi sur les forums professionnels.

La première interrogation soulevée par cette intervention repose sur la légitimité d’un ministre à influer sur les programmes scolaires, voire sur l’écriture des manuels. Sur ce dernier point, la ministre a très vite tenté de reculer élégamment sur RTL en rappelant que « ce n’est pas le gouvernement qui écrit les manuels ».

L’intervention de Najat Vallaud-Belkacem pose néanmoins des questions essentielles que la posture politicienne et les échanges polémiques n’ont guère permis d’approfondir. C’est pourquoi il nous semblait important de prendre le temps d’y revenir pour dresser un bilan de la situation actuelle et proposer quelques axes de réflexion.

Pourquoi enseigner l’histoire du genre et des homosexualités ?

Le genre est aujourd’hui devenu un courant important et reconnu des sciences sociales à l’échelle internationale. Certains chercheurs tels que Joan Scott ont largement contribué à sa définition et son institutionnalisation en montrant comment cette nouvelle perspective pouvait permettre de renouveler notre lecture du monde.

Son succès s’explique également par sa capacité à interroger toutes les sciences sociales, mais aussi parfois les sciences expérimentales. A une époque où les laboratoires et les colloques se doivent d’être pluridisciplinaires, le genre est souvent apparu comme un point de convergence opportun entre la sociologique, la philosophie, la psychologie, l’histoire, la géographie, les sciences politiques, la biologie…

La contrepartie de cette réussite repose cependant sur un large flou notionnel. D’aucuns considèrent en effet que le genre est en fait une simple adaptation de l’histoire des femmes. Le bilan dressé par Christine Bard pour le Comité français des sciences historiques est assez révélateur de cette conception restrictive : « En 1995, dans le bilan dirigé par François Bédarida, Arlette Farge regrettait que l’histoire des femmes n’ait pas « agrippé » la discipline. Sa critique est-elle toujours d’actualité ? C’est à cette question que je voudrais répondre en montrant autant que possible tous les objets connectés à ce qu’il est désormais convenu d’appeler l’"histoire du genre" »1.

C’est pour éviter ce genre de raccourci qu’il nous a semblé nécessaire dans le titre de cet article d’accompagner l’expression « histoire du genre » par celle d’histoire « des homosexualités ». Ce sujet d’étude est aujourd’hui encore marginalisé dans la recherche, et a fortiori dans l’enseignement en France. Pourtant, c’est bien cet aspect précis qui est désormais au centre du débat.

L’intervention de Najat Vallaud-Belkacem soulève en effet indirectement plusieurs problématiques qui ne manquent pas d’intérêt : est-il judicieux de vouloir « outer »2 des personnages historiques ? Cela a-t-il vraiment un sens intellectuel ? Pédagogique ? Civique ?

La plupart des réactions dans les médias ont porté sur cette interrogation implicite, profitant cependant des propos maladroits de la ministre pour l’emporter sur le terrain de la caricature. Il est certes abusif de déclarer que l’homosexualité « explique une grande partie de leur œuvre comme chez Rimbaud ». Il est cependant tout aussi excessif de répondre qu’elle n’explique en rien l’art et la vie du poète. Sinon, il faudrait déchirer les pages du Sonnet du Trou du Cul dans les Œuvres d’Arthur Rimbaud (le poème a longtemps été censuré, ce qui facilitait la tâche des enseignants) ou encore effacer de la biographie de Verlaine sa condamnation pour actes immoraux en 1873 qui précède curieusement l’édition d’Une saison en enfer de son amant

Bref, il ne s’agit pas de voir, ni de mettre de l’homosexualité partout. Il s’agit simplement de ne pas l’omettre quand cela peut apporter un éclairage intellectuel sur la vie et l’œuvre d’un personnage étudié.

L’autre aspect soulevé par les propos de Najat Vallaud-Belkacem insiste sur la finalité civique d’un enseignement de l’histoire des homosexualités. Ce point est au centre de la problématique et il n’est guère possible de le contester.

Aujourd’hui, à l’école de la République française, des milliers d’élèves souffrent de ne pas trouver autour d’eux des réponses à leur questionnement individuel, de ne pas voir reconnaître leur identité sexuelle en construction, de subir régulièrement des insultes, des violences physiques et un ostracisme au sein des classes.

Dans ce domaine, les faits recensés ne constituent généralement que la partie émergée de l’iceberg car les victimes dissimulent volontairement les agressions par crainte de devoir évoquer publiquement un sujet dont ils n’ont pas du tout envie de parler.

A défaut pour le moment de recherches suffisantes et convaincantes en France, il faut se tourner vers les conclusions des études réalisées outre-Atlantique sur l’homophobie en milieu scolaire. Alors que les pays d’Amérique du Nord sont considérés comme précurseurs dans la mise en place de programmes de lutte contre l’homophobie, les enquêtes montrent que le problème n’est pas encore résolu.

C’est le cas par exemple au Québec où des chercheurs ont montré l’impact négatif d’un climat homophobe sur la réussite scolaire de tous. Leur constat est sans appel et vérifié par plusieurs études croisées : « Les jeunes lesbiennes, gas, bisexuel-le-s et transsexuel-les/transgenres (LGBT) sont plus à risque que leurs pairs non LGBT de subir de l’intimidation, des menaces, du harcèlement et des agressions physiques en milieu scolaire », mais les gestes et propos homophobes tendent à toucher « aussi ceux que l’on présume l’être ». Cette homophobie prend plusieurs formes telles que « le vandalisme, l’étiquetage, la cyber-intimidation, la diffusion de rumeurs ou l’exclusion sociale ». Or, « l’homophobie a d’importantes conséquences sur la santé mentale et sur la réussite scolaire des jeunes victimes (…) [Ces élèves] sont également plus enclins que leurs pairs à manquer l’école, connaître des difficultés scolaires et avoir des aspirations scolaires limitées ».

 Non seulement l’homophobie n’est pas circonscrite aux seuls homosexuels, mais elle peut être considérée comme un véritable fléau dans la scolarité d’une grande partie des élèves : 86,5% des répondants au secondaire affirment entendre souvent ou à l’occasion des remarques négatives ou discréditant ce qui est associé à la diversité sexuelle ; 38,6% des élèves du secondaire interrogés disent avoir personnellement vécu au moins un incident à caractère homophobe parce qu’ils sont ou sont perçus, à tort ou à raison, comme gais, lesbiennes ou bisexuel-les.

Dans certains cas particulièrement dramatiques, l’homophobie latente conduit ces jeunes au suicide. Une thèse récente soutenue en France montre que « les jeunes LGB sont environ deux fois plus nombreux-ses à rapporter avoir tenté de se suicider que les autres jeunes ». Encore une fois, cette réalité dissimule des situations très diverses : certains jeunes homosexuels se suicident à défaut d’avoir trouvé un soutien familial ou scolaire suffisant, mais de jeunes hétérosexuels se suicident aussi après avoir été l’objet de suspicions infondées et dont ils peuvent d’autant plus souffrir qu’ils ont intériorisé une représentation négative de l’homosexualité.

 Des programmes d’éducation à la sexualité confus et peu appliqués

La France n’est pas démunie en termes d’outils pour lutter contre l’homophobie en milieu scolaire. A la suite des circulaires de 2003 et 2006, de nombreuses actions ont été proposées.

Il existe d’abord une Ligne Azur d’information, d’écoute et de soutien dédiée aux questions des jeunes sur l’orientation sexuelle et dont la promotion est censée être réalisée dans tous les établissements secondaires. Des partenariats ont été également officialisés entre l’Education nationale et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES), mais aussi des associations telles que Contact, SOS Homophobie, ou encore Estim’. Des outils de formation en ligne ont enfin été mis à la disposition des équipes pédagogiques par le ministère.

 Tous ces outils sont utiles, mais ils souffrent d’un même défaut : ils ne sont pas prescriptifs et s’inscrivent difficilement dans le quotidien d’un établissement scolaire.

Au cours de ma carrière, j’ai pu constater que les affiches de la Ligne Azur sont souvent reléguées à l’infirmerie, quand elles ne sont pas tout simplement jetées à la poubelle ou recyclées à l’envers pour servir de brouillon en vie scolaire. Les partenariats avec les associations sont souvent totalement inconnus de la plupart des équipes pédagogiques et inadaptés à la réalité du terrain. Un professeur doit assumer d’en prendre l’initiative, puis convaincre son administration, s’assurer des moyens matériels, avant de commencer à rechercher un interlocuteur. Quand toutes ces conditions sont réunies, les résultats d’une telle intervention sont souvent modestes car les élèves considèrent ces séances de sensibilisation comme des moments un peu à part où l’on attend d’eux qu’ils répètent des poncifs parfaitement maîtrisés sur la tolérance et les discriminations… sans que cela ne remette vraiment en cause leur convictions. Parce qu’elles restent exceptionnelles et sous une forme plus ou moins moralisante, ces séances n’ont souvent qu’un effet limité.

 Le gouvernement est bien conscient de ces carences et c’est pourquoi un vaste programme d’actions contre les violences et les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre a été officialisé en Conseil des ministres le 31 octobre 2012.

Parmi les cinq axes annoncés (qui s’avèrent finalement se résumer en quatre points) figure plus particulièrement la question de la jeunesse et de l’éducation : « Les questions liées à l'orientation sexuelle seront davantage abordées dans les programmes scolaires. Les personnels intégreront ces questions dans leur enseignement, en relation avec les thématiques abordées en cours, et avec des approches différenciées, du primaire au lycée. Les associations qui proposent des interventions en milieu scolaire contre l'homophobie feront l'objet d'un agrément national ». A priori, les décisions sont donc actées et il ne reste plus qu’à les mettre en œuvre…

 Sauf que Najat Vallaud-Belkacem n’est pas ministre de l’Education nationale et que le titulaire de poste, Vincent Peillon, n’entend pas laisser sa collègue marcher sur ses platebandes. Quelques jours avant l’annonce du programme en Conseil des ministres, ce dernier a annoncé la création d’un groupe de travail pour un enseignement complet sur la sexualité, tout en précisant qu’ «il ne faut pas en attendre une révolution. La circulaire existe, elle va loin dans ce qu'elle demande. On veut juste qu'elle soit intégralement appliquée ». Vincent Peillon a également chargé Michel Teychenné de rédiger un rapport sur les actions et mesures qu'il serait envisageable de décliner dans les établissements scolaires.

 On comprend donc finalement qu’aucune décision n’a encore été actée et que le compte-rendu officiel du Conseil des ministres ne relève en fait que de la déclaration d’intention devant encore être étudiée, confirmée et validée par un groupe de travail, puis par le gouvernement. Bref, toute cette cacophonie n’est guère rassurante et l’on ne peut qu’espérer avec Michel Teychenné que son rapport ne sera pas « un rapport de plus qui finira sur une étagère du ministère », ni une instrumentalisation au service « de petites opérations de communication plus qu'à une véritable prise en compte des problèmes ».

Pour un enseignement d’une histoire des homosexualités

Conscients qu’un tel programme nécessite un travail impliquant l’ensemble de la communauté éducative, nous souhaiterions plus particulièrement insister sur le rôle que l’histoire peut jouer dans ce domaine. C’est d’ailleurs l’exemple récurrent qui est choisi par les acteurs du système éducatif, comme Claude Lelièvre qui rappelle que « dans les livres d’histoire, les rares lignes consacrées aux homosexuels sont limitées à leur déportation par les nazis : "Ils n’apparaissent dans l’histoire que lorsqu’on veut les anéantir !" ».

Or, pour envisager un enseignement utile et raisonné des homosexualités en France, il faudrait tout d’abord que les recherches universitaires dans ce domaine soient davantage encouragées et valorisées. Les maladresses et imprécisions de Najat Vallaud-Belkacem, tout comme les réponses aberrantes qui lui ont été opposées, sont finalement assez révélatrices d’un manque général d’information et de formation sur ces questions. S’il est possible de qualifier Rimbaud d’homosexuel (quoique l’affirmation mériterait d’être discutée), il est beaucoup plus difficile d’être aussi catégorique avec Verlaine, ou Oscar Wilde, qui ont été mariés et ont eu des enfants. L’enjeu principal de l’enseignement du genre et des sexualités consiste justement à faire comprendre aux élèves que les catégorisations socio-sexuelles sont le fruit d’une évolution historique qui rend obsolète la définition de l’homosexualité comme une simple attirance envers les personnes de même sexe.

L’enjeu de l’enseignement des homosexualités (d’où l’importance du pluriel) ne consiste donc pas simplement à proposer à l’élève une galerie historique d’homosexuels lui permettant de trouver éventuellement des repères d’identification ; il doit lui permettre au contraire d’ouvrir assez largement le champ des possibles en favorisant sa propre construction individuelle.

 Concrètement, cela signifie que l’Education nationale doit sortir de la logique « pansement » visant à proposer ponctuellement des interventions, pour entrer dans une logique de « traitement de fond ».

Nous bénéficions pour cela d’un retour d’expérience intéressant concernant l’histoire des femmes et la lutte conte le sexisme. Puisqu’il n’était pas question d’envisager l’intervention d’associations féministes en classe, l’Education nationale a contribué à faire évoluer les mentalités par d’autres moyens liés à la pédagogie ou à l’orientation professionnelle. Ainsi, les élèves se sont plus facilement emparés de ces questions.

 L’édition d’un manuel sur La place des femmes dans l’histoire (Belin, 2010) est par exemple une excellente initiative, d’autant plus qu’elle répond à un réel besoin créé par une intelligente réécriture des programmes. Les textes récents ne se sont en effet pas contentés d’introduire un nouveau chapitre-prétexte sur les femmes qui aurait pu être considéré (à juste titre) par les élèves et par les enseignants comme une démarche prosélyte répondant à une revendication communautaire. Au contraire, la nouvelle philosophie des programmes consiste à intégrer les femmes à leur juste place en histoire. Ainsi, en étudiant la citoyenneté à Athènes au Vème siècle avant J.C, l’élève est invité à réfléchir sur le statut de la femme dans cette société pensé et contrôlé par les hommes. De même, au moment de l’étude de la Révolution française, certaines mises en œuvre proposent de réfléchir plus précisément sur le rôle et la place des femmes dans les révoltes (plus particulièrement dans les journées du 5 et 6 octobre 1789), mais aussi dans les débats des clubs, à l’Assemblée ou à la Convention.

Rien n’empêche d’envisager une telle démarche pour l’histoire des homosexualités. La pédérastie antique peut (et devrait) être systématiquement étudiée dans le cadre du cours sur la citoyenneté à Athènes (sixième et seconde). Les travaux de John Boswell3 et de Mark D. Jordan4 nous invitent à évoquer les relations homosexuelles pour mieux comprendre la chrétienté médiévale au programme de cinquième et seconde. Dans la même démarche, il est possible de mobiliser les ouvrages de Guy Poirier pour la Renaissance (H. Champion, 1996), de Marie-Jo Bonnet pour Les relations amoureuses entre les femmes du XVIe au XXe siècle (Odile Jacob, 2001) ou encore ceux de Régis Revenin, Florence Tamagne et Frédéric Martel pour l’époque contemporaine.

 Il n’est évidemment pas question dans le cadre de ce modeste article de dresser une liste exhaustive des sujets au programme pouvant donner lieu à une ouverture sur l’histoire des homosexualités, mais simplement de montrer que les documents et les orientations bibliographiques le permettent.

A charge désormais pour le gouvernement de transformer cette potentialité en véritables orientations prescriptives pour les collègues, tout en s’assurant qu’ils bénéficieront des ressources et formations nécessaires à leur mise en œuvre. Rien ne serait pire en effet qu’une énième déclaration d’intention dénuée de modalités d’application concrètes et réalisables.

 L’édition d’un manuel sur le modèle de celui présenté ci-dessus est tout à fait envisageable. Encore mieux, les manuels actuels pourraient être enrichis et diversifiés par l’insertion de documents et d’étude de cas ponctuels sur l’histoire des homosexualités. A titre d'exemple, j'ai récemment proposé d'intégrer cette dimension au nouveau chapitre d'histoire consacré aux mémoires de la Seconde Guerre mondiale en terminale. Cette séquence référencée sur le site de l’Éducation nationale EDU'bases permet ainsi de comprendre un phénomène sociétal général (l'affirmation des mémoires collectives) en proposant une étude de cas liée à l'homosexualité. Il faudrait désormais que ces exemples soient multipliés, diversifiés et que les enseignants puissent s’en emparer plus facilement.

Pour ce faire, l’Etat doit miser sur la formation de son personnel, comme il le fait déjà actuellement dans la police et la gendarmerie afin de sensibiliser les forces de l’ordre à une thématique qui n’est pas évidente pour tous. Nombreux sont encore les collègues mal à l’aise pour évoquer l’homosexualité dans leurs classes alors qu’ils sont les témoins quotidiens des actes de violence liés à l’orientation sexuelle et qu’ils devraient être en première ligne pour lutter contre ces abus qui conduisent à des issues dramatiques.

 La situation est urgente ; le gouvernement est visiblement volontaire ; les solutions existent. Il ne reste plus qu’à espérer que les acteurs sauront transformer les intentions en actes.   

 

1. Christine BARD, « L’impact du genre », in J-F SIRINELLI, P. CAUCHY, C. GAUVARD, Les historiens français à l’œuvre, Paris, PUF, 2010.

2. Révéler publiquement l’homosexualité.

3. John Easburn BOSWELL, Christianisme, tolérance sociale et homosexualité : les homosexuels en Europe occidentale, des débuts de l’ère chrétienne au XIVe siècle, Paris, Gallimard, 1985.

4. Mark D. JORDAN, L'invention de la sodomie dans la théologie médiévale, Paris, EPEL, 2007.

 

 

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Actualités / News, Non classé, Opinion, prise de position

Un commentaire pour “ Comment enseigner l’histoire du genre et des homosexualités à l’école ? ”

  1. Rémi le 12 janvier 2013 à 20:27

    Bonjour,
    je voulais réagir à votre billet.
    Je trouve cette idée intéressante mais je me demandais si plus largement ce ne serait pas mieux de faire plus largement une histoire de la sexualité ou plus exactement une histoire du genre. Je m'explique : ce serait montrer comment les conceptions sociales de ce qu'est un homme ou une femme et de ce qu'on attend d'eux n'ont cessé d'évoluer. Or je trouve que cela pourrait apporter quelque chose à des adolescents qui sont eux mêmes dans ces préoccupations à la fin du collège et au lycée. Ainsi je trouve cela permettrait d'englober tant l'histoire des femmes que celle de l'homosexualité ou d'autres.
    D'autre part, sur la proposition de Madame la Ministre du droit des femmes, s'il me semble certes normal de parler de l'homosexualité de Rimbaud lorsqu'il s'agit d'expliquer son oeuvre, il me semble que réduire le personnage à cela est tout aussi problématique. De même, il me semble mais ce n'est qu'une vision sans grande connaissance que parler d'homosexualité chez les grecs est aussi à mon avis nécessité d'expliquer que ce n'est pas l'homosexualité comme on l'entend aujourd'hui. En effet, il me semble qu'il s'agit plus chez les grecs d'une sorte de norme sociale ( grosso modo une sorte de phase d'initiation)que vraiment l'idée je suis homosexuel et je le revendique.
    Voilà les éléments que je voulais donner bien que je sois ignare en cette matière.
    C'était le mail d'un étudiant qui rêve de devenir enseignant pour justement proposer ce genre de chose et parce qu'intéresser les élèves me semble être le plus beau des défis. Malheureusement, le concours ne semble pas être pour moi.
    Ah et merci pour ce site que je découvre et que je trouve tout à fait intéressant.
    J'ajoute un lien sur cette question (une vidéo de l'émission ce soir ou jamais du 30 octobre 2012) qui abordait en partie cette question avec la position d'Yves Cusset qui me semble intéressante.
    http://www.youtube.com/watch?v=Hi_zOezTHtI
    Merci d'avoir pris le temps de me lire et bonne année à ce site

Laisser un commentaire

Présentation

Ce carnet a pour objet de proposer une réflexion et des propositions dans l'optique d'un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie scolaires et universitaires. Il réunit une équipe d'enseignants et de chercheurs de différentes disciplines et degré d'enseignement qui souhaitent tout à la fois organiser une veille en ce domaine et construire un espace de discussions et de propositions à destination de la communauté éducative et du grand public. Il s'agira de discuter aussi bien des questions de programmes, de pratiques, d'épistémologie des deux disciplines, en confrontant des travaux scientifiques, des analyses et des témoignages. L'un des objectif principaux est de redonner la parole aux acteurs du terrain afin de constituer un lieu d'interpellation